Restons connectés

Nostalgie d’une D1 #2 : 1995/96

France

Nostalgie d’une D1 #2 : 1995/96

Nantes est ultra­‐favori. La politique de terreur de l’exercice précédent a calmé tout le monde. Les équipes adverses se déplacent désormais avec un stock impressionnant de Ketum. Le dictateur Suaudeau compte bien régner d’une main de maître sur le championnat 1995/96 et entend réprimer tout vent de contestation.

Lyon, vice-­‐champion de France et jeune adolescent encore boutoneux -­‐toujours puceau de surcroit-­‐ apparaît encore trop fragile. Paris est un candidat logique, mais le club de la capitale semble attendre le retour de son ennemi marseillais pour prendre part à la course au titre. La gloire passera donc par la coupe. Alors qui ? le Bordeaux de Zizou et Duga ? le Monaco d’Anderson ? Le FC Metz des PP flingueurs ? l’AJ Auxerre de Laurent Blanc ? Impossible, Guy Roux, fidèle à ses habitudes, a fait du maintien une priorité.
Léger détail, Patrice Loko, buteur vedette des canaris, a rejoint le club de la capitale qu’il avait tant martyrisé la saison dernière.

Napoléon aurait été fier

Quoi de mieux pour être champion que des adversaires qui mènent de longues campagnes européennes. Cette année, trois clubs sillonnent l’Europe à la recherche du but ultime, le graal européen. Nantes, deuxième de son groupe échoue au porte de la finale de la champions Ligue face à la Juve après avoir éliminé le Spartak. Bordeaux, en UEFA, passe à tabac le Milan AC au terme d’un match retour renversant. Battu 2 – 0 à l’aller, les hommes de Gernot Rohr bouffe de la pizza jusqu’à frôler l’indigestion : 3 – 0. Pas mieux. Ils seront finalement battus en finale par le Bayern de Papin.
Paris ira chercher sa première Coupe Européenne, la Coupe des Coupes, et nous gratifiera d’un magnifique saga africa dans les vestiaires. Une autre époque on vous dit.

Changement de régime en France

Quoi de mieux pour être champion qu’un cadre champêtre, un entraîneur charismatique, un groupe soudé et talentueux. Le FCNA avait montré un visage inhumain la saison dernière : jeu fluide, record d’invincibilité, tarif maison… Guy Roux sait que, pour être champion, il doit être encore plus diabolique. La stratégie est simple. Balayé le régime en place et instaurer un mode de gouvernance encore plus impitoyable.

Son programme s’article sur trois fondements essentiels :
Faire le mort. A la trêve hivernale, le club de la capitale compte 10 points d’avance sur le club de l’Yonne. Au soir de la 31è journée il n’en compte plus que 5. Le match suivant, l’AJA passe un savon au , le tournant du championnat. Le club de la capitale ne s’en relèvera plus.
­‐ Envoyer des messages forts. En plus de sa démonstration au soir de la 32è journée, les hommes de Guy Roux éliminent le PSG, tenant du titre, en Coupe de France,. Ils réaliseront le doublé coupe/championnat et montreront à la France entière que rouler en tracteur, c’est plutôt cool.
Marquer le coup. Comme pour mieux détrôner le tenant du titre, l’AJA, déjà couronné, battra le FCNA lors de l’ultime journée. Guy Roux est fêté par tout un peuple devant un Suaudeau médusé. Fort ces auxerrois.

Auxerre roi de France

L’intersaison auxerroise est marquée par de nombreux transferts. Baticle, Guerreiro, Mahé, Martini et Verlaat quittent l’AJA tandis que Guivarc’h, Tasfaout et Laurent Blanc rejoignent les rangs du club. Moins impressionnants que leurs prédécesseurs, ils n’en sont pas moins efficaces. Cette formation est une PCS à elle toute seule : artisans, cadres, magiciens, ouvriers, carleurs, déménageurs, killer… Cette formation est une formule * mathématique à elle toute seule : (Blanc + West + Martins) x Guy Roux puissance Charbonnier = douplé coupe championnat. Pas mieux.

Une année riche et mouvementée

Le 19 février, petite révolution dans le monde du ballon rond (oui encore). L’UEFA laisse au libre arbitre des clubs le nombre d’étrangers communautaires qu’ils pourront aligner à chaque match. Vive l’arrêt Bosman. Un beau bordel en perspective. Rolland Courbis se fait dessouder sur un parking à Hyères en compagnie de Dominique Rutily, qui perdra la vie. Qui a dit magouille ?
L’équipe de France atteindra le dernier carré au championnat d’Europe mais ne passera pas l’obstacle Tchèque. Putain de pénalty trop mou, merci Pedros.
A noter que sur les 22 sélectionnés, 18 évoluent en D1, les quatre autres évoluant en Italie. Un mec qui s’appelle Zidane sera sacré meilleur joueur de D1, et un jeune milieu, Pires je crois, meilleur espoir. Qui a dit jeunesse dorée pour l’équipe de France ?

Nostalgie d’une D1 #2 : 1995/96

"C'est en 1996 que mon aérophagie a commencé"

Eric n'a alors que 7 ans quand il découvre le Football. Il passe le plus clair de son temps à imiter ses idoles : Raï, Loko, Cavéglia. N'ayant pas le talent pour embrasser une carrière professionnelle, il décide alors d'écrire sur l'actualité du ballon rond.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour