Restons connectés

Tour d’Europe : la fête à Manchester, Ramos en patron

Tour d'Europe

Tour d’Europe : la fête à Manchester, Ramos en patron

Ce week-end, c’était la fête à Manchester, en rouge comme en bleu. On a eu droit à des fins de matches monstrueuses pour Cardiff, le FC Séville, l’Espanyol et Hoffenheim. Sergio Ramos a pris soin de son côté de rappeler qu’il était le patron de la ville. 

Sarri, à terre avec ses idées

Aves Sané et David Silva sur le banc, Manchester City a humilié Chelsea, plein de lacunes… et dont on se demande s’il ne serait pas temps de prévoir un plan B, quand le plan de jeu préconisé ne répond pas. Il y a eu 4 buts inscrits en 25 minutes! Sur le premier but, qui prend Bernardo au marquage ? Est-ce une erreur de Barkley, Hazard, ou Alonso ? Les Blues ont accumulé les cadeaux, alors que leur adversaire n’en avait pas besoin. On pense forcément à Agüero, opportuniste, mais surtout génial de précision. L’Argentin est probablement le meilleur attaquant de Premier League sur la décennie écoulée. 6-0, jeu, set, et match.

Manchester United refait plaisir à voir

Axelle Red et Youssou N’Dour avaient raison : c’est beau un monde qui joue. On en a encore eu la confirmation avec Manchester United, enthousiasmant face à Fulham, qui n’a pas existé si on excepte une occasion à la première minute de jeu. Au sein de cette équipe, il n’y a pas de recrue hivernale qui a tout changé, mais un coach qui libère les joueurs : des centraux qui portent un peu plus la balle, des latéraux plus haut, et un état d’esprit différent. On a même vu Jones frapper du gauche, à 20 mètres des buts adverses! Certains joueurs, Pogba en tête, profitent de ce changement pour laisser éclater le talent qu’on leur connaissait, mais qu’on ne voyait plus. Martial en fait également partie. Avec son magnifique but en solitaire, le Français nous fait presque regretter ces années perdues depuis le départ de Sir Alex Ferguson. Que c’est bon de revoir les Red Devils conquérants.

Sergio Ramos, l’antéchrist du football européen

Le derby de Madrid a tenu toutes ses promesses. Si certains parleront d’arbitrage, avec le penalty accordé au Real, et ce but du 2-2 refusé à Morata, on préfère parler de jeu, ou plutôt d’un joueur. Il s’agit bien de Sergio Ramos. Car si le côté gauche Reguilon-Vinicius est rafraîchissant, que Casemiro a marqué un but fantastique, ou que Bale a confirmé qu’il pouvait marquer dans les grands rendez-vous, personne n’est dupe : le patron est bien le capitaine. Alors que l’Atlético avait égalisé par le biais de Griezmann, que les minutes se faisaient longues entre le coup de sifflet pour signaler la faute et celui pour autoriser à tirer, Ramos n’a pas gambergé. L’Espagnol ne craint pas la pression, il s’en nourrit, il l’aime comme personne, mis à part peut-être Ronaldo. L’odeur du printemps européen réveille le capitaine madrilène, et tout son équipage avec.

Ce qu’on a vu

  • C’est un point miraculeux que récupère West Ham sur la pelouse de Crystal Palace. Les Hammers, incapables de jouer le hors-jeu, ont offert une demi-douzaine de situations de duel face au gardien.
  • Arsenal s’impose sans trop souffrir face à Huddersfield, avec un Lacazette encore buteur. Particulièrement intelligent dans ses déplacements, il est toujours facile à trouver pour ses partenaires.

  • Après avoir concédé l’égalisation dans les arrêts de jeu face à Southampton, Cardiff a trouvé le moyen de l’emporter quelques secondes après. La qualité technique était moyenne, mais le scénario a le mérite d’être haletant.
  • Passeur décisif puis buteur pour Tottenham, Eriksen a régalé face à Leicester. Son s’est distingué par son but en solitaire, faisant parler son étonnante lucidité, même après une longue course.
  • Si la talonnade de Firmino pour le but de Salah est magnifique, on a surtout apprécié le second but de Liverpool. Wijnaldum a signé une merveille de lob face à Bournemouth, rappelant son talent en attaque, peut-être moins visible dans la position qu’il occupe aujourd’hui, lui qui a débuté en jouant milieu plus offensif.

  • Malgré les fulgurances de Gervinho, et la petite crise d’efficacité d’Icardi, l’Inter l’emporte à Parme grâce à Lautaro, devenu l’alternative la plus crédible pour les Lombards.
  • L’ouverture du score, sublime, n’aura pas suffi pour la Spal, puisque l’Atalanta a encore pu compter sur son homme fort, Zapata. Auteur d’une passe décisive et d’un but, il a été décisif.
  • Buteurs face à Cagliari, Paqueta et Piatek sont les bonnes pioches du mercato hivernal pour l’AC Milan. Le Brésilien et le Polonais permettent aux Milanais d’afficher un visage plus prometteur. A confirmer sur le long terme.

https://twitter.com/lbreezy92/status/1094701250808107009

  • Grâce à une défense héroïque et un Sirigu qui arrête un penalty, le Torino l’emporte face à l’Udinese.
  • La Juventus l’emporte tranquillement face à Sassuolo, même si une mauvaise sortie de Szczesny a bien failli offrir l’égalisation. Heureusement pour la Vieille Dame, Berardi se loupe.

  • Düsseldorf a pulvérisé Stuttgart, avec de jolis buts.
  • Auteur d’un fabuleux doublé avec le Werder, après avoir crocheté son adversaire direct pour s’ouvrir un meilleur angle de frappe, Rashica a fait couler Augsbourg, et rappeler qu’il était parfois important de savoir prendre son temps.

  • Face à Schalke, Lewandowski a provoqué l’ouverture du score, redonné l’avantage au Bayern en faisant preuve d’un sang-froid de pur numéro 9, puis a donné une jolie passe décisive bien que probablement involontaire. Le Polonais est le meilleur joueur offensif en Bundesliga depuis plusieurs saisons.
  • De façon assez inattendue, le Hertha Berlin a explosé Gladbach. Inspiré, Kalou a notamment inscrit un but suite à un magnifique dribble dans la surface.
  • Emmené par un énorme Brandt, qui volait entre les défenseurs adverses, et une attaque globalement en feu, le Bayer Leverkusen n’a fait qu’une bouchée de Mayence, qui arborait un maillot collector, en référence au carnaval.

  • Malgré une avance de 3 buts, Dortmund a reculé et concédé le match nul en un quart d’heure. Hoffenheim a probablement bien aidé le Bayern en arrachant ce point. Loin d’être exempt de tout reproche sur le premier but encaissé, Bürki confirme ses lacunes.
  • La grossière erreur du gardien du Celta sur le dernier but ne change pas fondamentalement le résultat, mais donne une allure cocasse à l’action. Peu attendaient cette victoire de Getafe, bien aidé par l’expulsion bête de Gomez.
  • Dans les derniers instants du match, Darder a offert la victoire à l’Espanyol d’une somptueuse reprise de volée, qui laisse le Rayo Vallecano pantois.

  • Auteur d’un triplé face au Bétis Séville, En-Nesyri a offert une victoire surprise à Leganés.
  • Mené de 2 buts et avec un Banega exclu, le FC Séville a trouvé le moyen d’obtenir le match nul face à Eibar lors d’un finish complètement fou. En réduisant la marque, Ben Yedder a contribué à sonner la révolte.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour