Restons connectés

Pourquoi Bordeaux n’y arrive plus ?

France

Pourquoi Bordeaux n’y arrive plus ?

Les supporters des Girondins de Bordeaux, d’habitude si discrets, se manifestent violemment pour secouer leurs joueurs. Aujourd’hui, on peut se demander pourquoi le champion de France 2009 est devenu une équipe lambda, moins de 2 ans après avoir atteint les sommets…

Parce que Laurent Blanc, Yoann Gourcuff et Marouane Chamakh sont partis

Laurent Blanc n’est plus à Bordeaux. L’annonce de son départ a considérablement déstabilisé ses joueurs, auteurs d’une deuxième partie de saison catastrophique, alors qu’ils étaient parfaitement lancés pour conserver leur couronne hexagonale. Le Président, qui n’a jamais eu besoin de hausser le ton pour se faire respecter, manque cruellement aux Girondins. De plus, l’actuel sélectionneur français était un des grands frères du vestiaire de France 98. Ce seul statut suffisait pour inciter les joueurs à se donner à fond.

Elu meilleur joueur de Ligue 1 en 2009, Yoann Gourcuff est intrinsèquement un des meilleurs joueurs français. Sa technique exquise et son habileté permettaient à Bordeaux de conserver le ballon et d’être dangereux sur coup de pied arrêté. Sa qualité de passe fluidifiait le jeu, tandis que sa capacité à être décisif faisait la différence. Aujourd’hui, malgré ce que peut dire le président Triaud, il manque aux Girondins, en panne d’inspiration depuis son départ.

Marouane Chamakh ne marquait pas à chaque match, mais était clairement l’attaquant le plus « chiant » à jouer en Ligue 1. Pendant 90 minutes, le Marocain faisait le pressing et harcelait la défense. Son jeu dos au but et son aptitude à dominer dans les airs en faisaient un oiseau rare. Comble de bonheur, sa relation technique avec Gourcuff était excellente.

Parce que leurs remplaçants ne sont pas à la hauteur

Fahid Ben Khalfallah n’était pas mauvais à Caen ou à Valenciennes. Mais le fait qu’il n’ait jamais eu sa chance dans un club de haut de tableau, à 28 ans, aurait pu interpeller les dirigeants bordelais. Le Tunisien est un bon joueur, mais ne peut pas être le meneur de jeu d’une équipe qui vise le podium. Avec un but et aucune passe décisive depuis le début de la saison, son apport est insuffisant.

Avec 7 buts et 1 passe décisive, le bilan comptable d’Anthony Modeste est correct. Néanmoins, il convient de nuancer ces statistiques par un triplé contre Arles-Avignon, et trois penaltys marqués. L’ancien joueur d’Angers avait beau flamber en Ligue 2, le passage à l’étage supérieur est difficile. De plus, son style de jeu n’a rien à voir avec celui de son prédécesseur, dont l’abattage incessant usait la défense et ouvrait des brèches à ses coéquipiers. Appelé lui aussi à remplacer Chamakh, Moussa Maazou fait plus parler de lui par ses déclarations dans la presse que par ses performances sur le terrain…

Jean Tigana ne trouve pas la clé. Il ne parvient pas à imprimer sa patte sur un club meurtri et en reconstruction. Si sa tâche est difficile, c’est néanmoins à lui qu’incombe la mission de donner une identité à cette équipe. Or, on entend trop souvent parler de match soporifique (celui contre Rennes a choqué les spectateurs) à Bordeaux cette saison. Un comble pour une équipe qui enchantait l’Europe la saison dernière en Ligue des Champions.

Pourquoi Bordeaux n’y arrive plus ?

« Si ça se trouve je suis aussi allergique à la pelouse… »

Parce que les « cadres » dorment

Les anciens joueurs sont censés montré l’exemple. Le titre de 2009 n’a pas été gagné par le seul quatuor Blanc-Gourcuff-Diawara-Chamakh. Alou Diarra, Cédric Carrasso, Wendel, Mathieu Chalmé ou Jaroslav Plasil étaient également des acteurs importants de ce sacre. Aujourd’hui, que font-ils ?

Cédric Carrasso n’a rien à se reprocher. Le gardien est tout simplement énorme depuis le début de la saison. Il est le seul dans ce cas. Alou Diarra, capitaine et leader de cette équipe, semble dépité. Conscient qu’il ne peut pas tout faire seul, il semble moins impliqué. Son geste malheureux envers un arbitre met en lumière un manque de concentration inédit pour ce joueur qui se dit prêt à partir pour jouer lma Coupe d’Europe l’année prochaine. Oubliant parfois qu’il était encore possible de l’accrocher avec Bordeaux.

Michael Ciani était la bonne surprise de la première partie de saison dernière. Le colosse avait fait oublier Souleymane Diawara avec une facilité déconcertante, allant même jusqu’à être appelé en équipe de France. Aujourd’hui, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Idem pour Wendel, dont les états d’âme sont déplacés tant son rendement est faible. Jaroslav Plasil et Benoit Trémoulinas sont de parfaits joueurs de complément, mais n’ont ni le niveau ni le charisme pour endosser un quelconque costume de leader. Enfin, Mathieu Chalmé doit déjà penser à retrouver sa place de titulaire avant d’envisager participer à un retour au premier plan pour les Girondins.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour