Restons connectés

Pourquoi le championnat des tribunes n’a aucune légitimité ?

France

Pourquoi le championnat des tribunes n’a aucune légitimité ?

ENFIN ! Enfin un championnat où Le Havre, Caen, Lille peuvent finir dans les 5 premiers et où, chose rare l’ASSE termine champion…le fameux championnat des tribunes. Voyons un peu sur le fond et la forme pourquoi ce championnat accentue les tensions avec les supporters..

Le championnat « super nanny »

Moins tu fais de bruit, mieux c’est. Mais attention il est quand même autoriser de supporter son équipe a condition de ne pas avoir d’écharpe de couleur trop vive, de ne pas crier trop fort, de ne pas être debout sur les sièges et oh mon dieu surtout ne pas dire de gros mots. Plus sérieusement, pour sa 3eme année d’existence le championnat de France des tribunes prouve encore une fois son illégitimité et son inutilité.Malgré le fait que le gagnant se voit attribuer une somme d’argent à reverser à l’association de son choix, les notes émises à chaque journées de championnat reste quelque fois incompréhensibles. Loin de moi l’idée de remettre en cause la ferveur et les qualités des supporters stéphanois et des autres équipes de L1, mais il semble impensable de retrouver l’ et le FCGB respectivement à la 8eme et à  la 10eme place. Le fossé se creuse donc entre la Ligue et les supporters les plus « remuants » pourtant c’est souvent dans un but esthétique que les supporters dépassent la limite : exemple avec les fumigènes qui entrent en jeu pour mettre en valeur un tifo ou a l’occasion de l’entrée des joueurs su r le terrain, ils font parties intégrantes de la chorégraphie d’un match de supporters réussi.

Allumer le feu

Alors une question se pose : est-ce qu’on arrête de craquer les fumis juste pour gagner une place au classement du championnat en bois ? Bien sur que non (A noter que ce billet n’encourage en aucun cas des comportements excessifs dans les tribunes). Mais on pose souvent la question de l’attractivité du championnat de France de L1, et on a raison. Mais croyez vous que la saison serait si intéressante que ça  s’il n’y avait pas de grandes rivalités entre certains clubs comme OM- ou OL-ASSE? Ou alors imaginez vous un match sans fumigènes et autres engins pyrotechniques lors d’un clasico? On s’ennuierait à mourir, les droits TV se négocierait alors aux alentours de 55,32€ et aller au stade deviendrait une corvée.

Il existe aujourd’hui un double discours des instances du foot français représenté par Mr Thiriez qui consiste à dire : voila il y a un championnat des tribunes dans lequel on récompense les supporters les plus sages selon des critères arbitraires et des résultats donnés par je ne sais qui, très bien. D’autre part on aime voir l’entrée des joueurs d’un OM-PSG arrosée de quelques fumigènes associé à un beau tifo. Car le problème essentiel aujourd’hui est bien la règlementation de l’usage d’engins pyrotechniques durant un match, en gros savoir où et quand on a le droit de craquer un fumi !

Le fumi gène ?

Actuellement c’est toujours le même refrain lors des rencontres de L1, on arrive à faire rentrer les fumis dans le stade (plus ou moins aisément), on les utilise pendant le match, les spectateurs sont ravis de l’ambiance, et la LFP se réjouit de pouvoir mettre une amende au club pour remplir les caisses, bref tout le monde est content.De plus cela accorde un malus à l’équipe à ce fameux championnat des tribunes…  Mais doit-on continuer dans ce système réactif et répressif? Réfléchissons à un système plutôt actif voir préventif. Pourquoi ne pas mettre en place une règlementation en concertation avec les groupes de supporters de chaque clubs. Les ‘capos’ endosseraient alors un véritable rôle de leader et on s’approcherait d’un dialogue de confiance et constructif entre les instances officielles et les supporters. Pour en revenir à l’essentiel pourquoi ne pas autoriser clairement et simplement les fumigènes seulement avant le coup d’envoi et/ ou à l’entrée des joueurs et/ou après la fin du match. Dans ce schéma là, Ligue, supporter et club seraient gagnants tout comme le spectacle proposé dans les tribunes. Pourquoi instaurer un championnat bidon afin de pointer du doigt les mauvais élèves alors qu’il suffirait simplement de discuter avec les personnes appropriés et de mettre en place des normes claires, justes et comprises de tous.. C’est peut être trop demandé aux « éléphants » de la LFP.

Quelques rappels sur la saison 2008-2009 du coté des tribunes :

Les amendes pour usage d’engins pyrotechniques et les sanctions de match à huis clos sont distribuées par la commission de discipline dirigé par Mr Pascal Garibian.

Taux de remplissage

1 Olympique Lyonnais 91,11 % 37 394 41 044
2 AS Nancy Lorraine 89,61 % 18 000 20 087
3 Olympique de Marseille 87,11 % 52 276 60 013
4 Paris Saint-Germain 86,24 % 40 902 47 428
5 Grenoble Foot 38 85,79 % 17 217 20 068

Affluence moyenne

1 Olympique de Marseille 52276
2 Paris Saint-Germain 40902
3 Olympique Lyonnais 37394
4 AS Saint-Etienne 28170
5 FC Girondins de Bordeaux 26953

Lors du PSG-OM (auquel j’ai assisté coté marseillais..) pas moins de 150 fumis interceptés et 40 craqués pendant le match et tout cela sur un seul évènement.

Étant donné que la communication sur les amendes liés aux fumigènes reste confuse voir dissimulée on peut imaginer que les 3 clubs les plus sanctionnés sont respectivement : 1-PSG ; 2-OM ; 3-Grenoble

L’amende du PSG (avant concertation de la commission pour les matchs contre l’OM et Toulouse) pour l’année 2009 s’élève déjà à 180 000€ (soit 2 jours de salaire de C.Ronaldo)

Une fracture à soigner

Le problème en France concernant la gestion de l’utilisation des fumigènes, c’est qu’il y a aucun dialogue et qu’on se contente simplement de constater l’infraction et de mettre en place une répression souvent mal comprise voir excessive. Pas sur que les sanctions de match à huis clos émises notamment envers le PSG et l’OM (clubs rassemblant le plus de spectateurs et les plus médiatiques en France) améliorent la situation..Il ne s’agit pas non plus de tendre vers une ambiance « StadeDeFrance », passer moi l’expression. Je veux dire par là qu’il ne faut pas tout interdire et garder un pragmatisme bien à la française. Ne laissons pas se creuser un fossé entre supporters et dirigeants qu’on aura beaucoup de mal à reboucher mais plutôt instaurer un dialogue et trouver une entente qui permettrait d’allier plaisir, fête et respect pour le plus grand bonheur de tous, et en premier lieu des supporters. Le fumigène était, est et sera toujours un instrument que l’on utilisera dans les stades, mais bon sang que la Ligue ne laisse pas la situation dégénérer sous peine de la voir partir en fumée…

William est un passionné de l’OM. Le terrain est aussi son quotidien puisqu’il joue aussi en compétition. Fin connaisseur des championnats français et espagnol et du foot-business, il essaye d'être au plus proche de l'actu foot jour après jour.

... à lire dans France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour