Restons connectés

Vive le dopage !

Espagne

Vive le dopage !

Suite a l’annonce du la tumeur d’Abidal, je fus comme tout le monde sous le choc et je me suis senti obligé de dédicacer plusieurs de mes apéros à ce mec pour service rendu à la nation. Et puis je le revis en pleine forme revenir au Camp Nou saluer ses coéquipiers qui ne semblaient pas perturbés par la présence du Phoenix numéro 22.

Moteur, Action… Coupez !

Je pris ainsi le temps de remarquer que cette opération Cancer à été un grand succès pour l’ensemble de ses acteurs. En effet , suite à l’annonce de sa maladie, la vente du maillot floqué Abidal 22 atteint des niveaux records ; le joueur reçut les hommages unanimes de la presse internationale, des supporters et de l’ensemble de la famille du football, à tel point que personne aujourd’hui ne voudrait lui rappeler l’épisode Kneysna dont Eric fut un des principaux protagonistes. Son image bénéficia énormément de  l’impact médiatique de sa maladie.
Autre avantage pour le joueur et le Barca, il est le seul joueur de son équipe à avoir échappé au contrôle antidopage imposé au Barca quelques jours après l’annonce de sa maladie. La coïncidence et la synchronisation de ces événements m’amena a questionner sérieusement la validité de cet argument qui ressemble de plus en plus à de la propagande médiatique pour camoufler un affaire de dopage qui aurait plongé le club et le joueur dans une longue et douloureuse crise.

Abidal, s’il se remet si rapidement de sa tumeur, aura été un miraculé et il peut etre certain que tout le monde sait qu’il porte le 22 alors qu’au fond tous le monde n’en avait rien à foutre. Connaissant les soupçons de dopage sur le Barca et la polémique que cela a suscité, on ne peut que se demander si toute cette opération n’a servi qu’à couvrir l’usage de produits dopants ; on se demande même s’il n’a pas récupéré une seringue que Daniel Alves à laissé trainer dans le vestiaire !

Et puis au fond , le dopage moi je suis pour

Je préfère voir le Nani gonflé a blonc et en overdose que le ver de terre qu’il était en arrivant à Manchester. Quand je compare la sauterelle d’Abebayor à l’Avatar qu’il est devenu, je me pose des questions sur les pratiques des clubs. Si Nani, Deco et Lass’ Diara ont simulé des maladies pour la Coupe du Monde c’est parcequ’ils avaientt la diarhée ou un peu de fievre, c’est pour éviter à leur fédération l’humiliation de se faire prendre la seringue dans le sang. Si Lass’ Diara était blanc on verrait partout ses traces de picouses sur les bras et son jeu est semblable à celui d’un joueur dopé ayant d’énormes difficultés à canaliser l’energie trouvée dans ses potions magiques à courir beaucoup dans le vide sans pour autant avoir un impact regulier sur le jeu. Lass’ a commencé à sentir le Roquefort à son arrivée à Porsmouth où il a decidé de prendre son avenir en seringue pour eviter de sombrer dans l’oublie comme un Diarra de plus.

Dans une société surcosomatrice où l’on en demande de plus en plus à l’industrie du spectacle pour camoufler les realités de la crise que nous traverssons, les joueurs ne sont que les esclaves d’un système qui ne fera que leur demander d’augmenter les doses pour satisfaire le public et pousser le corps et l’esprit humain au dela de ses limites. Les sportifs proffesionnels sont obligés à la manière des stars du Rock qui se dopent à la coke, l’hero, le cannabis ou l’alcool, de prendre leur cocktail de drogues pour rester performant au plus haut niveau. Il ne faut d’ailleurs pas s’offusquer de la mort de certains joueurs sur le terrain de jeu pour cause d’overdose de médicament.

Fini le jus d’orange

Dans ce monde de dopage, personne ne nie le fait que même dopés au speed Piquionne ou Dagy Bakary ne seront jamais des Drogba ! Il faut voir le dopage comme un élément essentiel de la vie du sportif qui lui permet d’optimiser ses performances sans le transformer en Superman (meme s’il y en a qui abusent sur les doses et qui refusent des controles urinaires par la suite comme Gattuso).

Je prefere voir des matchs avec  22 robots bien dosés qu’une bande de tapettes essoufflées après 20 minutes de jeu.  Moi ce que je veux c’est du spectacle et si un joueur crève, un autre le remplacera parceque de toute façon Diego Capel est meilleur que Puerta. Si Messi ou Cristiano passe le crampon à gauche, Ganso et Alexis Sanchez arrivent. Pas de panique ! Légalisons le dopage, le cannabis et les bordels ! Vive le football ivre !

Vive le dopage !

Kevin Kuranyi a testé la dope russe

Ex entraîneur-adjoint de l'entraîneur le plus titré d'Afrique, Brandon mêle son amour profond pour les langues étrangères et la géographie apprise grâce au football. Vive le football ivre !

... à lire dans Espagne

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour