Restons connectés

Bilan Ligue 1 2017/18 : le PSG récupère le titre

France

Bilan Ligue 1 2017/18 : le PSG récupère le titre

Sans grande surprise, le PSG a récupéré son titre de champion. La lutte pour le podium a été endiablée, tout comme le maintien. On remercie des équipes plus modestes qui transmettent de belles émotions, comme Dijon ou Strasbourg. 

Le PSG bien trop seul

Le PSG a logiquement récupéré sa couronne, ce qui était assez prévisible, surtout lorsqu’on voit le club de la capitale se payer Mbappé, joueur le plus flamboyant du champion en titre, non pas pour être la star, mais pour épauler . Les Parisiens évoluent dans une autre galaxie, pas de débat. Heureusement, on a eu droit à une magnifique lutte pour le podium entre Monaco, Lyon et Marseille. Si les atouts lyonnais et marseillais sont connus et médiatisés, on applaudit ceux de Monaco, toujours ignorés, au point qu’aucun ne figure dans l’équipe-type de la saison malgré la place de dauphin de l’ASM. Et les Monégasques iront mieux encore la saison prochaine, passée l’adaptation conjuguée des Baldé, Tielemans ou Jovetic.

Derrière ce quatuor, Rennes, Bordeaux, Saint-Etienne, Nice et Nantes se sont battus, entre fébrilité, irrégularité et coups d’éclat. Certains ont bien commencé avant de s’effondrer, et vice-versa. On retient quand même qu’un simple mercato d’hiver a transformé les Verts, tout comme le beau travail de Lamouchi qui a bonifié ce qu’avait installé Gourcuff à Rennes. Tătăruşanu, Subotic, Bourigeaud, Cyprien, Malcolm ou Pléa : il y a de sacrés joueurs à récupérer dans ces équipes.

Le maintien aura été mouvementé également, et tout le monde y a cru, y compris Metz qui a entamé pendant quelques semaines une folle remontée. Mention spéciale à Amiens pour son maintien tranquille, et à Strasbourg pour la folie de son public, et la beauté de ses joueurs comme Liénard, Bahoken, Saadi ou le futur partant Terrier. La Ligue 1 aura été folle, intéressante à suivre si on excepte la lutte pour le titre, et regorge de bons joueurs, bien plus qu’on ne peut le penser. A l’année prochaine.

Le meilleur joueur : Neymar trop fort pour la Ligue 1

On l’attendait avec impatience, et son match à Guingamp en août avait déjà mis en évidence sa supériorité sur le reste du championnat. Neymar, même s’il n’a pas pu jouer toute la saison en raison d’une blessure, est très largement le meilleur joueur de Ligue 1. Buteur, passeur, dribbleur, organisateur du jeu, il a fait la pluie et le beau temps au sein du PSG, qui a récupéré son titre. Venu pour endosser un rôle de patron du jeu qu’il n’avait pas au FC Barcelone, en raison des présences conjuguées d’Iniesta et Messi, le Brésilien a pu jouir du rôle d’électron libre qu’il attendait. Et au sein du championnat, il l’assume avec un certain brio.

La recrue de l’année : Bourigeaud, la bonne pioche rennaise

Même les supporters de Rennes ne l’attendaient sans doute pas à ce niveau. Recruté libre en provenance de Lens, Bourigeaud a régalé les fans bretons. Le milieu de terrain, dont la qualité du jeu de passes et le volume de jeu étaient reconnues, s’est mué en buteur puisqu’il affiche un total de 10 buts en championnat. Aidé par une vision du jeu au-dessus de la moyenne, et d’une précision diabolique, le Breton est particulièrement habile dans le dernier geste, pouvant avec la même réussite marquer sur phases arrêtées, en force ou en finesse, avec une facilité naturelle dans l’exercice des lobs. Désolé pour les fans de Rennes, mais il serait intéressant de le voir jouer à Monaco, Lyon ou Marseille.

Le joueur qui a le plus progressé : Toko Ekambi, complètement indomptable

Bien aidé par le dispositif de Montpellier, qui permet aux latéraux de se concentrer sur les tâches offensives en étant protéger par une défense à 3, Roussillon a brillé. Idem pour Roux, Depay et Thauvin qui ont explosé leurs stats. Mais eux étaient, surtout dans le cas des 2 derniers, un minimum attendus. Leur progression n’est pas aussi invraisemblable que celle de Toko Ekambi. Le Camerounais avait annoncé de façon présomptueuse qu’il allait aider à maintenir Angers en marquant contre tout le monde. Il a tenu ses promesses, finissant avec 17 buts au compteur, et en étant le héros du SCO. Pas toujours bien servi par ses partenaires, le lion a surtout ramené beaucoup de points à son équipe, en mettant les buts qui comptent à la fin de la saison. S’il a refusé de partir au mercato d’hiver pour terminer sa mission, le niveau de jeu qu’il a affiché devrait le mener vers un club plus ambitieux dès la saison prochaine.

L’espoir : Kwon, le piment de Dijon

Milieu offensif ou second attaquant, Kwon a réalisé une super saison en marquant 11 buts en Ligue 1. Le Sud-Coréen a profité d’une équipe de Dijon qui va vers l’avant et ne ferme pas le jeu, avec quelques bons éléments devant, comme Tavares, Saïd ou Sliti. Technique et très mobile, il compense son manque d’impact physique par une volonté sans faille. Bon dribbleur, il sent bien les coups pour devancer ainsi les défenseurs adverses. Malheureusement pour lui, sa grave blessure lors de la dernière journée le privera de la prochaine Coupe du monde. Dommage, car il méritait clairement de se frotter au gratin mondial.

La coup de cœur : Fekir rugit de nouveau

12e journée de Ligue 1. Fekir marque le dernier but de Lyon face à Saint-Etienne, et montre son maillot aux supporters adverses. Si son geste a créé la polémique, et attisé la colère du chaudron, il témoigne indubitablement de la confiance du bonhomme à ce moment. Découvert lors de la saison 2014/15, Fekir montre tellement de talent qu’on l’imagine devenir rapidement un membre important de la sélection, celui qui peut amener quelque chose de différent. Mais une grave blessure lui fait rater la saison suivante, et il ne retrouve pas son coup de rein la saison qui suit. Si ses statistiques sont honorables, on ne l’imagine pas revenir à son meilleur niveau. Puis, le phénix est revenu en forme, et a évolué à un haut niveau toute la saison. Fekir est plus fort encore qu’avant sa blessure, plus mature, et prend plus de responsabilités, puisqu’il mène le jeu de son équipe. Pas toujours aidé par le manque d’intelligence tactique de Traoré, Depay et surtout Mariano, il facture 18 buts en Ligue 1, et a bien mérité sa place dans les 23. Son choix de carrière, à savoir quitter Lyon ou non, et surtout où aller, sera déterminant. On a hâte de savoir.

Le flop : le LOSC a eu très chaud

Sans pouvoir affirmer que le LOSC pourrait rivaliser avec le PSG, on pensait qu’il pourrait au moins embêter Monaco, Lyon ou Marseille. Mais rien n’a fonctionné pour les Lillois. Bielsa a quitté le navire dès le mois d’août, alors qu’il avait choisi la majorité des recrues. Des cadres ont été mis de côté, formant le fameux loft déploré par les supporters. Et les jeunes joueurs, qui découvraient la Ligue 1 voire l’Europe, étaient logiquement perdus sur la pelouse. Envahissement de terrain, jeu incohérent, absence totale de bloc-équipe : rien n’a marché cette saison. Même si Galtier a réussi à sauver in extremis la place du club en première division, un énorme travail demeure. A moins que les problèmes administratifs ne relèguent l’équipe à l’étage inférieur, voire pire…

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour