Après avoir rencontré successivement l’Islande, la Serbie et l’Estonie, quel bilan pouvons nous faire juste avant l’entrée officielle dans le championnat d’Europe des nations de notre équipe de France ?

Trois victoires en trois matchs, 2 buts encaissés, 9 buts marqués mais aussi deux blessures dans le même secteur, qui nous coûte deux forfaits pour le 1er match face à l’Angleterre … Dans les grandes lignes c’est plutôt satisfaisant et encourageant pour la suite mais en creusant un peu, secteur par secteur on voit une toute autre analyse.

Dans les buts, les deux qui ont été encaissés par les Bleus l’ont été quand la cage était gardée par le marseillais . C’est pas pour autant qu’il faut lui incomber toute la responsabilité même si il ne s’est pas forcement montré très rassurant lors du 1er match de préparation. Lloris n’a pas eu beaucoup de travail sur les deux matchs restants mais a su répondre présent et conforte sa place de numéro 1 pour la compétition.

En défense … il y a un sacré chantier. Depuis l’éviction de Yanga-Mbiwa, le groupe ne possède que 3 centraux. Mexès n’est pas forcement rassurant et paie son manque de temps de jeu à Milan. Rami, auteur d’un but contre l’Islande, a beaucoup tenté en prenant parfois des risques inutiles qui pourraient coûter cher contre de plus grosses cylindrés … Koscielny, très bon relanceur confirme qu’il a beaucoup progressé cette saison et peu avoir une carte à jouer si Mexès et Rami ne relèvent pas leur niveau de jeu. Coté latéraux, Evra a été, à juste titre, montré du doigt vis à vis de sa prestation lors du 1er match mais a apporté davantage lors du dernier match. Il devrait donc débuter face à l’Angleterre car sa motivation sera à son summum. Clichy représente pourtant une vraie alternative à gauche. A droit Debuchy montre qu’il est le meilleur latéral français du moment avec un apport offensif considérable, son remplacent Reveillère répond présent en cas de besoin.

Au milieu, le principal point noir est la blessure de qui est donc forfait pour le 11 juin. Rajoutez à cela l’indisponibilité en plus de MatuidiDiarra devient donc le seul milieu défensif de métier, même si Cabaye peut porter ce costume, il s’épanouie de plus en plus sous le maillot bleu. Le positionnement de Malouda en relayeur est aussi un pari gagné par Laurent Blanc. Le londonien apporte davantage que sur un côté et devrait avoir une carte à jouer à cette place.

Dans un registre plus offensif, Nasri est la grosse déception de ces amicaux. Blanc lui donne les clefs du jeu mais Nasri n’est pas décisif. Sur un match il y a bien une complicité avec Benzema et quelques unes-deux mais sur un match ce n’est pas suffisant… Marvin Martin, quant à lui, apporte beaucoup par sa vivacité et sa percussion dès qu’il entre en jeu. Une vraie alternative.

Devant, c’est aussi un vrai casse tête pour le sélectionneur. Ribery revient à son meilleur niveau en bleu. Il marque, il provoque et donne des bons ballons … que demandez de plus ? Une autre certitude c’est que l’avant centre des bleus sera bien , c’est l’atout numéro 1 de l’équipe de France, le joueur qui peut changer le déroulement d’un match sur une action. Après le choix des remplaçants est large, entre Ben Arfa, Menez et Valbuena, le sélectionneur a essayé de faire jouer tous le monde dans les matchs amicaux, malheureusement pendant la compétition, il va falloir faire des choix car on a le droit qu’à trois changements par match … Qui utiliser à quel moment ? Et à quel poste ? A la place de qui ? Autant de choix stratégiques qu’il faudra faire en fonction du score.

Sans oublier le nouveau champion de France, Olivier Giroud, qui a ramassé les miettes à chaque entrée en jeu et qui est quand même crédité de deux passes décisives. Il pèse sur les défenses adverses. On peut juste regretter de n’avoir jamais eu l’occasion de le voir associé à Benzema mais c’est peut être la surprise du chef Blanc !

Une défense fragile, un potentiel offensif très conséquent… Pour ma part je vois la France finir dans le dernier carré de cet Euro. Rendez-vous en juillet pour me faire mentir ! D’ici là, à vos réactions et pronostics !

Equipe de France : quels enseignements retenir de ces matchs de préparation ?

Ils savent maintenant compter jusqu'à quatre...

Julien Pauletto

Né ballon au pied tel Olivier Atton, mais sans son talent footbalistique, j'ai décidé de me consacrer à cette grande religion qu'est le football. Fidèle au poste (de télé) devant la messe chaque dimanche matin à 11h chantant la marseillaise.

Julien Pauletto
Angleterre
Espagne
Italie
Allemagne
France
Partager cet article par email










Submit