Restons connectés

L’héritage footballistique de la Grande Guerre

Coupe de France

L’héritage footballistique de la Grande Guerre

En ce lundi 11 novembre, la France se recueille près de 100 ans après le début de la Première Guerre Mondiale. Au delà du drame humain évident, ce sont toutes les activités annexes à la vie de tous les jours qui ont subi une transformation. Le football n’y a pas échappé et a beaucoup évolué à la suite de cette période.

Entre sa création, au milieu du XIXème siècle en Angleterre, et la Première Guerre Mondiale, le football jouit d’un statut amateur qui permettait sa pratique dans des conditions acceptables et sans la pression de sponsors peu présents à l’époque. Les clubs sont possédés par de riches manufactures (Lens, Sochaux, …) qui voient dans le football le moyen d’occuper ses employés et de développer la notion « d’entreprise familiale ». Les autres plus petit clubs profitent de la loi sur les associations en 1901 pour de développer.

Durant la Grande Guerre, les combattants sont nombreux à taper dans la ballon, peu cher, même sur les premières lignes où le football est pratiqué pour décompresser de l’âpreté des mouvements des combats. Le souvenir le plus marquant est sans doute celui de la « Trêve de Noël » de 1914. Sur le front belge, les combats font rage et ôtent la vie de milliers de combattants français, britanniques et allemands. Le 25 décembre, les Britanniques entendent des chants de Noël provenant des tranchées allemandes pour ce qui allait devenir, dixit un carnet d’un combattant anglais, « la plus grande surprise d’une guerre surprenante« . Ils se rejoignent « pacifiquement » au milieu du no man’s land, s’offrent de modestes cadeaux et décident d’organiser un match entre les deux armées, ponctué des chants d’opéra d’un soldat allemand ténor, applaudi par les soldats français. Les Allemands gagnent 2-1. Les états-majors respectifs puniront sévèrement leurs soldats en les envoyant sur des fronts plus durs.

L'héritage footballistique de la Grande Guerre

Participant à l’essor du football, les quotidiens de presse sportive se multiplient au début du siècle dernier. La Guerre, en ramenant des nouvelles précieuses du front, ne fait qu’amplifier leur emprise. C’est ainsi que Le Vélo et L’Auto (plus tard L’Equipe) deviennent les références pour bon nombre de français.

Les cuirs à pied ont une nouvelle victoire à signaler. C’est celle de l’équipe du 8e Cuir sur les chasseurs d’Afrique 6 buts à 0. Une paille !
Titre d’un article du Gafouilleur, journal du front, le 15 mars 1918

Au sortir de la Guerre, le conflit entre les différentes associations (le CFI et l’USFSA qui veut empêcher l’arrivée du football professionnel) qui gèrent le football en France prend fin lors de la création de la FFF que nous connaissons actuellement. , à l’origine de la Coupe du Monde, en sera son représentant le plus emblématique. Une compétition est créée en 1917 par le CFI et le groupe Hachette (qui conclut une exclusivité de compétition de 10 ans). Elle porte le nom de Coupe de France, ou Coupe « « , du nom du fondateur du CFI, soldat du 205e RI tué à Écurie près de Neuville-Saint-Vaast en 1915 durant la Grande Guerre. Elle offrira un symbole d’unification pour la FFF. Les Ligues Régionales profitent des ruines de l’USFSA en 1918.

Le professionnalisme sont alors sur de bons rails. Ses détracteurs ont tenté de l’empêcher en rappelant que les anglais, alors déjà professionnels, ont continué à jouer un championnat alors que le pays était en guerre (saison 1914-15). En 1932, il s’installera définitivement dans le pays. Gambardella, qui a donné le nom à la Coupe de France des jeunes, en sera le précurseur.

L'héritage footballistique de la Grande GuerreL'héritage footballistique de la Grande Guerre

Autre belle histoire du football français, ce maillot rayé de l’équipe nationale porté en 1919. Ce fut le dernier maillot rayé porté « volontairement » par les Bleus, en dehors de celui vert et blanc contre la Hongrie en 1978. Les magasins Sports d’Epoque vous le décrivent : « L’équipe de France ne jouera qu’un seul match cette année là. Elle affronte la Belgique et la rencontre s’achèvera sur un score final de 2 partout. Pour se rendre en Belgique, l’équipe de France voyage en avion pour la première fois de son histoire, quatre appareils seront utilisés ! »

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !

... à lire dans Coupe de France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour