Restons connectés

Les impostures du 11 mondial de la FIFA

Compétitions

Les impostures du 11 mondial de la FIFA

Le footballeur serait-il un footix comme les autres ? La FIFA a dévoilé son 11 type de l’année 2014, récompensant de nombreux intrus, cités pour leur notoriété et non en raison de leurs performances.

« Qui mieux que les joueurs eux-mêmes est à même de sélectionner le onze idéal ? », questionne le site officiel de la FIFA, indiquant que 20 000 footballeurs ont voté pour ce 11 idéal. Soit les footeux ne connaissent rien au foot, soit ils s’en foutent complètement. Ou les deux. Ce jury géant a choisi des incontournables comme les Champions du monde allemands Neuer, Lahm, Kroos ; les finalistes argentins Messi et Di Maria et évidemment le Ballon d’Or 2014 Cristiano Ronaldo. Une ossature indiscutable, mais complétée par quelques intrus dont la charnière centrale du PSG.

Sans remettre en cause le talent de et de , ils ont tous deux vécu un Mondial compliqué, le premier accusé de lâcheté et suspendu bêtement, le deuxième au cœur du fiasco contre l’Allemagne. En club, Thiago Silva a aussi baissé de régime en 2014 tandis que David Luiz a plutôt joué milieu à Chelsea avant de ne pas se montrer toujours à son avantage dans la capitale française. Pour être chauvin, Raphaël Varane, vainqueur de la Ligue des Champions et devenu le taulier des Bleus, aurait fait un meilleur prétendant. En étant un poil plus objectif, la charnière de l’Atletico Madrid ,et particulièrement , ou l’Allemand Jérôme Boateng auraient davantage mérité les suffrages. Même Sergio Ramos n’a pas brillé et ne doit sa place qu’à sa notoriété et il jouerait latéral dans ce 11 mondial, un poste qu’il n’occupe plus…

Au milieu, la présence d’Iniesta, en baisse de régime et dont le Barça et la Roja ont déçu, laisse aussi à désirer. Au même poste, James Rodriguez, révélation du Mondial et performant en club (9 buts et 11 passes en L1 avec Monaco et bien intégré au Real Madrid) aurait fait meilleure figure. Dans un registre plus défensif, comment ne pas citer l’immense Javier Mascherano qui a porté l’Argentine, encore plus que Messi et Di Maria, en finale de la Coupe du Monde. Ou, pour défendre à nouveau la nation française, Paul Pogba, devenu un cadre de la Juve et meilleur jeune du Mondial ?

Et pour chipoter un peu sur l’attaque, le champion du Monde Thomas Müller (qui a encore marqué 5 buts en CDM, comme en 2010) aurait pu piquer la place à son coéquipier Robben, il aurait aussi contribué à rendre l’attaque de ce 11 Mondial un peu moins individualiste…

Si les Champions du Monde pourraient être encore plus présents dans ce 11, le sacre de leur sélectionneur Joachim Löw peut faire débat. L’entraîneur a évidemment du mérite mais il avait aussi une machine de guerre made in Bayern Münich pour le servir et, avec recul, la meilleure formation du tournoi sans hésiter. En revanche, le travail de Diego Simeone à l’Atletico Madrid est colossal. Déjouant tous les pronostics, le charismatique argentin a emmené ses troupes au sommet de la Liga et en finale de la Ligue des Champions. Une sur-performance qui aurait mérité le titre de coach de l’année.

Les impostures du 11 mondial de la FIFA

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Compétitions

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour