Restons connectés

Buffon à Paris, un mariage de raison

France Paris Saint-Germain

Buffon à Paris, un mariage de raison

Doit-on encore présenter  ? Considéré par beaucoup – à tort ou à raison – comme le meilleur gardien de ces 20 dernières années, historique capitaine de la Juventus et de l’Italie, la légende vient de signer au PSG, dans l’indifférence la plus totale, la Coupe du monde éclipsant logiquement toute autre actualité sportive. Pourtant, c’est bien une bombe qui vient d’exploser en Ligue 1. Et cet accord a tout pour être gagnant pour tous.

La Ligue des champions plutôt que la Chine ou la MLS

Voir évoluer Buffon avec le maillot du PSG est forcément un crève-cœur pour beaucoup de supporters de la Juventus. Pour les romantiques, le capitaine légendaire, s’il quittait le Piémont, devait forcément quitter le Vieux Continent, voire au pire boucler la boucle avec Parme. Mais c’était vite oublié que le bonhomme aime la compétition, et ne se sentait pas prêt à dire adieu au très haut niveau européen. S’il a pu jouer en Série B par loyauté, Buffon n’a plus le temps pour ça. Au crépuscule de sa formidable carrière, il souhaite logiquement continuer autant qu’il peut à se confronter à ce qui se fait de mieux. Le champion de France lui offre cette possibilité en participant chaque année à la Ligue des champions, une compétition qui manque à son palmarès. Les échecs consécutifs en C1, dont deux éliminations consécutives en huitièmes de finale, montre que le club parisien n’est pas encore assis à la même table que les gros bras que sont le Real Madrid, le FC Barcelone, le Bayern Munich ou même… la Juventus. Ceci étant dit, la marge n’est pas si grande, et l’espoir de bien y figurer n’est pas interdit. Voir Buffon sous le maillot du PSG est étrange, mais c’est finalement le résultat d’un amour pour la compétition qui l’honore.

Adapté au PSG ?

La question peut faire sourire. Buffon a-t-il les capacités pour s’épanouir au PSG ? Oui, bien sûr. Comment peut-on en douter ? Sa carrière parle pour lui. Le poids des années a diminué son niveau de jeu, mais il reste au moins aussi performant qu’Areola. Quid de son adaptation ? Malgré son vécu, l’Italien va évoluer pour la première fois de sa carrière en dehors de son championnat. Jouer face à des équipes surmotivées mais inférieures ne le démobilisera pas, c’est pareil que de jouer contre Cagliari. Il devrait s’y accommoder assez facilement. En ce qui concerne son style de jeu, aussi fou que cela puisse paraitre, ce transfert au PSG va le faire découvrir un nouvel environnement voire mettre en lumière certaines lacunes chez lui.

 

Magnifique sur sa ligne, grâce à des réflexes assez dingues même au niveau mondial, le Transalpin n’est pas le meilleur du monde dans le jeu aux pieds, même s’il n’est pas non plus vilain. Néanmoins, on devrait voir Thiago Silva ou Marquinhos assurer la première relance (surtout si c’est un long ballon qui est envoyé), comme Bonucci en son temps. S’il n’est pas foncièrement mauvais dans les sorties aériennes, ce n’est pas son point fort, et encore moins dans sa culture de s’aventurer trop loin de sa ligne. Cela pourrait conduire sa charnière centrale à défendre un poil plus bas que d’habitude, à l’instar de Barzagli et Chiellini, à moins qu’il ne se fasse violence dans ce domaine. Si cela faisait plaisir à ses défenseurs turinois, pas forcément très rapides et qui pouvaient être pris à défaut dans la profondeur, cela ne colle pas avec ce que le PSG met en place depuis plusieurs saisons. A voir la façon dont Tuchel souhaite faire évoluer son équipe, mais une adaptation pourrait être nécessaire, contrairement à ce qu’on pourrait le penser.

Concernant Areola, la déception est logique. Après une saison en tant que titulaire, qui plus est malgré la concurrence d’un international allemand qui a fait partie du groupe qui a joué la Coupe du monde, se retrouver sur le banc est évidemment un bond en arrière sur le court terme. De là à demander un départ ? On ne lui conseille pas. Tout Buffon qu’il est, l’Italien n’est pas éternel. Rien ne dit qu’il débutera tous les matches, et surtout, apprendre à ses côtés pendant un an est loin d’être une mauvaise idée. Si au niveau de l’image, redevenir une doublure n’est pas terrible, les progrès qu’il pourrait faire grâce à la présence d’un tel modèle sont potentiellement énormes. Pour le reste du vestiaire, c’est également une vraie plus-value : Buffon est un immense champion, qui a joué avec les plus grands, et dont la parole sera écoutée, y compris par Neymar. Loin de penser à lui, il poussera tout le monde à donner le meilleur dans l’optique de rendre l’équipe plus forte, et cela ne peut être que bénéfique également.

 

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour
▶️ NOTRE SONDAGE SUR LA PERCEPTION DES MARQUES PENDANT LE MONDIAL 2018, AVEC ECOFOOTJE PARTICIPE