60 millions d’euros à la plancha, c’est ce qui semble se profiler. Etant tombé amoureux d’une compilation du joueur depuis 2004 et gardant en mémoire les buts qu’il à mis dans les filets de Chelsea plus jeune, Abramovitch s’est offert son caprice espagnol en esperant qu’il aurait la meme réussite chez les Blues qu’avec les Reds. Le problème etant que c’est Fernando Torres qui a le blues et ses stats qui voient rouge.

Il est en passe de devenir le joueur le plus haï Angleterre. La pression sur ses épaules pèse 60M€. Le joueur depuis son arrivée semble résigné à porter ce maillot, car son attitude et ses mouvements sur le terrain ne sont pas ceux d’un joueur rêvant de jouer un jour en Blues. Le fait est que le joueur a en réalité très mal digéré de devenir orphelin de Benitez, Xabi Alonso et de Mascherano à Liverpool. Mis en concurrence avec N’gog, il n’eut pas à forcé pour dépasser le « grand » (c’est sa seul qualité) tout droit sorti de District 9. En fait, son transfert à Chelsea n’a pas du tout été le fruit d’un choix personnel mais plutôt une résignation face à la pression des dirigeants de Liverpool qui lui ont bien fait comprendre qu’il se trouvait devant une offre qui ne se refuse pas, chose que son ancien coéquipier Steven Gerrard a refusé lorsque Mourinho lui fit du pied il y a quelques années.

Car il faut bien dire que sportivement, aucun attaquant, peu importe son palmarès ou son talent, n’irait à Chelsea se mettre en concurrence avec les Drogba ou Anelka qui forment le gang des robocop avec Essien, Cole, Malouda, Obi Mikel, Lampard, Terry et Cech… Tout ce groupe est fortement soudé et forme le noyau dur du vestiaire. Dans la mesure ou un nouveau joueur est susceptible de prendre la place d’un de leur pote, le reste de gang lui mènera la vie dur sur et en dehors du terrain. A titre d’exemple, on note les gestes de dépit de Drogba (notamment) et de ses coéquipiers suite aux incessants ratés du Nino. D’ailleurs ce Nino, quel âge a-t-il ?

The Old Kid

Torres est né en 1984, mais enfant précoce et bouré de talent, il commence sa carrière en pro à seulement 16 ans sous les couleurs de l’Athletico Madrid en 1999. 11 ans plus tard, Torres ne semble plus etre le même joueur. Il est connu pour être un joueur vif , pour son explosivité balle au pied, sa vitesse, sa force physique et sa capacité à garder son sang froid devant le but. Durant toute ces années de succès, Fernando s’est souvent appuyé sur sa vitesse et ses démarrages en course pour prendre le dessus sur ses adversaires et mettre à mal les defenses adversaire . Ce phénomène n’est pas le premier du genre dans le football. En effet, tout comme lui, les joueurs à vocation offensive ayant eut une explosion precoce son amenés à fournir l’effort que les joueurs aux parcours plus réguliers son amenés à donner 3 voir 4 ans plus tard . Car au fond, ce n’est pas l’age du joueur qui compte mais plutôt la durée de sa carrière. Il est courant qu’un joueur régulier atteint le sommet de carrière vers 26 ou 27 ans. Nonobstant, plusieurs phénomènes du football comme Raul, Del Piero, Shevchenko, Ronaldo sont passés par des périodes de trou noir suite aussi à de nombreuses blessures physiques et un changement de leur santé morale. Le constat étant qu’aujourd’hui Torres a l’air plus vieux que Drogba et Anelka reunis ! Son corps aujourd’hui après 10 ans de football au plus haut niveau ne repond plus comme il le faisait du temps de la Coupe d’Europe 2008, dernier scintillement du Nino

Alors Torres , bon pour la paëlla ?

Non, Fernando n’a pas perdu son instinct de buteur on son talent mais il aura besoin de temps pour se réadapter à son nouveau corps et ses capacités physiques réduites. Tout comme  Ronaldo, Raul ou encore Del Piero, il doit surmonter son handicap physique et développer un jeu différent basé sur le placement et l’anticipation. Comme référence, Samuel Eto’o, malgré ses 30 ans CFA, a su s’adapter à son nouveau corps et même  à sa nouvelle position sans pour autant vouloir jouer à la vitesse à laquelle il le faisait au Barça ou à Majorque. Torres doit accepter que les temps ont changé, que les jambes ont fané. Aujourd’hui, après avoir donné à Chamakh le surnom de Torres du pauvre, c’est au tour de Marouane de donner à Torres le surnom de Chamakh de luxe (le pot de gel en moins).

Torres  avant de se pointer à Londres aurait du contacter un certain Andrey Shevshenko, qui bien avant lui et avec des stats et un palmarès bien plus étoffés, a fait l’expérience d’être le chouchou du président des Blues. Aux dernières nouvelles  Sheva est retourné dans le congélateur du Dynamo Kiev, son club formateur, ce qui devrait arriver à Fernando s’il ne change pas de style, d’autant plus que l’on parle déjà  d’un echange avec Agüero en fin de saison…

Finalement , il faut signaler que c’est Liverpool qui à fait l’affaire de l’année avec Suarez et Andy « Drunk » Carroll !

Vive le football ivre !

Fernando Torres à la plancha

Torres entretenait déjà une grande histoire d'amour avec les fans de Chelsea

 Chelsea FC> Voir toute l'actualité du club
 Liverpool FC> Voir toute l'actualité du club
Brandon Le Bad

Ex entraîneur-adjoint de l'entraîneur le plus titré d'Afrique, Brandon mêle son amour profond pour les langues étrangères et la géographie apprise grâce au football. Vive le football ivre !

Brandon Le Bad
Angleterre
Espagne
Italie
Allemagne
France