Restons connectés

Les enseignements à tirer d’OGC Nice – FC Barcelone

Amical FC BarceloneOGC Nice

Les enseignements à tirer d’OGC Nice – FC Barcelone

Pour fêter ses 110 ans, l’OGC Nice a offert à son public une affiche de prestige dans son stade flambant neuf de l’Allianz Riviera. Pour des barcelonais habitués à affronter les meilleures équipes européennes, l’affiche n’était probablement qu’un match amical de plus dans le cadre de sa préparation estivale. Mais pour les Niçois, cette rencontre avait une saveur toute particulière, car en plus de permettre aux azuréens d’affronter parmi ce qui se fait de mieux dans le football, elle renvoyait aussi à l’un des plus beaux exploits de l’histoire du club, à savoir la victoire 3-0 en 32ème de finale aller de la Coupe de l’UEFA 1973.

Pour la petite précision, l’organisation de ce match, les Niçois la doive tout d’abord au député-maire de Nice Christian Estrosi ainsi qu’à l’ancien capitaine des aiglons, José Cobos. L’ancien défenseur du club, passé par l’Espanyol Barcelone, a ainsi profité de ses contacts de l’autre côté des Pyrénées afin d’initier les contact permettant la tenue de cette affiche. Passons maintenant au résumé de cette rencontre fort agréable.

La rencontre a tout d’abord débuté par un évènement : le chant des hymnes des deux clubs a capela. Le chant des niçois « Nissa la bella », a été repris en choeur par les supporters, pas celui du Barça. L’hymne du club catalan, remanié pour « donner un ton plus dynamique », a été copieusement sifflé par le public. Et dire que les caméra du club catalan devaient filmer ce moment afin de préparer un clip… Complètement raté, à tel point que les joueurs entamaient le protocole d’avant match et se serraient la main avant même la fin de l’hymne.

Venons-en au terrain : les niçois ont débuté dans un 4-3-3 très proche de celui qui devrait débuter la saison face à Toulouse le 9 Août, avec notamment un trio offensif Bauthéac-Cvitanich-Pied. Côté Barça, c’était tout l’inverse : un 4-3-3 remanié où seuls Piqué, Alba, Busquets et Iniesta, voire Pedro y sont des titulaires indiscutables.

Le match a débuté par du classique, à savoir l’installation des Barcelonais dans la zone adverse, faisant tourner le ballon et courir les niçois, qui de leur côté essayaient de récupérer le ballon pour pouvoir initier des contres. Petit à petit, les aiglons se montraient plus à leur avantage, très accrocheurs et surtout mieux en jambes. On s’aperçoit très vite de la différence de préparation entre une équipe qui débute sa préparation termine et une autre qui la termine. Tant mieux pour les niçois, qui prennent confiance et finissent par ouvrir le score sur un penalty obtenu et transformé par après 20 minutes de jeu.

Dans cette mi-temps, les barcelonais se sont parfois trouvés en difficulté et clairement en manque de rythme. Malgré un certain redressement en fin de période, avec la barre trouvée par Pedro ou une frappe de Jordi Alba, les barcelonais sont de façon assez surprenante menés à la mi-temps. Ça aura en tout cas été l’occasion de voir à l’œuvre la nouvelle recrue des aiglons, , un gaucher très élégant balle au pied et bien jambe samedi. Autrement, pas de grosse fulgurances à se mettre sous la dent, hormis cette montée toute en puissance du tout jeune Adama en fin de 1ère période, parti du milieu de terrain et obtenant une faute bien placée à l’entrée de la surface.

Au retour du vestiaire, le rapport de force est tout autre. Le Barça fait rentrer son mondialiste Xavi et Gerard Deulofeu, de retour après un prêt concluant à Everton ainsi que ses deux nouvelles recrues croates, Ivan Rakitic et Alen Halilovic. Avec sa (très) jeune ligne d’attaque Halilovic-Deulofeu-Munir et beaucoup de permutation entre ces 3 hommes, les Niçois ont quelque peu du mal à défendre. Munir se met rapidement en évidence face à Mouez Hassen, et le milieu de terrain barcelonais renforcé par Xavi et Rakitic prend complètement l’ascendant. Malgré cela, les niçois tentent quand même quelques contres, notamment à la 57ème minute par .

Finalement, les catalans reviennent dans le match et finissent par égaliser à 20 minutes de la fin, eux aussi sur penalty, par Xavi. La suite du match sera tout à l’avantage du Barça, et notamment le dernier quart d’heure, la faute à des Niçois laissant trop d’espace, probablement épuisé par les nombreux efforts fournis. Les replacements défensifs niçois sont de plus en plus poussifs, et les hommes de Luis Enrique poussent jusqu’au bout pour ramener la victoire, par l’intermédiaire de l’attaquant Sandro, trouvant le poteau à 10 minutes de la fin, ou encore par Marc Bartra dans les arrêts de jeu.

A l’arrivée, malgré le partage du score, les deux équipes ont obtenu de la rencontre ce qu’elles étaient venues chercher : du temps de jeu dans le cadre de leur préparation physique pour les joueurs catalans, et surtout, de la confiance avant la reprise de la Ligue 1 pour les niçois. Claude Puel est sorti satisfait de la rencontre, surtout « de cette première mi-temps très satisfaisante dans les efforts, les aspects tactiques, dans l’attitude ». Le seul bémol de cette rencontre auront malheureusement été les sifflets du public, toujours un peu dommage, surtout lorsqu’il s’agit d’une rencontre amicale.

Il y a tout d’abord ceux à l’égard de la chanteuse de l’hymne (remanié) du club catalan, mais aussi, ceux à l’égard de Grégoire Puel, le fils du coach. Le latéral droit niçois a visiblement été pris en grippe par les supporters niçois, et son statut toujours difficile à gérer de « fils du coach » ne joue pas en sa faveur. Même s’il n’a pas toujours un rendement à la hauteur de ce que l’on peut espérer, sa filiation avec l’entraîneur semble avoir fait de lui le bouc-émissaire numéro 1 du club. Une situation difficile à tolérer pour Claude Puel : « Ce sont des choses que je ne peux accepter et qui sont inacceptables ».

Le 6 août, le Barça poursuivra tranquillement sa préparation par un match face à Naples. Quant aux niçois, le plus dur commence samedi face à Toulouse. Les joueurs de Claude Puel devront tout faire pour ne pas réitérer les performances de la saison passée et éviter de se faire peur, après la 17ème place de la saison passée. Mais au vue de la détermination des joueurs et de la qualité de certaines phases de jeu, en particulier les contres, les niçois ont toutes les armes pour offrir une saison 2014-2015 agréable à leurs supporters.

Passionné de football depuis tout petit, je crois que depuis le début j’aime autant le regarder que le pratiquer. Mes premiers souvenirs télévisuels remontent à 1996 et l’Euro en Angleterre, puis bien évidemment la Coupe du Monde 98. Mon regard n’a vraiment changé qu’à partir de 2004-2005, où je me suis vraiment mis à m’intéresser au football différemment et au moment ou j’ai eu mon premier Football Manager.

... à lire dans Amical

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour