Restons connectés

PKFoot

Le point JEU #28 : Kanté, Mbappé et le 3-5-2 français

France

Le point JEU #28 : Kanté, Mbappé et le 3-5-2 français

Malgré une prestation terne, la France a assuré l’essentiel en venant à bout de la Suède. Kanté a été excellent, Mbappé a été décisif, tandis que le 3-5-2 demande encore quelques réglages.

Au bout de l’ennui

Match observé : Suède 0-1 France

Dans le sport de très haut niveau, l’important reste de gagner. Pour autant, cela ne veut pas dire que la rencontre de l’équipe de France a été particulièrement intéressante. Dans ce système déjà testé face à l’Albanie, les pistons ont une importance capitale, et une défaillance de leur part complique les choses. Dubois, excellent offensivement face à l’Albanie, et habitué à jouer dans ce système à Lyon, a paradoxalement eu du mal à s’exprimer face à la Suède. Digne, reconnu pour son apport offensif à Everton, n’a guère plus briller. Sans ballon, le double pivot a bien géré, en grande partie grâce à l’activité de l’inusable Kanté, homme du match. Par contre, en termes de créativité, Rabiot n’a pas tenu son rang, ne parvenant pas à toucher Griezmann, Giroud ou Mbappé dans des conditions optimales. Il souffre de la comparaison par rapport à Pogba, ou même à Tolisso, qui avait su briller dans ce rôle face à l’Albanie. Dans ce système, le récupérateur (Kanté) a été parfait, mais le créateur supposé (Rabiot) n’a pas complètement rempli sa mission, avec trop de passes latérales et pas vers l’avant pour accélérer le jeu ou casser des lignes.

Auteur d’un penalty raté, Griezmann a joué à l’envers, alors même qu’il était placé dans un rôle taillé pour ses qualités, comme il l’avait prouvé face à l’Albanie. Face au bloc suédois, compact et bas, Mbappé a réussi à faire la différence, ce qui permet d’oublier les nombreuses fois où il a ralenti le jeu par des passements de jambes inopinés, quand une passe simple et rapide s’imposait. Tant qu’il sera décisif, il sera difficile de lui reprocher quoi que ce soit. De son côté, Giroud n’a pas montré grand-chose. Côté défensif, Varane et Kimpembé n’ont pas été mauvais mais n’ont pas donné d’impression de grande solidité, quand le bizuth Upamecano a connu quelques galères inhabituelles. Très à l’aise dans ses prises de décision balle aux pieds à Leipzig, le stoppeur a été parfois fébrile, mais le meilleur reste normalement à venir pour ce jeune plein de promesses. Au moins pourra-t-il compter sur son capitaine Lloris, solide et autoritaire derrière, bien que moyen balle aux pieds. Même quand elle joue mal, la France de Deschamps gagne. Beaucoup se plaindront de la qualité de jeu fluctuante, exagérant beaucoup puisqu’il y a quand même de bons matchs qu’on met aux oubliettes beaucoup trop souvent, contrairement aux victoires plus mitigées dont on aime se souvenir. Mais tous fêteront de la même manière qu’en 2018 en cas de prochain titre des Bleus.

 

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour