AvideceWopyBalab

Le football européen souffrait encore gravement des effets de la pandémie de corona en 2022. Après un manque à gagner de près de huit milliards d’euros en 2020 et 2021, les pertes pour 2022 sont estimées à 2,5 à 3 milliards d’euros supplémentaires. C’est ce qui ressort du rapport actuel de l’Union européenne de football sur l’octroi de licences aux clubs.

Selon l’analyse des données, le Covid a « sans aucun doute laissé des cicatrices profondes » qui sont « difficiles à cicatriser ». Néanmoins, il existe des « signes encourageants ». L’intérêt pour le football européen est « à un niveau record » – comme le démontrent sans équivoque les investissements records dans les clubs et le niveau de revenus sans précédent déclaré par les clubs pour l’exercice 2022.

Les données recueillies supposent des revenus de 4,1 % plus élevés en 2022 qu’avant la pandémie. Cela est principalement dû à l’augmentation significative des revenus de parrainage. Les revenus de la pourvoirie ont augmenté de 12 %, les revenus du merchandising ont augmenté de 17 % et les revenus du sponsor principal sont supérieurs de 22 % aux niveaux d’avant la pandémie.

Les ventes de billets sont également revenues à 93% des niveaux d’avant la pandémie. Incidemment, les salaires des joueurs, qui absorbent 54% des revenus, ont grimpé en flèche de 16%.

L’analyse de l’UEFA témoigne de la « résilience du football »

Pour le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, le résultat de l’analyse des données financières de plus de 700 clubs est « un véritable témoignage de la résilience et de la résilience de notre sport. Le rapport de cette année montre clairement la vitesse à laquelle le football européen se remet de menaces sans précédent alors qu’il tout en soutenant les fans, les investisseurs et les sponsors restent toujours aussi attractifs ». On se réjouit que les revenus des clubs de première division soient à nouveau plus élevés qu’avant la pandémie.

L’UEFA et ses associations membres doivent désormais « rester vigilantes et appliquer strictement les règles de viabilité financière au niveau européen et national », a déclaré Ceferin. La réforme du fair-play financier (FFP) devrait également le garantir.

Le FFP, souvent insuffisamment mis en œuvre, a été remplacé depuis l’été 2022 par le successeur du règlement de « viabilité financière ». En conséquence, les clubs ne peuvent pas dépenser plus de 70 % de leurs revenus en transferts, salaires et honoraires de consultants.