Restons connectés

PKFoot

Bye bye Tymoschuk, bonjour Sydorchuk

Autres championnats

Bye bye Tymoschuk, bonjour Sydorchuk

Bienvenue dans une nouvelle rubrique sur PKFoot : la nouvelle star. Si l’on devait résumer ce nouveau rendez vous mensuel en deux mots ce serait : talent et horizon ! Il n’est en effet ici pas question d’enchaîner de nouveau reportage sur les N’Golo Kanté locaux mais plutôt d’aller chercher la perle rare à l’étranger. Comme nos scouts français sont très limités, on se substitue à eux ! Aujourd’hui gros plan sur un joueur que personne n’attendait en Ukraine mais qui est en train de tout cassé.

A 23 ans, le statut d’espoir ne vous convient plus tout à fait. C’est même l’âge auquel il devient urgent d’en sortir. était tout doucement en train de s’enfoncer dans la case « espoir qui ne confirme jamais vraiment ». Tout proche d’ajouter Ahmed Yahiaoui et A. Le Tallec en ami sur Facebook. Mais ça c’était avant ce mois d’octobre en boulet de canon qui vint confirmer son excellent début de saison.

Savoir saisir sa chance

Impossible de parler football en Ukraine sans évoquer même très brièvement la situation politique. Elle impacte forcément tout les aspects de la vie au pays (ballon rond inclus). Il y a bien sur ce supplément d’âme avant, pendant et après les matches mais d’un point de vue plus terre à terre, la guerre en Dombass signifie surtout la délocalisation des clubs de l’Est et une terrible publicité pour recruter étranger. Il a donc fallu se replonger dans le vivier national.

Les argentins, brésiliens ou français n’étant plus très chaud pour venir jouer au pays de Maïdan.

Attention, ne nous méprenons pas, le Dynamo a toujours eu cette tradition de récupérer et faire jouer les meilleurs jeunes ukrainiens. Mais Sydorchuk aurait-il eu sa place assurée si une star était arrivée à son poste ? Pas sûr et en plus de ça, il était loin d’être le seul jeune ukrainien prometteur a postulé à une place dans le 11. Harmash et Bezus au même poste, par exemple, déjà internationaux A, partaient avec une longueur d’avance en août. Sans parler des Veloso ou Haruna, toujours au club. Profitant des blessures des uns et des méformes des autres, il gratte du temps de jeu avant de s’installer comme « intouchable » via ses performances !

Bye bye Tymoschuk, bonjour Sydorchuk

Box-to-box ?

Désormais milieu défensif/relayeur, Serhiy a pourtant une formation plus offensive. De ses très jeunes années, il a gardé un touché de balle pas dégueu et cette capacité à bien se projeter vers l’avant. Si vous ajouter à cela un coffre énorme qui lui permet d’harceler et de parcourir d’importantes distances, vous commencez à comprendre la clé de son succès.

Depuis qu’il a pris confiance, toutes ses qualités s’expriment finalement pleinement. Au milieu, à Kiev, la paire titulaire de centraux revanchards (avec Rybalka envoyé en prêt en Rep. Tchèque l’an dernier) est devenu le socle inamovible de l’équipe.

Le déclic psychologique final a eu lieu lors de ses premières sélections en équipe nationale le mois dernier. Positionné plus haut par Fomenko, il marque le but de la délivrance (0/2) en Biélorussie et celui de la victoire quelques jours plus tard à Lviv contre la Macédoine (1/0). Vivifié et rassuré sur son talent, il enchaîne au match suivant pour le Dynamo avec un but et une passe décisive. Avant cela, il avait gagné sa sélection via de très grosses prestations face au Steaua(en EL) et au Shakhtar. Il confirme qu’il peut vampiriser le milieu tout en apportant sa pierre à l’édifice offensif. Un profil rare, donc.

Elu joueur d’Octobre en Ukraine par les sites spécialisés, il incarne un futur radieux pour son club et son pays.

Star et symbole de la jeunesse ukrainienne

Au-delà du joueur, l’homme plait aux médias locaux. Invité récemment sur le plateau de la chaîne  Футбол 1, il expliquait « aimer la bière, les gâteaux et le borsch », « ne pas se considérer comme une star car les vraies (stars) ce sont ceux qui ont fait de grandes choses comme Blokhine ou Rebrov ». Si ce n’était pas suffisant pour se mettre les fans dans la poche, il avait aussi expliqué que la seule chose qui lui importait dans la préparation de son second mariage à 23 ans était les couleurs de la cérémonie : « le bleu et le blanc du Dynamo ».

Tout roule donc pour lui. Mais arrive maintenant, le plus difficile : l’heure de la confirmation ! Il va désormais falloir être balèze pour résister aux excellents Bezus et Harmash qui poussent fort en club ET en sélection mais aussi pour satisfaire l’attention qui lui est désormais porté. Sa chance est qu’il y a presque toujours Yarmolenko avec lui sur le terrain pour concentrer un peu plus l’attention. Mais enfin s’il continue à enchaîner en club les performances majuscules et les buts en sélection, son futur pourrait bien s’écrire ailleurs. Nouveaux éléments de réponse ce soir lors du match Luxembourg/Ukraine, quelque chose nous dit que son compteur de but va encore évoluer…

PS : Hey, les clubs français ? Free Tip pour vous : Il y aura forcément un déçu entre Harmash, Bezus, Sydorchuk et Rybalka. Vous ne prendrez pas un grand risque en allant le récupérer…

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot mais surtout de ce qu'il représente partout dans le monde.

... à lire dans Autres championnats

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour