Restons connectés

Pourquoi l’OM a battu le PSG ?

France

Pourquoi l’OM a battu le PSG ?

Hier soir, l’ a fait une belle opération sur le plan comptable en battant le au terme d’un match assez terne. En empochant les trois points de la victoire, les Marseillais peuvent espérer conserver leur titre. Les Parisiens ont sans doute dit adieu à la Ligue des Champions. Analyse d’un score plutôt logique.

Parce que les cadres du PSG n’ont plus leurs jambes de 20 ans

Grégory Coupet était sous les feux de la rampe hier. Préféré à Apoula Edel, coupable de trop nombreuses boulettes cette saison, le vétéran n’est plus ce gardien capable de contester la place de Fabien Barthez en 2006. Sur le coup franc de Gabriel Heinze, il place très mal son mur et n’esquisse pas le moindre geste. S’il est complètement abandonné par sa défense sur le but d’André Ayew, il ne réalise pas non plus une prouesse sur cette tête qu’Hugo Lloris aurait vraisemblablement sortie. En repoussant une frappe cadrée de ce même Ayew en début de seconde période, il démontre néanmoins qu’il est meilleur qu’Edel…

Ludovic Giuly a un rôle de guide à assumer envers ses jeunes partenaires lors de ce type de match. Il n’a pas réussi à le faire. Pire, il a été transparent, complètement asphyxié physiquement par Taye Taiwo, plus rapide et puissant. Un comble pour un joueur autrefois capable de prendre de vitesse n’importe quel défenseur européen sous le maillot de Monaco ou de Barcelone.

Claude Makelele était une référence à la récupération. Homme aux trois poumons, sa seule présence suffisait à monopoliser le ballon et à faire briller les Zinédine Zidane ou autre Frank Lampard. C’était au début des années 2000. Aujourd’hui, l’ancien joueur du Real Madrid est un vieux lion de 38 ans, qui comme Giuly ne dispose plus du coffre adapté à un style de jeu trop exigeant physiquement.

Parce que les Marseillais étaient trop rapides

Des jambes de 20 ans, les Marseillais en ont. Ce sont celles d’André Ayew. Le Ghanéen, homme en forme de l’OM, a montré beaucoup d’envie. Sans doute trop pour le PSG. Aucun Parisien n’était capable de le suivre lorsqu’il accélérait, comme en atteste cette occasion où il grille la politesse à 4 joueurs avant de mettre Coupet à contribution. Buteur décisif, il a tout pour devenir l’idole du Vélodrome.

Loïc Rémy a-t-il vraiment des problèmes cardiaques ? On se le demande tant l’ancien Niçois a couru, souvent trop vite pour Siaka Tiéné. Auteur d’un gros match, il a parfaitement justifié sa sélection en équipe de France. Dommage qu’il ne soit pas accompagné en attaque par un buteur avec qui combiner.

Parce que Nenê et Hoarau ne s’entendent plus

Un buteur, Guillaume Hoarau en est un à priori. Il n’en a pas fait la démonstration hier, puisqu’il n’a pas tiré une seule fois. En manque de confiance, le Réunionnais manque cruellement de vitesse et de spontanéité pour tromper une défense. Dans une rencontre où les deux équipes n’ont cessé de passer par les ailes, il n’a pas brillé dans le jeu aérien, pourtant censé être son point fort. Il faut qu’il redevienne le joueur qu’il était lors de la saison 2008/09. Le PSG a vraiment besoin de lui.

Nenê, meilleur joueur de Ligue 1 lors de la première partie de saison, est sous l’œil du cyclone. Montré du doigt au sein de sa propre équipe, le Brésilien semble évoluer avec toute la pression du monde sur les épaules. Désirant prouver à ses partenaires qu’il avait raison dans cette guerre des egos contreproductive, il a mangé la feuille de match sur un trois contre un très mal négocié. Le PSG avait alors l’occasion d’égaliser. Le tournant du match.

Parce que le PSG a une équipe trop moyenne

Rejeter la faute sur Nenê serait néanmoins trop facile. Le PSG a chuté avant tout par manque d’imagination. Composée de joueurs moyens, cette équipe ne peut développer autre chose qu’un jeu terriblement stéréotypé et prévisible, trop facile à lire et à contrer. Quand on ne dispose pas de joueur capable de passer son vis-à-vis en un contre un, on ne peut pas créer le danger. Clément Chantôme ou Mathieu Bodmer sont certes de bons éléments, mais aucun d’eux ne peut déborder son adversaire direct. Une lacune rédhibitoire à ce niveau.

Car si Ayew et Rémy ont brillé, l’OM restait prenable. Avec un Souleymane Diawara diminué, la défense olympienne a montré des signes de faiblesse inquiétants et aurait certainement bu la tasse face à une réelle opposition. Au milieu, Stéphane Mbia a été moyen, tandis que Mathieu Valbuena et son suppléant Lucho Gonzalez n’étaient pas à 100%. Benoit Cheyrou a réalisé un match correct mais n’a pas su conserver le ballon en seconde période. Heureusement pour les Marseillais, laisser le ballon au PSG n’est pas dangereux car ils ne savent pas quoi en faire. Enfin, André-Pierre Gignac a été égal à lui-même. Frappant fort sans réellement réfléchir, il est incapable de cadrer le moindre tir. Sa passe décisive lui permet miraculeusement de sauver son match.

Pourquoi l’OM a battu le PSG ?

André Ayew a son âge marqué dans le dos. Au cas où.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour