Olympique LyonnaisOlympique Lyonnais

L’Olympique Lyonnais est un club de football français fondé en 1899 sous le nom Lyon Olympique et qui acquiert le nom Olympique Lyonnais en 1950. Le club, basé dans le quartier de Gerland, est présidé depuis juin 1987 par Jean-Michel Aulas.

L’Olympique lyonnais évolue dans le Stade de Gerland. Il possède à son palmarès sept titres de champion de France, quatre Coupes de France et une Coupe de la Ligue, ce qui en fait l’un des clubs les plus titrés de France.

L’OL prêt à tout pour l’OL Land ?

Dans le cadre de l’Euro 2016, l’OL fait partie de ses clubs qui en profitent pour avoir un nouveau stade, d’où la naissance de l’OL Land. Le projet de nouveau stade pour l’Olympique lyonnais remonte à 2007. D’abord prévu à Vénissieux, le club ne parvient pas à faire l’acquisition du terrain convoité, en bordure de périphérique lyonnais. C’est ainsi que le nouveau stade est désormais prévu sur la commune de Décines-Charpieu. Pourtant ce projet n’est pas sans encombre non plus … 

lire la suite

12e journée de L1 : le prix Banane pour le superbe but d’Armand

Après cette 12e journée de Ligue 1, nous distribuons des prix pour récompenser des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer uniquement le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot (prix Orange), ses boulettes (prix Banane) mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif (prix Citron), l’individualisme ou l’ego (prix Melon).

lire la suite

4e journée de L1 : le Prix Citron pour Girard père et fils

PKFoot distribue des prix après chaque journée de Ligue 1 pour récompenser ou dénoncer des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot (prix Orange), ses boulettes (prix Banane) mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif (prix Citron), l’individualisme ou l’ego (prix Melon).

lire la suite

OL, ASSE : l’Europa League ne les intéresse pas

Une compétition qui rapporte peu (le vainqueur gagne autant que les pires équipes de la phase de groupe de la Ligue des Champions) et qui coûte beaucoup d’énergie avec ces matchs exotiques le jeudi soir. Voilà ce que pensent sans doute la plupart des clubs français de l’Europa League. Au diable le prestige européen et le parfum de joutes de haut niveau pour lesquelles il faut souvent attendre et atteindre les huitièmes, voire les quarts de finale. Saint-Etienne s’est incliné 1-0 chez Karabükspor en barrage, ce qui n’est pas dramatique en soit mais les Stéphanois s’étaient aussi inclinés 4-3 à Ejsberg l’an dernier… avant de perdre à nouveau à Geoffroy-Guichard au retour. Les Verts ont été éliminés comme Nice contre l’Apollon Nicosie la même année et peut-être comme Lyon cette saison. Les Lyonnais ont été surpris à la maison (1-2) par une modeste équipe roumaine (FC Astra). Le plus inquiétant pour ces deux rivaux, c’est d’avoir perdu avec la meilleure équipe possible. Allez, et même s’ils renversent la vapeur au retour, feront-ils mieux que Bordeaux (2013/14), Marseille (2012/13) et Paris (2011/12) qui n’ont pas daigné franchir les groupes ? Sur les quatre dernières saisons, les performances de Lille (16e de finale contre le PSV) et de Paris (1/8e contre Benfica) en 2011, de Bordeaux (1/8e contre Benfica) en 2013 et de Lyon en (1/4 contre la Juventus) en 2014 font presque figure d’exceptions.

lire la suite

Bafétimbi Gomis : « je viens d’un endroit où l’on peut facilement s’égarer du droit chemin »

Depuis que le monde est monde, le public aime partager une relation ambigüe avec ses sportifs. Tantôt héros des temps modernes et défenseurs de nos idéaux, tantôt ingrats et bafoueurs de la morale, il convient surtout de souligner que les sportifs français, et en particulier ses footballeurs, ont parfois pour le public une très mauvaise réputation. Pour ces derniers, il faut  reconnaître que le comportement de certains n’a pas toujours été à la hauteur de nos espérances. A raison bien sûr, puisque les faits impliquant des joueurs croissent à mesure que le niveau du football français baisse. Mais aussi et surtout à tort, puisqu’il existe encore aujourd’hui, en 2013, des footballeurs qui sont à l’opposé de l’image qu’on veut bien leur coller. Nous en avons eu la preuve lundi dernier, en la personne de Bafétimbi Gomis. Récit d’une journée exceptionnelle en sa compagnie organisée par l’équipementier Puma.

lire la suite
10 juin 2013 0

« Corrompu[e][s]« , le film à charge contre le nouveau stade de l’OL

Il s’appelle « OL Land » et se retrouve souvent rattaché à son initiateur, Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais. Le grand complexe de vie, qui doit prendre forme d’ici l’Euro 2016 en France, a fait grincer des dents dans la région lyonnaise, entre administration et riverains. Un documentaire de 52 minutes de RJTP retrace cet imbroglio en présentant les anomalies des délibérations mais surtout la puissance d’argumentation du président français le plus charismatique des 15 dernières années.

Des retransmissions publiques sont aussi disponibles : 11 juin à 19h. Meyzieu, Maison des associations  / 13 juin 21h Lyon, Maison de l’écologie / 17 Juin 20 h Lyon, Restaurant « La Fenotte » / 28 juin à 20 h, à la salle polyvalente de Chassieu.

Pour voir le film complet, cliquez ici

lire la suite

Les supporters lyonnais envoient Lovren au Barça avec le tag #mesqueunquenelle

Les supporters de l’OL ont du mal à digérer la boulette de leur défenseur central Dejan Lovren contre Sochaux et Giovanni Sio, offrant la victoire eu club du Doubs. Quand MundoDeportivo lance un sondage pour connaître l’avis des internautes sur le meilleur central que le club blaugrana devrait recruter, les supporters se défoulent.

lire la suite

L’OM n’est pas près de voir le bout du tunnel

L’histoire avait pourtant bien commencé. Une équipe réduite à son strict minimum parvient à tenir tête aux pétrodollars de l’effectif plétorique du Paris SG en L1. Sans profondeur de banc ni sens de la répartie médiatique, la vaisseau d’Elie Baup n’a attendu qu’une avarie pour commencer à prendre sérieusement l’eau. Comme prévu, elle est venue d’APG au sein d’une l’attaque limitée quantitativement. L’Olympique Lyonnais est venu rajouter une couche en infligeant une défaite et en marquant les esprits. L’OM vient de perdre ce qui faisait sa force et apportait la cohésion : un mental de guerriers (malgré eux) via une dynamique de victoires. Si le club a réussi à se relever après la volée de Valenciennes, rien n’augure un retour à la normale sur le boulevard Michelet. Vivement la fin du monde.

lire la suite
Angleterre
Espagne
Italie
Allemagne
France