Restons connectés

PKFoot

Tactique #1 : comment faire jouer Manchester United ?

Angleterre

Tactique #1 : comment faire jouer Manchester United ?

Dans cette nouvelle rubrique, nous essayons d’imaginer comment optimiser l’effectif d’un club. Evidemment, tout cela reste très théorique, nous n’avons pas la prétention d’affirmer faire mieux que le staff en place. Nous nous penchons aujourd’hui sur le cas de , qui veut redevenir l’ogre du football anglais.

Protéger une défense sans patron

Solskjaer a trouvé sa formule quelques semaines avant l’interruption de la Premier League, et il est difficile de lui donner tort. En 3-4-1-2, Manchester United est plus solide, et les victoires face à Chelsea et Manchester City attestent de l’efficacité de ce système, qui doit devenir celui que privilégie l’entraîneur. Cela s’explique par plusieurs raisons : aucune charnière centrale n’a donné complète satisfaction, car même s’il a eu un impact positif, au point de récupéré le brassard de capitaine, Maguire n’a pas réussi à faire ce que van Dijk a fait à Liverpool. En outre, si les latéraux ne sont pas mauvais défensivement, le milieu n’apporte pas suffisamment de protection à la défense dans une formule en 4-3-3 ou 4-4-2, surtout lorsque le niveau de l’adversaire augmente.

La défense à 3 permet de régler quelques soucis : une meilleure couverture des latéraux, ou encore la possibilité pour un des 3 centraux de sortir sur un adversaire aux 20 mètres tout en étant couvert par 2 coéquipiers, ce qu’avait parfaitement fait un Zagadou avec Dortmund, lors du match aller face au PSG. Si aucun des centraux ne le fait, il y aura toujours cette zone entre le double pivot et la ligne de défense qui sera désertée, ce qui serait un désastre. C’est à Solskjaer et son staff d’apprendre à Lindelöf, Maguire et Bailly de sortir de leur zone de confort pour gicler sur un éventuel joueur qui demanderait la balle dans cette zone. En conclusion, ce système est intéressant, surtout parce qu’il protège une défense sans grand leader.

Dans cette configuration, sans recrue, le rôle de doublure de Pogba peut étonner. A son meilleur niveau, le Français deviendra indiscutable. Pour le moment, c’est bien Fred qui a montré le plus de choses cette saison, faisant preuve d’une grande intelligence dans le jeu sans ballon, couvrant une zone importante, et se montrant propre balle aux pieds. Si le double pivot qu’il forme avec McTominay ou Matic ne fait pas rêver, la créativité de Bruno Fernandes permet de relativiser leur faible apport offensif.

La position de James peut également faire tiquer. Le Gallois aux jambes supersoniques a déjà été aligné dans le duo d’attaque cette saison, sans réelle réussite. Sans surprise, il faisait beaucoup plus d’appels dans la largeur que dans l’axe. Dans un rôle de piston, il a toutes les qualités naturelles pour devenir intéressant. Ce serait un pari pas forcément insensé, quand on se souvient ce que Conte avait réussi à faire à Victor Moses, l’année où il a été champion avec Chelsea.

Une attaque déjà intelligente

Bruno Fernandes, s’il continue sur sa lancée, a tout pour devenir le meneur de jeu de cette équipe. Toujours disponible entre les lignes, capable de garder la balle, essentiel relais sur les transitions, le Portugais ressemble à la pièce qui manquait aux Red Devils pour mettre à profit la vitesse de ses attaquants. Son entente immédiate avec Martial pourra peut-être faire rêver Old Trafford à nouveau dans la durée.

Sa réussite n’est pas le fait exclusif de son très haut niveau de jeu. Le numéro 18 bénéficie de l’intelligence de ses camarades d’attaque : polyvalents, capables de prendre la profondeur ou de se déplacer en largeur pour ouvrir des espaces, Rashford et Martial forment un duo qui peut faire mal pendant des années. Moins mobile, mais toujours propice à se sacrifier, Ighalo apporte beaucoup dos au but, tandis que Greenwood est une pépite à polir avec attention.

Le plan de relance

Tout n’est pas idéal pour autant. Si ce dispositif permet de protéger la défense, un vrai travail reste à faire sur la relance, notamment sous pression. Autrement dit, il faut que les 3 centraux se fassent violence pour remonter la balle et ainsi créer les décalages au milieu, qui créeront les décalages en attaque. Aucun central n’aime porter la balle, ou tenter de casser la ligne de pressing adverse par la passe, alors que Maguire a la qualité pour le faire, mais ne le montre que trop rarement. Cela induit trop souvent les milieux à redescendre trop bas pour chercher le ballon, et ainsi à avoir trop de joueurs derrière le ballon. Si on peut comprendre leur volonté de sécuriser la relance pour ne pas subir de transition fatale, il est anormal que Fred ou Matic (et Pogba quand il joue) redescendent aussi souvent pour chercher le ballon. Les défenseurs de Manchester United doivent s’inspirer de ceux de Sheffield, téméraires quand il s’agit de relancer, et toujours motivés à l’idée de faire la petite course qui élimine la ligne de pressing, et créer des décalages plus haut sur le terrain. A un niveau supérieur encore, Upamecano est un spécialiste du genre, même si sa prise de risque semble parfois démesurée quand on a l’habitude depuis des années à un football plus conservateur.

La capacité à relancer sous pression sera primordiale pour cette équipe. En effet, il serait intéressant, au vu du profil de chaque joueur de l’effectif, d’inciter l’adversaire à presser pour avoir la profondeur de se projeter une fois le décalage réussi. Sans joueur fiable dans ce domaine, tout ce système perd beaucoup de son sens.

Comment améliorer l’effectif ?

Dans un monde où des clubs souhaitent s’attacher leurs services, Dalot, Andreas Pereira et Lingard seraient invités à partir. Sans eux, tous les postes sont doublés, et les Gomes ou Tchong pourraient monter en équipe première en cas d’hécatombe. Prêtés, Smalling et Rojo devraient partir aussi, même si le premier a prouvé cette saison à la Roma qu’il avait encore un peu de ballon, et que sa baisse de niveau s’expliquait aussi par le contexte pourri au club. Les regrets existent aussi pour Dalot, intéressant par moments, mais la situation fait qu’il n’aurait pas assez de temps de jeu pour progresser.

Pour renforcer l’équipe, Manchester United a des moyens financiers et du prestige, à défaut de pouvoir promettre de jouer la gagne en Ligue des champions, ou même en Premier League. Néanmoins, le projet redevient cohérent. Cela ne suffit pas pour attirer les meilleurs mondiaux, qui ne jurent plus que par la C1, mais quelques bons coups restent possibles. En défense centrale, Skriniar serait LA recrue idéale. Cité dans les podcasts sur le PSG ou sur le FC Barcelone, le Slovaque est habitué à la défense à 3, aime porter la balle, met de l’impact dans les duels, et assure une relance propre. Surtout, il ne gagne « que » 5 millions d’euros par an, ce qui équivaut à ce que verse le club pour un joueur comme… Lingard. Entre l’attractivité de la Premier League, et un salaire doublé, le défenseur de l’Inter Milan pourrait être intéressé. Solution de repli, Umtiti pourrait faire l’affaire. Son amour pour les passes qui cassent le pressing serait précieux, mais une incertitude entoure le physique du Français, sujet aux blessures. D’un autre côté, sans cette incertitude, il serait indiscutable au FC Barcelone et donc en dehors du spectre de Manchester United. Même s’ils ont moins de références, Söyüncü, Upamecano voire Bornauw seraient également intéressants.

Dans l’entrejeu, si Pogba s’en va ou ne retrouve pas son niveau, un joueur pourrait apporter énormément. Un transfert lui permettrait de suivre les traces de son idole David Beckham. Il s’agit de Sabitzer. L’Autrichien, ancien ailier reconverti dans un double pivot à Leipzig, sait tout (bien) faire : récupérer, lancer les transitions, se montrer disponible entre les lignes, et marquer. Même si Bruno Fernandes a nuancé le problème, force est de constater que le danger repose trop sur les seuls attaquants, là où Manchester City peut compter sur De Bruyne, David Silva, Bernardo et Mahrez pour faire la différence les (rares) fois où Sterling, Agüero et Jesus sont en panne d’inspiration. Maddison serait également une recrue intéressante, mais l’Anglais arrive à jouer aussi bien à Leicester parce qu’il a Ndidi derrière lui : un profil dont ne dispose pas les Red Devils.

Milinkovic-Savic ou Saul sont d’autres profils qui font saliver, mais qui seront très difficiles à attirer. Sabitzer, Milinkovic-Savic ou Saul : si le club fait signer un seul de ces joueurs, ce sera une plus-value indéniable pour l’équipe. Cités dans la presse, Grealish et van de Beek ont évidemment le niveau pour jouer au club, mais le mariage semble moins évident. L’Anglais empiéterait sur le territoire de Fernandes, et le forcerait à reculer, ce qui serait dommage. Le Néerlandais, joueur anarchique, sorte de Thomas Müller 2.0, pourrait s’adapter dans le double pivot, mais ses partenaires sont-ils déjà assez matures tactiquement pour profiter de son jeu si particulier ? C’est une interrogation supplémentaire, même si sa venue générerait évidemment beaucoup d’enthousiasme pour tout le monde.

Si un gros coup en attaque ne se refuse pas, ce secteur ne me semble pas prioritaire pour le moment. Sancho ou Kane, pour ne citer que les joueurs anglais, amélioreront forcément l’attaque. Mais quid des joueurs déjà présents ? Martial, Rashford et Greenwood sont des joueurs que le club a tout intérêt à faire grandir. Un quatrième attaquant aurait été bienvenu mais le club a judicieusement prolongé l’aventure d’Ighalo. Autrement dit, un gros coup ne se refuse pas, mais cela freinerait la progression de joueurs déjà installés et intéressants. Il est dans l’ADN du club de former et faire grandir des joueurs. Tous n’atteindront pas le niveau de la promo de 92, avec les frères Neville, Beckham, Scholes, Butt et Giggs, certains arriveront à donner à ce club sa saveur si particulière.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Angleterre

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour