Restons connectés

11e journée de Ligue 1 : Montpellier facile, un Classique peu fameux

Compétitions

11e journée de Ligue 1 : Montpellier facile, un Classique peu fameux

On est désormais à un peu plus du quart de ce championnat, la course au podium fait rage entre les prétendants et les outsiders, tandis que le Paris Saint-Germain continue inexorablement de l’emporter, tuant tout suspense sur son passage.

Les Tops de ce week-end :

  • Lille continue encore et toujours sur ses performances, l’équipe outsider du début de saison continue d’étonner par son étonnante réussite et organisation tactique sur le terrain. Contrairement à d’habitude, Loïc Remy coupable de mauvaises performances, a cédé sa place à la pépite en provenance du Sporting, Rafael Leao. Sur un service de Nicolas Pepe, l’homme en forme de l’équipe, Leao récupère le cuir et l’expédie au fond des filets, ne laissant aucune chance au portier du Stade Malherbe et permettant aux Dogues de conforter sa place sur le podium. Si Ikoné et Pepe ont tout de même été moins fringuant et virevoltant qu’à leurs habitudes, le réalisme était de mise, et la domination lilloise s’est concrétisée par une victoire.

  • Le Lyon imite le Dogue, dans une course au podium aucun écart n’est accepté et les lyonnais ont su se ressaisir de leur contre-performance face à Hoffenheim en Ligue des Champions. Après une première période qui n’a pas su départager les deux acteurs, Houssem Aouar la pépite du centre a pris ses responsabilités et a donné l’avantage à son équipe, grandement aidé par un sensationnel. L’international néerlandais a confirmé sa bonne forme en s’offrant lui aussi un but, malgré la réduction duscore de Cristian Lopez en toute fin de rencontre (88′). Depay s’est par la même occasion targué d’une remarque à l’intention de Pep Genesio, ou il remet en cause la capacité de jugement de ce dernier tout en exprimant sa frustration à rester sur le banc depuis quelques semaines, une sortie qui n’a pas manqué de faire réagir Jean-Michel Aulas qui semble déterminer à régler ça en privé en quatre yeux.

  • Tout comme Lille, Montpellier l’un des tubes de ce début de saison, a su confirmer sa très bonne forme actuelle. Une victoire fulgurante 3 buts à 0 suffit au bonheur des Pailladins, l’ex-bordelais Gaetan Laborde, qui avait déjà marqué contre ses ex- coéquipiers, s’est offert un nouveau but. Andy Delort a fait de même face à la 24′ minute, offrant le break face à son ancien club. Baptiste Reynet, auteur d’un bon début de saison, vient mettre un terme aux débats avec un but contre son camp en fin de rencontre (93′), permettant à Montpellier de tenir sa place en haut de tableau.

Les Flops du week-end :

  • La rencontre entre Guingamp et Strasbourg s’est soldé sur un triste match nul. Ce résultat n’aide aucune des deux équipes, Guingamp ayant besoin de cette victoire pour remonter dans le classement, tandis que le Racing aurait pu créer la surprise et s’offrir une sixième place bien méritée. C’est Nicolas Benezet qui ouvre tôt le score à la 6′ minute, les Strasbourgeois croient à une égalisation sur penalty mais ce n’est pas convertit par Kenny Lala, heureusement c’est le joueur formé chez les Alsaciens, Lucien Zohi, qui permet à son club de tirer un bon point. Pas assez pour son équipe, même constat pour leur opposant.

  • Toujours pas de première victoire pour Thierry Henry ! Après une défaite à Strasbourg, l’ex-international de l’équipe de France pensait avoir fait le plus dur lorsque son équipe ouvre le score grâce à Henrichs, mais très vite il se fait rattraper par Alphonse sur un service de Balmont. Les Dijonnais reprennent même l’avantage avec l’international algérien Mehdi Abeid, donnant quelques sueurs froides aux joueurs du Rocher, mais c’est le défenseur polonais Glik qui permet à son équipe d’arracher le point du nul. Monaco n’y arrive pas, et la méthode Henry semble encore trop poussive pour montrer quelques progrès, les dirigeants feraient bien de se pencher sur les capacités de leur effectif.

  • Saint-Etienne manque le coche malgré une ouverture du score précoce ! Bien positionné au classement, les Verts avaient l’occasion de prendre une avance au classement dès vendredi, mais les Nîmois ne l’ont pas vu du même œil. Cabella ouvre le score 30 secondes après le coup d’envoie d’un coup de casque au premier poteau, mais à un quart d’heure de la fin, Rachid Alioui lancé par Umut Bozok, se retrouve face à Ruffier et le trompe d’une frappe croisée. Nîmes prend un précieux point dans sa course au maintien tandis que les Verts ratent une occasion en or de mettre la pression sur ses concurrents.

 

  • Enfin le Classique de la Ligue 1 pour terminer cette journée. Après 60 minutes de matchs plus que correct de la part de l’OM qui a montré une véritable opposition aux leaders du championnat, il aura suffit d’une entrée de Mbappé, d’une accélération, et d’une frappe à ras-de-terre pour que Mandanda soit vaincu sans grande difficulté. L’entrée du champion du monde a changé les offensives parisiennes bien plus tranchantes qu’elles n’avaient pu l’être, cependant après un coup franc marseillais qui s’est conclu sur un but, l’arbitre est revenu sur une faute « imaginaire » de Strootman sur Marquinhos. Un carton jaune en guise de récompense à l’international néerlandais qui n’a pas manqué de signaler que l’utilisation de la VAR était tout à fait adéquate dans cette situation. L’entrée de Valère Germain et sa simulation grotesque ont rendu ce match plus fade qu’il ne l’était devenu suite aux quelques erreurs d’arbitrages, un match à oublier tant il a été pauvre en action et en spectacle.

Etudiant dans le médical mais passionné avant tout de football. Supporter de l'OM depuis toujours, je suis surtout fan des joueurs avec une aisance technique balle au pied.

... à lire dans Compétitions

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour