Restons connectés

Bilan Ligue 1 2016/17 : Monaco, un beau champion

France

Bilan Ligue 1 2016/17 : Monaco, un beau champion

Même le départ d’Ibrahimovic ne laissait pas présager d’une saison où le titre de champion quitterait le giron parisien. Mais l’AS Monaco a réalisé une magnifique saison, plus forte encore que celle du PSG qui facture un bon exercice. Bastia et Nancy descendent, tout comme Lorient après barrage.

Monaco brise l’hégémonie du PSG

Avec 95 points et 30 victoires en 38 journées, le bilan comptable de l’AS Monaco est parfait, et reflète l’épanouissement de l’effectif de Jardim cette saison. Cette saison, on a parfois été impressionnés par la force de frappe des princes du Rocher, qui ont passé à tabac quelques équipes. Derrière, le PSG aurait pu faire un beau champion, et Nice n’a pas démérité avant de logiquement baisser le pied, peu aidés par les blessures. Contrairement à l’année dernière, le titre de champion a été disputé, et le suspense est revenu sur notre territoire.

Derrière le trio de tête, quelques équipes se sont tirées la bourre, et le meilleur est encore à venir pour certaines d’entre elles, parmi lesquelles Marseille et Lille, portés par un nouveau projet. La transition pourrait être plus difficile à Lyon et Saint-Etienne, d’où partiront un buteur star, et un entraineur emblématique. Enfin, si on n’a pas eu de feuilleton aussi médiatique que celui de Toulouse l’an passé pour le maintien, le suspense n’en est pas resté moins insoutenable, et c’est tant mieux.

Le meilleur joueur : Cavani, ce buteur incompris

En football, il y a 3 phases possibles : la création, la destruction et la finition. En caricaturant un peu, on peut dire que comme Trezeguet ou van Nistelrooy, Cavani n’excelle que dans le dernier domaine. Petit problème pour l’Uruguayen : il appartient à un temps révolu, car aujourd’hui, les attaquants de son calibre sont plus complets que lui, de Lewandowski à Benzema, en passant par Suarez ou Diego Costa. Mais ne pas voir son talent, c’est renier l’aspect singulier du buteur. Le Parisien aura toujours besoin de beaucoup d’occasions pour marquer. Inutile de lui dire d’économiser ses courses pour être plus lucide : il n’en deviendra pas plus efficace. Lui a compris qu’il valait mieux se procurer 5 occasions par match pour optimiser ses qualités. Capable de réussir de super gestes et d’en rater des faciles, Cavani est le meilleur joueur de Ligue 1 cette saison, alors qu’il est paradoxalement celui qui, avec ses buts, a pour habitude de tuer l’action. Un vrai matador, amené à rester incompris et donc à diviser le public français jusqu’à la fin de son séjour dans la capitale.

Le coup de cœur : Lacazette, contre vents et marées

Dans quelques années, les supporters lyonnais se rendront peut-être un peu plus compte de l’impact que Lacazette a pu avoir chez eux. Auteur de 100 buts en Ligue 1 pour son club formateur, l’international français a de nouveau porté son équipe, avec une saison à plus de 20 buts en championnat. Toujours plus complet, il a continué à faire la différence par ses déplacements, ouvrant des brèches pour ses coéquipiers, combinant intelligemment, et bien sûr en marquant lui-même. Si le grand public ne voit pas qu’il est si bon, dans la mesure où il élimine rarement un adversaire balle aux pieds avant de marquer, c’est parce qu’on ne se demande pas pourquoi : tout simplement parce que son appel et son contrôle orienté ont déjà fait la différence, et lui donnent suffisamment d’avance. Même dans un contexte difficile, le Lyonnais a brillé. On a déjà hâte de voir ce qu’il peut donner dans une meilleure équipe.

  • Germain n’est pas le plus talentueux de Monaco, mais il est peut-être le plus intelligent dans ses déplacements.
  • Joueur élégant et efficace, Boudebouz a sa place dans un club du top 5 de Ligue 1.
  • Briand porte bien son nom : il a de nouveau régalé Guingamp.
  • De Préville, qu’on ne voulait pas voir en Ligue 2 avec Reims, a brillé avec Lille. Il est le joueur le plus sous-estimé de l’élite.

Les joueurs qui ont le plus progressé : Bernardo-Lemar, artistes associés

On a déjà donné leurs noms, à plusieurs reprises, dans la catégorie espoir. Mais alors qu’ils étaient déjà beaux à voir jouer, Bernardo Silva et Thomas Lemar ont clairement franchi un palier cette saison. Le Portugais, patte de velours de l’AS Monaco, a régalé par ses nombreuses inspirations, et une protection de balle qui est peut-être la meilleure du championnat. Le Français, également gaucher, a profité d’une fabuleuse complicité avec Mendy, et a distribué caviar sur caviar à ses coéquipiers. Ancien Caennais brillant à Monaco, on espère pour lui un avenir plus radieux que celui de Rothen lorsqu’il a quitté le Rocher. Ces 2 joueurs, s’ils sont bien entourés, peuvent devenir de véritables figures de proue de leurs sélections respectives.

  • Devenu milieu défensif, Fabinho a surpris tout le monde cette saison, tout comme Mendy et Bakayoko, que personne n’attendait à ce niveau. Pour Falcao, il s’agit carrément d’une renaissance.
  • Dans l’ombre, Laborde a pourtant montré de belles promesses lorsqu’il a eu sa chance à Bordeaux.
  • Solide, Mangani est le porte-drapeau de la dalle angevine. Il ferait du bien à beaucoup de clubs mieux classés.
  • Pereira sur l’aile, Seri dans l’entrejeu et Pléa en attaque ont évolué à un niveau inattendu cette saison avec Nice. Ils font partie de la belle aventure de l’OGC Nice.
  • Tolisso, qui vit probablement sa dernière saison à Lyon, a su montrer par moments qu’il était un excellent joueur. La suite de sa carrière peut être intéressante.
  • Reynet a été très bon dans les buts de Dijon. De l’autre côté du terrain, Diony a également été impressionnant par sa faculté à épuiser les défenses.
  • Thauvin a été récompensé de sa belle saison avec l’OM par une première convocation en équipe de France.

L’espoir : Mbappé, évidemment

Mbappé a été tellement médiatisé qu’on aurait aimé mettre quelqu’un d’autre pour être à contre-courant… mais cela serait d’une grande malhonnêteté. A 18 ans, le nouvel international français a marché sur la Ligue 1, alors qu’il n’a même pas commencé la saison en tant que titulaire. Certaines de ses performances ont été majestueuses, avec en point d’orgue ce récital à Caen qui lui vaut l’ovation d’Ornano. Rapide, technique, puissant, intelligent dans ses courses, l’avenir appartient au Monégasque, qu’on espère voir en Ligue 1 la saison prochaine. Il nous a fait encore plus forte impression que Dembélé l’an dernier à Rennes. C’est dire…

  • Etincelant face au Barça, Kimpembe est déjà promis à un bel avenir au PSG, et a même été appelé en sélection.
  • Koziello et Cyprien ont confirmé leur potentiel cette saison. L’environnement niçois leur va comme un gant.
  • Athlétique, régulier, Diop a été le patron de la défense de Toulouse.
  • Tousart a montré de belles choses, et de nombreuses voix s’élèvent déjà pour qu’il prenne la place de Gonalons dans l’entrejeu lyonnais.
  • Lopez est le prochain fantasme de l’OM. Juste dans son jeu, il bénéficie de la confiance de Garcia.
  • Dans un contexte peu évident, Didillon a réussi sa saison à Metz.
  • SaintMaximin ? Il est juste la prochaine pépite de l’ASM. Enorme à Bastia, il ne fait aucun doute qu’il s’imposera en Principauté.

La meilleure recrue : le pari réussi de Balotelli

Il n’est pas celui qui a eu le plus gros impact sportif, même s’il a réussi sa saison la plus prolifique en championnat. C’est surtout du côté de l’image que le pari Balotelli est réussi du côté de Nice. Car contrairement à Ben Arfa l’an passé, l’Italien est une figure médiatique du circuit européen. En se relançant à Nice, avec 15 buts en Ligue 1, dont celui qui, symboliquement, met fin aux ambitions de titre du PSG, Balotelli donne aux Niçois une exposition inespérée, et une étiquette de place to be pour les joueurs connus en difficultés, que même les plus grands entraineurs ne peuvent relancer. Epanoui au sein du vestiaire, il a également permis aux autres joueurs d’être plus libérés, puisqu’il a monopolisé les regards. Comme Lille à l’époque, un chantier commencé par Puel se magnifie souvent…

  • Glik était adulé au Torino. On comprend bien pourquoi, tant le guerrier polonais est devenu le patron de la défense de Monaco.
  • Le puncher Santini a fait énormément de bien à Caen, réussissant même à atteindre la barre des 15 buts en Ligue 1.
  • Draxler et Meunier sont les réussites du recrutement parisien. Le premier, arrivé en janvier, a été recruté pour une somme raisonnable en vue de son expérience et de son potentiel. Le second a montré de belles choses, entre beaux buts et gestes de grande classe.
  • Adepte du jeu long, Dante a été le premier relanceur de Nice cette saison.
  • Avec ses 20 buts, Gomis a battu son record en Ligue 1 avec l’OM. Sur l’aile droite, Sakai a fait le job.

Le flop : Bastia retombe en Ligue 2

Technique, puissant et rapide, Saint-Maximin est presque le seul rayon de soleil de la saison bastiaise. Le Sporting a plus fait parler de lui pour de mauvaises raisons. C’était parfois plus burlesque qu’autre chose, comme l’épisode où Lucas exagère son « agression », ou le carton rouge de Cahuzac alors que le capitaine est déjà sorti de la pelouse. Mais il y a eu trop d’épisodes difficiles à cautionner. Une pré-saison tronquée, un effectif construit sur le tard, des matches à huis-clos ou sur terrain neutre, le coach qui promet de régler ça « comme des Corses », les incidents face à Lyon, et la relation entre la direction du club et les supporters : l’image bastiaise a été écorchée. Pire encore, l’île de Beauté n’aura pas de représentant dans l’élite la saison prochaine, et c’est bien dommage…

  • Capable d’être le meilleur joueur du championnat, Di Maria a été trop irrégulier. Homme fort d’Emery à Séville, Krychowiak a perdu son football pour le moment. Si la guerre des goals n’a pas servi le club, que dire de Ben Arfa, son faible apport sur le terrain et sa communication désastreuse ?
  • Censés être les tauliers de Bordeaux, Toulalan et Ménez ont déçu cette saison.
  • Artiste lyonnais, Fekir n’a toujours pas retrouvé son meilleur niveau. De son côté, Ghezzal n’a pas confirmé sa seconde bonne moitié d’exercice l’an dernier, se montrant particulièrement peu inspiré dans ses choix.
  • La remontada de Lorient, porté par un bon Moukandjo, aura finalement été inutile.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi, je vous invite donc à me donner votre opinion.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour