Restons connectés

30 ans déjà : Claude Papi, l’âme du football corse

France

30 ans déjà : Claude Papi, l’âme du football corse

La carrière de n’a peut-être pas connu le destin qu’elle méritait. Lui, l’enfant de Porto Vecchio, reste le symbole de la révélation d’un football insulaire flamboyant. Il est aussi l’un des premiers joueurs “gracieux” du football moderne. Il y a 30 ans, Claude Papi nous quittait, quelques semaines après l’arrêt de sa carrière.

Toutes les personnes qui ont cotoyé Claude Papi sont unanimes : c’était un meneur d’hommes hors pair. Doué dans tous les sports qu’il pratiquait (dont le rugby et le cyclisme), il s’est orienté très vite vers le football et le SEC Bastia, l’ancien nom du SC Bastia. Fidèle parmi les fidèles, il ne connaitra que le club fanion de cette petite île de la Méditerranée, le faisant passer de la D2 au sommet du football européen avec la finale de la Coupe d’Europe perdue contre le PSV Eindhoven.

30 ans déjà : Claude Papi, l’âme du football corse

Entre temps, le meneur de jeu éblouit la compétition grâce à son charisme et ses coups de génie : si Bastia est parvenu à gagner sur le terrain du Torino, alors invaincu depuis 2 ans sur sa pelouse, c’est en grande partie grâce à lui et son animation offensive avec ses coéquipiers Rep et Felix. En demi-finale contre Zurich, son coup de pied croisé improbable dans l’angle de la surface a envoyé le SECB en finale.

Pour moi, le sommet des sommets s’est situé le 13 avril 1978 lorsque j’ai inscrit, à douze minutes de la fin, le but qui éliminait les Grasshoppers de Zurich et nous ouvrait les portes de l’apothéose européenne. Des moments comme ça valent tous les sacrifices, toutes les consécrations.
Claude Papi

Sur le terrain, le joueur est efficace et beau à voir jouer, toujours respecteux de ses adversaires malgré les provocations certaines. En privé, c’est un leader dans l’âme qui s’occupe particulièrement de l’arrivée des nouveaux joueurs étrangers.

Il n’a jamais eu la grosse tête. Claude était une personne ouverte, qui savait gérer son succès. Un exemple : c’est lui qui, le premier, accueillait les étrangers de l’équipe et leur faisait découvrir la Corse. Je pense particulièrement à Dragan Dzajic, qui est resté un ami de la famille.
Madeleine Papi, femme de Claude

Il participe aussi à la naissance du mythe de Furiani, bastion imprenable où nombre de clubs intimidés se sont cassés les dents.

“Quel dommage que Papi soit si vieux…”

30 ans déjà : Claude Papi, l’âme du football corseEn équipe de France, Claude Papi n’aura pas eu le même destin qu’en club. Toujours fier de représenter les couleurs tricolores dans un contexte de montée indépendantiste, il ne jouera que 3 bouts de matchs avec les Bleus, étincelant malgré tout les parties. Il comprit alors très vite, après son dernier match contre la Hongrie au Mundial 78 (et le fameux maillot rayé vert et blanc), qu’il ne sera plus appelé par les sélectionneurs.

Il me répétait qu’il avait eu l’impression d’avoir bien joué pour l’équipe, et se demandait sans cesse pourquoi on ne lui faisait pas confiance. Il en voulait beaucoup à Michel Hidalgo.
Madeleine Papi

Ses regrets sont aussi dûs à un certain émergeant et préféré au meneur de jeu corse. “Quel dommage que Claude soit si vieux” glissera malencontreusement le sélectionneur national Stefan Kovaks. Claude Papi avait alors seulement 24 ans mais une calvicie qui ne jouait pas en sa faveur aux yeux des techniciens nationaux. Cette malédiction le suivra jusqu’en 1981 et la victoire du SECB en finale de la Coupe de France contre le Saint-Etienne de… Michel Platini à laquelle il assiste des tribunes, blessé.

Deux ans plus tard, il mettra un terme à sa carrière à 32 ans, malgré les sollicitations “tentantes, autant sportivement que financièrement” du championnat américain. Une rupture d’anévrisme en 1983 lors d’une partie de tennis au Cap Corse aura raison du plus beau symbôle du sport corse : un leader, doué techniquement, physiquement et humainement mais jamais reconnu à sa juste valeur. Son nom résonne aujourd’hui pour nommer la tribune officielle du stade Armand Cesari, comme un signe d’importance et d’humilité.

30 ans déjà : Claude Papi, l’âme du football corse

Continuer la lecture
Publicité Agence eMarketing Neuf et demi Nantes Paris

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour