AvideceWopyBalab

L’AFC Cup est une compétition plutôt anonyme, organisée pour mettre en avant les pays émergents du continent jaune. Du Yemen au Myanmar en passant par Oman ou les Maldives, le spectacle proposé est digne des Restos du Coeur : ça chante mal mais on regarde pour la bonne cause. Dans le groupe F, les hongkongais de Sun Hei recevaient les indonésiens du Persibo Bojonegoro pour un match acharné. Ou presque.

Si le match aller a vu les deux équipes se séparer sur un score nul spectaculaire de 3-3, le match retour sur la terre de ce petit bout de Chine a particulièrement mal commencé. A la mi-temps, les locaux menaient déjà … 7-0, dont un triplé de « l’inévitable » . Cette déroute est en grande partie du à des suspensions, des blessures et des défauts de visa. Pour ne rien arranger, l’équipe s’est pointée à Hong-Kong le matin même du match pour réduire les frais, avec seulement 12 joueurs. La fédération indonésienne aurait été mise à l’amende en cas de non-présentation d’une équipe.

Le discours du coach turc Gusnul Yakin est sans appel : il faut éviter de battre le record de la pire défaite dans la compétition. Pour cela, il ordonne à ses joueurs de ne pas finir le match et de faire jouer la règle du « minimum de joueurs dans une équipe ». La loi 3 du football impose aux équipes de disposer d’au moins 7 joueurs sur le terrain.

Au retour des vestiaires, Persibo Bojonegoro en prend un 8ème. Cela n’empêche rien, au moindre contact, les indonésiens tombent comme des mouches. Un vulgaire remake d’un Barça / Real Madrid avec 11 Busquets. A 25 minutes du terme de la partie, l’arbitre est forcé de siffler la fin du match, 6 joueurs de Persibo restant sur le terrain du Mongkok Stadium de Hong Kong.

Sun Hei crie au scandale. Mal partis en AFC Cup, ils ont besoin d’un bon goal-average pour rattraper leurs concurrents du Myanmar et des Maldives. La commission de discipline de la fédération indonésienne a décidé d’ouvrir une enquête pour match truqué. Bah tiens.