Les révélations de la Ligue 1 2015/16 pour l’équipe PKFoot

La trève des confiseurs est l’occasion de faire un premier bilan à mi-parcours sur les forces en présence en Ligue 1. Si certains joueurs ont déjà confirmé les espoirs placés en eux, d’autres ont carrément été des révélations grâce à quelques prestations de qualité. Retour rapide sur ces joueurs qui devront confirmer sur la suite de la saison.

Girondins de Bordeaux :

L’éclosion d’Ounas vient égayer la triste saison bordelaise. Le prodige de 19 ans a signé son premier contrat pro suite à de belles performances en équipe première, avec quelques buts à la clé (dès son premier match face à Lorient, puis face à Troyes et Monaco). Gaucher exclusif, dribbleur invétéré dont le style se rapproche de ceux de Ben Arfa ou Mahrez, le Girondin est souvent utilisé en ailier inversé, pour mieux rentrer sur son pied gauche et trouver l’ouverture. Ce jeune talent peut aller très haut, et comme Fékir, son choix entre la France et l’Algérie ne manquera pas d’être suivi, surtout s’il parvient à fructifier les prédispositions entrevues lors de ses premières apparitions en championnat.

Olympique de Marseille : Georges-Kevin N’Koudou

Quand on regarde le début de saison de Georges-Kevin N’Koudou, abonné au banc juste après son arrivée sur la Canebière, on n’imaginait pas que l’ancien Nantais allait être la révélation de ce début de saison. Ce joueur percutant et efficace, pouvant jouer sur les deux côtés de l’attaque olympienne, possède des statistiques intéressantes compte-tenu du coût de son transfert (1.5M€) : 7 buts et 4 passes décisives en 18 rencontres. Et dire que N’Koudou aurait pu partir en Premier League suite à l’intérêt de Bournemouth, sans le véto de l’entraîneur et de son président. Passé par la plupart des équipes nationales françaises, il hésite désormais avec la sélection camerounaise qui lui fait les yeux doux. A le voir jouer, il y a de quoi espérer un avenir radieux en tricolore.

FC Nantes : Wilfried Moimbé

On ne peut pas tellement dire qu’un joueur nantais se démarque par rapport à un autre, tellement l’équipe du Grand Ouest produit un jeu peu entrainant depuis le début de la saison. Bammou ne peut être considéré comme une révélation, et Cana est déjà bien connu dans l’Hexagone. Derrière, le petit Moimbé parvient à sortir son épingle du jeu. Souvent blessé, notamment au genou, l’ancien Brestois anime activement le côté gauche du FC Nantes. Quand il n’est pas, le club a du mal à débuter ses attaques. S’il gagne en régularité, Wilfried Moimbé pourra être l’attout n°1 des Canaris.

Stade Rennais : Abdoulaye Diallo

Tout le monde pensait Benoit Costil indéboulonnable à Rennes, tant son charisme s’imposait naturellement. Malheureusement, sa rupture du ligament du genou en septembre a fait le bonheur d’un autre gardien, Abdoulaye Diallo. Annoncé partant l’inter-saison, le portier a vécu une année 2015 riche en émotions. Après un prêt au Havre qui lui a permis de gagner en expérience, il s’est retrouvé propulsé de n°4 à n°1 à Rennes en quelques mois, puis à gagné ses galons d’international sénégalais, après avoir fait ses classes dans les équipes nationales de jeunes françaises. Doté d’un bon mental et de bons réflexes, il doit encore gagner en assurance pour être une valeur sûre pour sa défense. A 23 ans, il vient de prolonger jusqu’en 2019. Qui aurait pensé à un tel parcours il y a un an ?

SC Bastia : Julien Romain

Et si Bastia avait enfin trouvé un buteur ? Orphelin de véritables attaquants, entre les suspensions de Brandao, l’inefficacité de Raspentino et les blessures de Kamano, Ghislain Printant s’est tourné vers le centre de formation, pour en extraire une pépite. Le jeune Julien Romain, 19 ans, fait des débuts prometteurs, avec 2 buts en 4 apparitions, donc aucune comme titulaire. Cela donne un but toutes les heures. et ça fait surtout des années que le club insulaire n’avait pas sorti un tel profil de chasseur. Julien n’est ni puissant, ni technique, mais son sens du but le place toujours au bon endroit. Toute proportion gardée, son profil est comparable à Chicharito à Leverkusen. Ses prestations ont convaincu les dirigeants à lui faire signer son premier contrat pro, jusqu’en 2018.

GFC Ajaccio : Mohamed Larbi

Des contrats pro, Mohamed Larbi n’en a pas signé des masses du haut de ses 28 ans bien tassés. Si on peut parler de “révélation” le concernant, c’est qu’il représente pour beaucoup le réveil de cette surprenante équipe ajacienne (1 défaite sur les 10 derniers matchs), lui qui est capable de jouer à tous les postes du milieu de terrain. Formé au FC Nantes, il en sort déçu et file jouer la sécurité en Tunisie à l’ES Sahel, le seul club décidé à le faire passer pro. Le retour en France est compliqué car les portes sont fermées, mais Larbi est reparti de CFA2 pour gravir les échelons, un par un. Désormais auteur de 6 buts, Mohamed a gagné ses premières capes au prix d’un bon parcours – déjà – de son équipe en L2 l’an passé.

Toulouse FC : Alban Lafont

Physiquement, il porte bien ses 16 ans : ses épaules ne sont pas plus larges que ses bras ne sont gonflés. Il rend par exemple 10 kg à Neuer, qui fait la même taille que lui. Mais sous ses airs d’adolescent se cache déjà un très bon gardien. Alban Lafont est la révélation de la première partie de saison du TFC. A l’aise balle aux pieds, le portier précoce se montre déjà décisif en Ligue 1, bien aidé par son envergure (1m93). Lafont a tout pour devenir un excellent joueur, tant ses bases techniques, évidemment encore très perfectibles, semblent solides.

PSG : Serge Aurier

Pour prendre place sur le couloir droit de ce PSG qui ambitionne de remporter la Ligue des champions, on imaginait van der Wiel, vice-champion du monde et international néerlandais. Puis, on a vu un bon Marquinhos. Mais l’évidence aujourd’hui se nomme Aurier. L’Ivoirien a pris possession de la place de latéral droit parisien, impressionnant par sa tonicité, sa puissance, mais aussi son apport offensif. Et pour ne rien gâcher, il a encore l’avenir devant lui !

SCO Angers : Cheikh N’Doye

Cheikh N’Doye c’est un peu ces trajectoires atypiques dont on raffole, formé au Sénégal ; Il connaît son tournant à Créteil qu’il rejoint en provenance d’Epinal. Elu dans l’équipe type de Ligue 2 de part la régularité de ses performances il tape rapidement dans l’oeil de certains clubs de Ligue 1, N’doye fait le choix du promu Angers. Le capitaine du SCO Angers étonne ceux qui le découvrent par cette faculté à marquer des buts, son activité incessante et sa facilité à peser sur les défenses. A 29 ans N’Doye vit une ascension fulgurante au sein d’une équipe qui figure à la surprise générale sur le podium à la trêve. Son dépassement de fonction cette capacité à se projeter vers l’avant en font un joueur au profil redoutable qui a déjà tapé dans l’oeil de plusieurs clubs de premier league. Affaire à suivre.

OGC Nice : Vincent Koziello

Avec son visage d’ange, Vincent Koziello donne plus l’impression qu’il va jouer au Pokemon sur sa GameBoy dans la cour de recrée plutot que de s’imposer dans l’Allianz Riviera. Pourtant, du haut de ses 20 ans, Koziello est bien titulaire dans l’entrejeu niçois depuis le début de la saison. Avec son gabarit poids plume, Koziello compose en évitant le duel, ce qui lui permet de lâcher la ballon rapidement pour un jeu fluide. Grâve à sa justesse technique et à son abnégation, le jeune aiglons est désormais international espoir et attire déjà l’attention des grands clubs européens, attention à ne pas se brûler les ailes.

SM Caen : Andy Delort

Si Caen réalise une première partie de saison de rêve, c’est en grande partie grâce à Andy Delort. Le nouveau buteur de Malherbe enchante ses coéquipiers par sa générosité, sa prise de risques assumée, et sa faculté à se mettre rapidement en position de frappe. On le compare à juste titre avec Gignac : comme lui, le Caennais ne se pose pas de questions, et son taux de transformation est de plus en plus intéressant. Ce ne sont pas les Bordelais, mangés par sa rage de vaincre, qui diront le contraire.

AS Monaco : 

Avec son nouveau projet, basé sur le recrutement de jeunes talents à forte plus value pour les revendre, l’AS Monaco ne recrute plus de stars et c’est donc naturellement que nous devrions retrouver sur le rocher un vivier de jeunes talents, à ne plus savoir quoi en faire. Pourtant cette saison, malgré une 2e place en L1 à mi parcours, l’ASM déçoit un peu et il a été assez simple pour nous de sortir un seul joueur de cet effectif, celui de l’ancien caennais, Thomas Lemar. Quand il est sur le terrain, Thomas Lemar a le mérite de redonner le sourire aux supporters monégasque. Acheté pour seulement 4 millions à Caen, il est la plus value certaine de Monaco. Avec son pied gauche épatant, il élimine facilement ses adversaires dès sa première touche et il possède aussi une grosse frappe de balle qui lui a permis de trouver déjà 3 fois le chemin des filets cette saison. Une trajectoire à la Martial ?

ES Troyes AC : Paul Bernardoni

Quand on est lanterne rouge de Ligue 1, avec aucune victoire au compteur, difficile de sortir un joueur du lot. Pourtant, s’il y a bien un poste qui est sollicité dans cette équipe, c’est bien celui du gardien de but. Remplaçant au pied levé du titulaire annoncé Petric, Paul Bernardoni se fait une place de titulaire dans les buts de l’ESTAC. Le jeune Troyen s’est même payé le luxe de s’illustrer contre le PSG, remportant le titre du meilleur arrêt de la 15 e journée.

Considéré comme un actif fort du club, à forte valeur marchande, le gardien de l’équipe de France U19 devrait voir les prétendants se bousculer. Watford serait déjà sur le coup mais également Chelsea, de quoi faire réfléchir…

Montpellier HSC : Casimir Ninga

A l’heure de l’inflation sur le marché des transferts, sa venue à Montpellier n’a coûté que 75 000 euros au club de Nicollin. Le résultat surpasse de très loin les attentes les plus folles, puisque Casimir Ninga facture déjà 6 buts, en 10 apparitions de Ligue 1. Le Tchadien, excellent dans la finition, ne ménage pas ses efforts pour l’équipe, puisqu’il harcèle les défenses 90 minutes et enchaine les sprints à haute intensité, grâce à un physique hors norme. Alors qu’il n’a disputé que 10 matches, il fait déjà figure d’affaire de l’année du championnat !

Lille OSC : Sofiane Boufal

8 buts, 6 passes décisives et beaucoup de dribbles et cassages de reins, voici le bilan de Sofiane Boufal en 2015. Pas mal pour celui qui a découvert la L1 lors du mercato hivernal en quittant Angers pour le LOSC. S’il lui a fallu un peu de temps pour s’imposer, le franco-marocain a été le détonateur de la bonne fin de saison des hommes de René Girard, sans pour autant suffire à sauver la tête de son sucesseur, Hervé Renard. Pour le club lillois, l’enjeu n’est pas de savoir si l’ailier sera vendu mais plutôt pour combien et surtout quand ? A priori, Boufal devrait finir la saison 2015-16 dans le Nord, ce qui devrait lui laisser le temps de poursuivre sa progression en gagnant en intelligence de jeu et en constance.

Stade de Reims : Grejohn Kyei

Dernière minute de la dernière journée de la saison 2014-2015, le jeune Grejohn Kyei (pas encore 20 ans) marque son premier but en L1 sur la pelouse du Parc des Princes. Malgré des blessures, il a déjà doublé son total et délivré 3 passes décisives à mi-saison 2015-2016, dont une offrande à Jordan Siebatcheu (19 ans). Lui a goûté à la L1 en janvier 2015 mais s’est véritablement révélé en ce début de saison en inscrivant 3 buts (plus 1 passe décisive). S’ils sont en concurrence avec De Preville (4 buts) et N’Gog (3 buts), les deux espoirs rémois joueront à coup sûr un rôle important dans la mission maintien du club.

FC Lorient : Benjamin Moukandjo

Il va falloir s’y habituer. Après Darcheville, Gameiro, Aliadière, Aboubakar et Ayew, c’est au tour de Moukandjo d’affoler les compteurs sous le maillot de Lorient. Cet attaquant habitué au championnat français, et adoubé par le mythique Mboma, compte déjà 11 réalisations à la mi-saison, lui qui n’avait jamais passé la barre des 10 buts en Ligue 1. Le système de jeu lorientais, qui met en valeur ses qualités d’attaquant, n’est pas étranger à une réussite qui pourrait attirer les convoitises à l’intersaison. A lui de prouver, s’il le souhaite, qu’il peut également s’épanouir dans un contexte plus difficile.

Olympique Lyonnais : Maxwell Cornet

L’OL a l’habitude de révéler au grand public des attaquants prometteurs. Si on prend une liste de ceux qui sont encore en activité, on peut citer Benzema, Ben Arfa, Rémy, Lacazettte, Fékir et Njié, qui ont tous tapé dans l’œil du grand public sous le maillot rhodanien. Et encore, Martial aurait dû compléter la liste. Le dernier à montrer de belles promesses est Cornet. Formé à Metz, cet habitué des équipes de France de jeunes a des jambes de feu, et un certain culot à revendre, comme en atteste sa propension à tenter sa chance sans complexe. Mieux, il a éclaboussé le dernier match européen de son talent, en inscrivant un but magnifique à Valence. Remplaçant de Lacazette et Beauvue, cet espoir rhodanien reste un diamant à l’état brut, mais il semble déjà avoir le potentiel pour suivre les traces de ses glorieux prédécesseurs.

EA Guingamp : Marcus Coco

Marcus Coco est la dernière pépite et trouvaille de Jocelyn Gourvennec. L’ailier droit a gagné sa place de titulaire dans le onze de départ Guingampais au fil de la saison, ce qui lui a d’ailleurs valu d’être convoqué en Equipe de France espoir. Marcus est un joueur généreux, il se bat sur tous les ballons, provoque balle au pied, multiplie les appels et encore son entraineur le juge à 50 % de son potentiel. A 19 ans, le jeune originaire de la Guadeloupe va bientôt atteindre les 1000 minutes en L1, ça promet pour l’avenir …

https://twitter.com/Corali_dlp/status/637571935287775232

AS Saint-Etienne : Valentin Eysseric

En une demi-saison chez les Verts, Valentin Eysseric a quasiment égalé son record de buts avec Nice. En ayant trompé quatre fois le gardien adverse, il n’est qu’à une longueur de ses 5 buts inscrits lors de ses débuts en L1. Depuis, il a eu du mal à confirmer, s’étant plutôt fait remarquer pour son tacle assassin sur… le stéphanois Clément en 2013. C’est pourtant sous ce maillot vert qu’il revit puisqu’il a aussi ajouté 3 passes décisives sous ses nouvelles couleurs. A 23 ans, il semble enfin prêt à franchir un palier.

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter