Restons connectés

On a lu “48 2/3”, le livre de Christian Jeanpierre

Lecture

On a lu “48 2/3”, le livre de Christian Jeanpierre

Pour les éventuels lecteurs qui se disent « encore un livre de footeux pour parler foot », vous ne pourriez pas être plus dans l’erreur. Ici, il n’est pas question de débattre de tactique, du niveau en baisse du championnat de France ou de la gestion des instances du football mondial. Il est question de rencontres. Des hommes et des femmes – ou plutôt une femme – qui ont marqué la vie de Christian Jeanpierre, monsieur football et rugby de TF1.

Pour se raconter, « CJP » a préféré parler de ces personnalités incroyables qu’il a pu rencontrer au cours de sa carrière et d’une vie bien remplie, signe de sa simplicité et de son humilité. Ses « boussoles » comme il les appelle, ce sont des personnages du sport comme Arsène Wenger, Christian Califano ou Lionel Messi, mais aussi des personnes ayant pour origines d’autres disciplines comme Kad Merad ou le Comte de Bouderbala.

Vraisemblablement, vous ne connaîtrez pas toutes les âmes dont il est question dans ce livre. Mais leurs vies et leurs récits sont de précieux témoignages, tous plus inspirants les uns que les autres. On se prend à rire devant les anecdotes du manager d’Arsenal (contacté par l’agent de Welbeck en pleine rencontre avec le pape: « Je suis avec le Pape François, je vous rappelle dans quelques minutes ») ou de Kad Merad (« Tu ne peux pas savoir ! Je me fais bilouter trois frois par jour par des inconnus dans la rue. »). Mais on est surtout sans voix devant des destins aussi improbables que ceux du comte de Bouderbala qui s’est battu pour prouver son talent, de Fulgence « Fufu » Ouedraogo qui livre un récit poignant sur ses blessures familiales ou encore de Christian Califano qui aurait pu basculer dans la délinquance sans une rencontre salvatrice.

Cali a déchiré et piétiné son costume de dépit en rentrant au vestiaire. Sauf qu’il avait passé ses nerfs sur celui d’un autre… par erreur.

Si une seule femme figure dans ce livre, Anne-Dauphine Julliand rapporte une leçon de vie en parlant de ses deux enfants, atteints d’une maladie génétique qui les condamnent à une vie courte. Autour de ses projets de documentaires et de livres, elle raconte pourtant à quel point les enfants qu’elle a rencontré sont pleins de vie et profitent de chaque instant comme nous devrions tous le faire, comme les événements récents ont pu nous le rappeler douloureusement.

Au final, que vous soyez sportifs ou non, ce livre ne peut que plaire à son lecteur. Car il démonte ce que l’on oublie parfois, que pour arriver quelque part, la détermination et le travail sont indispensables. Que ces personnes que l’on admire, ne sont finalement que des Hommes qui ont eu le courage de suivre leurs rêves, peu importe leurs origines ou leurs classes sociales. Je n’ai pas explicité ici toutes les histoires de cet ouvrage car je vous invite à les découvrir par vous même. Une belle idée de cadeau à l’approche de Noël. Bien écrit et agréable à lire, ces 336 pages vous feront voir les choses en perspective et d’une lumière positive, comme une piqûre de rappel de ce que doit être la vie.

Morceaux choisis :

  • « Arsène s’est remis de cette défaite, comme d’autres. Avec le temps, son cuir s’est épaissi. Il a appris que poser son regard sur demain est la meilleur manière d’oublier les peines d’hier. »
  • « Ma rencontre avec Batti est la plus belle chose de ma vie. Sinon, c’est sûr que j’aurai eu mon nom dans les pages des faits divers plutôt que dans celle des sports. » Christian Califano
  • « Les deux plus grands fléaux de l’humanité sont l’ignorance et la peur. Il n’y a qu’une seule vertu pour y faire face : être curieux. J’ai grandi avec ces mots. Alors qu’ici, on t’apprend que la curiosité est un vilain défaut. C’est terrible ! » Malek Boukerchi
  • « Très tôt, j’ai eu conscience que mes actes prenaient un relief tout particulier en raison de ma notoriété. J’ai été épié, copié. Je voulais être parfait et ne décevoir personne , surtout ceux qui m’aimaient. J’ai construit ma vie autour de cette colonne vertébrale. » Pierre Albaladejo
  • « Un Algérien avec le numéro 10 dans le dos, normalement, ça joue au foot… » Kad Merad sur sa carrière de rugbyman

On a lu “48 2/3”, le livre de Christian Jeanpierre

Fan inconditionnel de football depuis l'enfance, mon coeur bat pour le Liverpool Football Club. Supporter et non pas spectateur, le beau jeu et le mouillage de maillot sont mes priorités. On se retrouve sur Twitter !

... à lire dans Lecture

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour