Restons connectés

PKFoot

Lorsque le football provoque des tremblements de terre

Autres championnats

Lorsque le football provoque des tremblements de terre

Un coup-franc direct a généré un tremblement de terre qui a été enregistré par des scientifiques sur leurs sismographes. Un séisme de magnitude 5,2 degrés sur l’échelle de Richter avec pour épicentre la ville d’Albacete a ébranlé l’Espagne ces derniers jours. Heureusement, sans blessé et sans dommage. Pour rappel, les tremblements de terre sont dus aux vibrations causées par le frottement de deux plaques tectoniques. Le football est aussi en mesure de faire trembler la terre.

On vous avait déjà parler de « l’enfer du stade napolitain » sur un but de Cavani. Le phénomène n’est pas si récent. Le 5 avril 1992, en Argentine, dans l’ancien stade de l’Estudiantes (le bien nommé Jorge Luis Hirschi), lors de la 7ème journée du championnat d’ouverture, a lieu le derby de La Plata entre l’Estudiantes et le Gimnasia. Les visiteurs restent sur sept derbies sans victoire (cinq défaites et deux nuls).

Une première période sans but, présage alors un nouveau classico sans victoire pour le Gimnasia.

Nous sommes alors à la 54ème minute de jeu et l’arbitre Juan Bava siffle une faute aux 35 mètres des cages de Marcelo Yorno, gardien de l’Estudiantes. L’Uruguayen  pose le ballon, prend sa course et … le joueur lui-même raconte la suite:

Le tireur de coup-franc attitré est Odriozola. Mais ce jour-là, je lui demande la permission de frapper. Quand je vois le ballon pénétrer dans le but, soudain le stade explose et atteint un niveau sonore impressionnant. Tous les supporteurs commencent à sauter dans tous les sens.  Je regarde dans les tribunes et je les vois descendre comme des fous vers la pelouse. Cela me donne encore la chair de poule quand j’y repense.

Si impressionnants sont les cris et les sauts des supporteurs que l’Observatoire Astronomique de La Plata enregistre un tremblement de terre de 7 degrés sur l’échelle de Richter dont l’épicentre se trouve au stade Jorge Luis Hirschi. Connu comme le but « Tremblement de terre » qui a permis au Gimnasia de remporter la victoire et de finalement gagner un derby après sept classicos sans victoire. Sept, comme l’intensité avec laquelle les fans agités ont fait trembler le sol de La Plata.

L’Uruguayen José Perdomo gardera alors à jamais le surnom de « tremblement de terre ».

 

L’œil aiguisé, l'analyse affûtée, il s'acoquine avec le "futbol" canarien et porte le ballon rond en dessous d'une latitude inconnue...

... à lire dans Autres championnats

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour