Alors que la France vote une loi contre le voile intégral, un nouvel équipementier, Burrda, fait doucement son apparition dans le paysage sportif. Entre bizarerie orthographique et maillots taillés à la hache, découvrez une marque qui essaie de se donner un genre. Ca sent le sable chaud et les petrodollars.

Depuis quelques semaines, c’est l’émotion à l’OGC Nice. Ce n’est pas l’annonce de la retraite de Letizi qui étonne mais bel et bien l’annonce du nouvel équipementier du club. Gilbert Stellardo annonce que c’est la marque Burrda qui vient renflouer les caisses du club pour 5 ans. Les supporters, bien éloignés des réalités financières précaires du club, crient au scandale. Ces derniers rêvaient d’Adidas et leurs 3 bandes, de Puma et sson.. puma ou de Nike et sa virgule. Il se choperont Burrda et leur drapeau qatari.

Ce qui étonne autour de cette marque, c’est tout d’abord sa jeunesse. La marque n’existe que depuis 3 ans. Aucun passé dans le football, mais des fonds étrangement élevés pour venir grassement se payer des marques dans le football, et pas que : rugby, handball, tout y passe pour cette marque suisse. Suisse ? Ce n’est pas un nom qui sonne terroir suisse, banques, frometon et autres chocolats de Paques. Tout simplement car le siège a beau être en Suisse, la marque est qatari. A moins que le nom de son CEO, Selim El Zir, ne soit qu’un pseudo ?

Fiscalement, la marque appartient à Pilatus Sports Management SA, une entreprise, effectivement, helvète. Son président a lui largement fait ses preuves dans les jeunes entreprises. Au Qatar, il a repris Rotana Hotels, moribond. En 9 ans, il l’a rendue prospère (youpla’boum) en s’implantant en Egypte et en EAU. Mais Pilatus dépend de QSi, Qatar Sports Investment, contrôlé par Sheik Tamim Bin Hamad Al Thani, l’héritier du trône qatari et président du comité olympique national. Lui-même qualifie Burrda de « futur Nike ». Rien que ça.

La Burrda, nouvelle mode de lété chez les équipementiers ?

Pleurez, niçois, ceci devrait être votre maillot 2011/12

Nice est à racheter. Qatar lui fait les yeux doux, à distance. En effet, les supporters voient d’un mauvais oeil l’arrivée de tels fonds. Des rumeurs courrent au Ray : les responsables du futurs équipementiers auraient aussi derrière la tête l’idée de se payer le club qui ressemble au Milan AC, les joueurs, le palmarès et le stade en moins. Le sponsoring équiepement ne serait que la première étape d’après France Football. Le club a du se fendre d’un communiqué express : Nous apportons un démenti formel à cette « pseudo-information ». L’équipementier réplique aussi : «La lecture de votre article de ce jour sur l’OGC Nice nous a procuré un étonnement total. La marque Burrda Sport et sa société mère Pilatus Sport Management SA n’ont aucune vocation ni ambition de reprise d’un club de football à court, moyen ou long terme. Burrda Sport dément catégoriquement toute implication de près ou de loin dans un projet de reprise du club de l’OGC Nice.» C’est vrai, pourquoi racheter un club à 15M€ si on peut se payer un cador en Premier League ?

Les présidents des clubs essaient tant bien que mal de justifier l’apparition de cette marque, loin de tout critère esthétique, mais diablement bon payeur. En parlant de Diables, la fédération belge est passée chez Burrda pour 4 ans, aussi. Moyennant 500 000€ annuels (et 500 000€ de matériel), toujours 20% de plus que Nike, le précédent équipementier, Burrda équipera toutes les équipes de Belgique, tout comme celles du Qatar (normal) et du Koweit. La Tunisie ? 350 000€ par an pendant sept ans. Inespéré. Voyez par là un lien dans le style de jeu ?

Les qatari ayant toujours été interessés par le championnat anglais, plusieurs clubs anglais basculent chez les qatari, sur le tshirt dans un premier temps. Watford, via son président honoraire Elton John, a présenté l’été dernier le nouveau maillot fait par Burrda et dont le sponsor maillot et stade sera… Burrda, pour un an encore et 1.2M€ par saison. Wolverhampton ? Pareil. Les fans ont accueilli le maillot très moyennement : « maillot ennuyeux », « on dirait un maillot bon marché mal fini ». Prends ça, Zidane.

En Espagne, on compare. Joma Sport était inconnu avant de s’imposer avec La Corogne, Seville, … et le Honduras au dernier Mondial. En Chine, on réagit. Xtep est devenu l’équipementier de Birmingham via son milliardaire chinois, Carson Yeung.

En rugby, la marque a de quoi étonner. Alors que l’investissement dans le football s’inscrit dans la lignée de la Coupe du Monde remportée pour 2022, l’arrivée de l’équipementier l’année prochaine à Toulon et Biarritz est étonnante, le Qatar ne jouant pas au rugby (ou alors ils se cachent). A Toulon, Mourad Boudjellal est un fin négociateur et il ne manquera pas de profiter des sous générés par le partenariat pour ramener des joueurs efficaces. Malheureusement pour le président des Rouge et Noir, Toulon est sous contrat jusqu’en 2013 avec Puma, qui les menace de poursuites. L’été sera chaud.

Au fait, Burrda veut dire manteau en qatari.

La Burrda, nouvelle mode de lété chez les équipementiers ?

Burrda se compare à Nike, même dans leurs pubs

 OGC Nice> Voir toute l'actualité du club
Sébastien Couix

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !

Sébastien Couix
  • http://www.euklide.com Olivier Jadzinski

    et Airness a quasi disparu du Paysage footballisitque, non ?

  • http://www.pkfoot.com Sébastien Couix

    C’est vrai ça, aucune nouvelle de la marque au Puma (pas celle-là, l’autre). On ne l’a même pas remarqué, c’est bon signe non ? :D

  • Kia

    et pourquoi ? c est français

Angleterre
Espagne
Italie
Allemagne
France
Partager cet article par email










Submit