Restons connectés

Un duel Di Maria / Müller pour le Ballon d’Or 2014 ?

Compétitions

Un duel Di Maria / Müller pour le Ballon d’Or 2014 ?

Et si un duel pouvait en cacher un autre ? Et s’il était possible de primer un autre joueur que Messi ou Ronaldo ? La liste des 23 nominés pour le Ballon d’Or a été dévoilée et si l’on prend en compte les critères d’attribution de ce trophée individuel, le sacre devrait revenir à ou à .

Le Ballon d’Or récompense quasi exclusivement des joueurs offensifs. Le Ballon d’Or accorde une part prépondérante à la Coupe du Monde. Le Ballon d’Or donne autant de valeurs aux titres qu’au talent individuel pur. Le Ballon d’Or est jugé sur un période hybride (une année) et non sur une saison de foot.

Tous ces critères, parfois contradictoires, qui définissent les différents vainqueurs de ce trophée de meilleur joueur amènent à récompenser Angel Di Maria (26 ans) qui a joué un rôle majeur dans la victoire du Real Madrid en Ligue des Champions (6 passes décisives), dans la bonne saison du club en Liga (2e place avec notamment 17 passes de l’Argentin), dans la victoire en Coupe d’Espagne et dans le bon parcours de l’Argentine au Mondial 2014. Ailier repositionné au milieu par Carlo Ancelotti, vif et excellent dribbleur et passeur, Di Maria a étoffé sa palette et a fini la saison en trombe, même si blessé lors du quart de finale de la Coupe du Monde, il n’a pas pu aider son pays à remporter la victoire finale. Et quand on voit son niveau lors de la « revanche » face à l’Allemagne début septembre, on se demande si le résultat de la Coupe du Monde n’aurait pas été différent.

Sa candidature rappelle en tout cas celle de Sneijder en 2010 qui avait tout gagné avec l’Inter et disputé la finale du Mondial avec les Pays-Bas. Transféré depuis cet été à Manchester United, il a personnellement réussi ses débuts avec déjà 3 buts, même si le début de saison des Mancuniens est laborieux. Le meilleur titre en club et finaliste de la plus grande compétition internationale, qui dit mieux alors ?

Sur le plan du palmarès pur, son ex-coéquipier madrilène le devance grâce à son sacre mondial avec l’Allemagne mais, longtemps blessé et sans grande notoriété, il ne figure même pas parmi les 23 nominés. Et s’il fallait sacrer un joueur de la Maanschaft, ce serait inévitablement un taulier du Bayern comme Neuer, Lahm ou Müller par exemple, mais les Bavarois se sont fait humilier en demi-finale de la Ligue des Champions par le Real de Di Maria…

Mieux vaut être un joueur offensif pour décrocher le Ballon d’Or.

Comme évoqué plus haut, mieux vaut être un joueur offensif pour décrocher le Ballon d’Or, quand bien même le portier allemand est infranchissable, cela laisserait donc la possibilité du sacre au seul Thomas Müller (25 ans), attaquant complet (physique, technique, intelligence de jeu), collectif, généreux dans l’effort, et surtout décisif en Coupe du Monde et en LDC avec à chaque fois 5 buts à son compteur, auxquels il faut ajouter 3 passes décisives avec l’Allemagne. Et en ce début de saison, il est toujours au top, comme son club. Celui qui sera probablement amené à dépasser le record de buts de Miroslav Klose n’a qu’un défaut : son manque de reconnaissance populaire du fait de son style plus efficace qu’esthétique.

Ces deux-là devraient donc lutter pour le Ballon d’Or, à ceci près qu’ils ont affaire à deux monstres sacrés qui affolent les statistiques : Messi et Cristiano Ronaldo. Sacré à la grande surprise générale meilleur joueur du Mondial (4 buts mais tous en phase de groupe), l’Argentin a sorti une petite saison, sans aucun titre, par rapport à son habitude. Ce qui ne l’a pas empêché de marquer 28 buts en Liga et 8 en LDC avec le Barça. Le niveau stratosphérique du Ballon d’Or 2009-2010-2011-2012 est moins impressionnant sur le plan individuel que celui de son rival portugais, mais il a au moins le mérite d’avoir été en finale du Mondial, tandis que Ronaldo (Ballon d’Or 2008 et 2013) a encore échoué avec le Portugal, avec un seul but et une élimination en poules.

Pourtant, en club, il a été extraordinaire avec 31 buts en Liga et surtout 17, oui 17, en Ligue des Champions pour permettre au Real de décrocher la Decima !

Leur début de saison respectif ne fait que confirmer leur immense talent et tous deux sont toujours en course pour battre le nombre de buts de Raul (71) en Ligue des champions avec 70 buts pour le Portugais et 69 pour l’Argentin. Dans une année hors Coupe du Monde, il ne fait aucun doute que le Ballon d’Or revienne à un de ces deux monstres dont on finirait presque par banaliser les statistiques alors qu’ils planent à des années lumières au-dessus du commun des footballeurs.

La Coupe du Monde n’a réalité qu’une infime chance de renverser ce scénario, mais cette possibilité de voir Di Maria (la synthèse entre le parcours argentin de Messi et les performances madrilènes de Ronaldo) ou Müller (la toute puissance allemande et le niveau actuel du Bayern) l’emporter existe ou du moins le débat devrait se poser. A voir si la jurisprudence Cannavaro 2006 prendra le pas sur celle de Messi 2010 aux dépens des Espagnols ou de Sneijder. Premier verdict du choix des 208 capitaines de sélection, 208 sélectionneurs et 208 journalistes attendu le 1er décembre avec la désignation des trois « finalistes » en vue du gala de remise du trophée le 12 janvier 2015.

Un bref mot sur les autres concurrents qui ont tous trop de handicaps pour espérer rivaliser. Distinguons plusieurs catégories :

  • ceux qui ont été bons en club mais pas au Mondial : Diego Costa, Zlatan Ibrahimovic, Sergio Ramos, Yaya Touré.
  • ceux qui ont fait une bonne saison en club et/ou en sélection mais qui n’ont aucune chance car pas assez bankable : Karim Benzema, Thibaut Courtois, , Philipp Lahm, , , Arjen Robben, Bastian Schweinsteiger
  • ceux qui sont trop tendres et retenteront leur chance une prochaine fois : Mario Götze, Eden Hazard, Neymar, Paul Pogba, James Rodriguez
  • ceux qui sont des stars mais ont effectué une saison relativement moyenne : Gareth Bale, Andres Iniesta

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Compétitions

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour