AvideceWopyBalab

Cinquième volet de notre rubrique tactique : nous allons imaginer comment optimiser les forces de l’AC Milan, ogre européen en sommeil de longues années, et qui semble revenir en haut de l’affiche en Italie. Sans se prendre pour Pioli, on explique ce qui est bien fait, et ce qui pourrait peut-être améliorer le rendement de l’équipe.

Tout dépend de Zlatan et du double pivot

La direction du club l’a compris : une qualification en Ligue des champions est très importante pour espérer attirer les meilleurs. Ainsi, en faisant revenir le vétéran Ibrahimovic, les Rossoneri tablent sur le court terme. Logiquement, tout dépend du Suédois dans ce 4-2-3-1 où le double pivot formé par Bennacer et Kessié est également primordial. Dans les faits, on obtient un Donnarumma de plus en plus mature, une défense équilibrée où Calabria ne part pas à l’abordage pour compenser les montées de Hernandez, un double pivot Bennacer-Kessié au volume de jeu impressionnant, un Calhanoglu qui profite de la présence de Zlatan pour combiner, et des ailiers censés prendre la profondeur ou venir en soutien de leur avant-centre.

Tactique #5 : comment faire jouer l'AC Milan ? Tactique #5 : comment faire jouer l'AC Milan ?

En face offensive, l’AC Milan ressemble donc à un 3-2-4-1, l’ailier gauche (Rebic ou Leao) se recentrant dans le demi-espace gauche pour laisser de la place sur le couloir à Hernandez, qui déborde parfois lui-même sur ce demi-espace gauche, impliquant pour l’ailier de prendre le couloir. Cela lui demande donc une certaine intelligence d’adaptation et de jeu. Si Ibrahimovic est évidemment la cible principale des centres, Calhanoglu se projette pour arriver en soutien, et l’ailier opposé doit rentrer à l’intérieur pour ne pas laisser Zlatan seul au monde.

Grâce à la maîtrise technique de ses éléments axiaux, à savoir Bennacer, Calhanoglu et Ibrahimovic, cette formation peut tout à fait jouer haut. Cependant, elle se régale aussi en transition, en grande partie grâce à la vitesse apportée par Hernandez, et les déviations d’Ibrahimovic. Sans ballon, le volume de jeu de Bennacer et Kessié permet à Ibrahimovic de s’économiser grandement, puisqu’il ne se contente que de cadrer légèrement le porteur… et encore.

Comment améliorer l’effectif ?

Commençons par les départs : Castillejo n’a pas les qualités requises dans cette équipe, tandis que Krunic et Diaz sont limités, malgré quelques fulgurances sporadiques. Si on fait du poste par poste, on constate que les cages sont bien gardées : Donnarumma présente de réelles garanties, et Tatarusanu reste une doublure de bon niveau. A droite, Calabria et Conti ne sont pas des fantaisistes, mais tant mieux, puisqu’il faut un profil équilibrant pour compenser Hernandez de l’autre côté. Idéalement, il faudrait un latéral droit plus solide qu’eux, mais c’est un marché compliqué où même un Lamptey (Brighton) semble trop cher. Même les recruteurs de Dortmund, qui ont déniché tant de pépites dernièrement, n’ont pas trouvé mieux que Meunier… A gauche, la doublure Dalot, capable de jouer sur les 2 couloirs, est prêtée, mais le club lombard souhaiterait le garder.

C’est en défense centrale qu’une recrue ferait le plus de bien. Pas très rapide, Romagnoli, axe gauche, st parfois dépassé quand il s’agit de couvrir Hernandez… au point qu’on se demande pourquoi il n’intervertit pas de poste avec Kjaer, légèrement plus mobile. Un défenseur plus véloce ferait du bien. Alaba (Bayern Munich), qui arrive en fin de contrat, serait la cible idéale. En pleine force de l’âge, rapide, technique, il permettrait à l’équipe de monter d’un niveau d’un coup, mais cela serait très compliqué pour cet AC Milan de le recruter. Il semblerait que la direction sportive privilégie un jeune à fort potentiel, et on peut donc imaginer un prêt ou un transfert de joueurs comme Tuanzebe (Manchester United), Tomori (Chelsea), Zagadou (Dortmund), Milenkovic (Fiorentina), Tapsoba (Bayer Leverkusen), Simakan (Strasbourg) ou Bornauw (Cologne). Cela envoie moins de rêve, mais tous peuvent devenir des défenseurs très fiables au plus haut niveau, et disposent d’un bon niveau athlétique.

https://twitter.com/Mushi7s___/status/1334208182844010508

Dans l’entrejeu, le duo Bennacer-Kessié est indéboulonnable, au point de ne laisser que des miettes à Tonali. Pour les faire souffler, un joueur à gros volume de jeu, mais aussi à l’aise balle aux pieds, serait idéal. En fin de contrat, Wijnaldum (Liverpool) serait parfait, surtout dans sa capacité à sortir de la pression adverse, mais on l’imagine viser plus haut que l’AC Milan actuel. On pense à Partey (Arsenal), peut-être déçu des performances de son club, mais son salaire posera problème. Sans injure envers leurs clubs actuels, Veretout (AS Rome) et Renato (Lille) passeraient un cap en signant à Milan, mais l’opération pourrait être trop onéreuse. La regorge de joueurs qui correspondraient, et seraient peut-être plus accessibles financièrement : Aranguiz (Bayer Leverkusen), Zakaria et Neuhaus (Gladbach), Grillitsch (Hoffenheim), Guendouzi (Hertha Berlin) et Serdar (Schalke), sans compter Dahoud (Dortmund) et Kampl (RB Leipzig), qui ne sont pas titulaires indiscutables dans leurs clubs.

Un concurrent fiable pour Calhanoglu pourrait faire du bien. Eriksen (Inter Milan) est impossible, et c’est bien dommage, car il s’éclaterait dans ce schéma. Une bonne idée serait de promettre les clés du jeu à Brandt (Dortmund), très mal utilisé par Favre, et qui ferait un magnifique meneur de jeu dans cette formation. Tenter le pari Draxler, en fin de contrat, peut être une idée, à condition qu’il vienne dans l’optique de travailler. Un ailier droit pour mettre Saelmaekers sur le banc serait le bienvenu également. Politano (Naples) et Chiesa (Juventus) auraient été parfaits mais ils viennent juste d’arriver dans leurs formations. Le transfert d’Adama (Wolverhampton) serait trop élevé, mais cela aurait été marrant de le voir en Série A. Berardi (Sassuolo) ne voudra sûrement pas quitter son club. La bonne pioche pourrait être Buendia (Norwich), excellent en Premier League, et qui ne devrait pas être inaccessible puisqu’il évolue désormais en seconde division. Szoboszlai serait magnifique, mais sera sans doute trop courtisé.

Le sujet le plus épineux sera évidemment celui de l’avant-centre pour épauler/succéder à Ibrahimovic. Rebic et Leao, utilisés à gauche par Pioli, mais aussi dans l’axe quand le Suédois n’est pas là, n’ont pas un profil assez complet pour assumer le rôle de 9 dans ce 4-2-3-1 particulièrement exigeant. Les 2 savent combiner ou partir en profondeur, mais il leur manque cette capacité à jouer dos aux buts pour faire monter le bloc, à dévier pour les ailiers, et bien sûr à empiler les buts. En fin de contrat, Milik (Naples) pourrait faire l’affaire, mais sera très courtisé. En délicatesse dans son club où il ne joue pas toujours, Lacazette (Arsenal) trouverait un magnifique point de chute. Belotti (Torino) aime probablement trop son club, mais il constituerait une belle alternative, tout comme Weghorst (Wolfsburg), moins glamour mais très efficace. Dolberg (Nice) serait un choix sexy sur le papier, mais sa participation au jeu est sans doute trop faible. Quoi qu’il en soit, cela constituera un choix primordial pour la continuité du projet, tant Zlatan est important dans cette équipe, et puisqu’il n’est pas éternel. Même si parfois, on en doute un peu…

Darinh Mongkhoun

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.