Restons connectés

Coupe du monde J10 : la Belgique assure, l’Allemagne s’en sort bien

Coupe du Monde

Coupe du monde J10 : la Belgique assure, l’Allemagne s’en sort bien

Le Mexique et la Belgique ont fait le boulot, mais le frisson de la journée revient à l’Allemagne, qui gagne miraculeusement face à la Suède. Car à la fin, c’est encore l’Allemagne qui gagne.

Où sont les cadres allemands ?

La force de l’Allemagne jusque-là était d’avoir plusieurs cadres qui portaient ensemble la responsabilité du résultat, là où Messi, Ronaldo ou Neymar ont une pression monstrueuse sur les épaules. Mais depuis le début de la compétition, c’est une faillite globale, matérialisée par la mise au banc de Hummels, Khedira et Ozil (une première en phase finale d’un tournoi international pour le numéro 10). Il y a aussi le cas Boateng, précieux dans ses passes mais expulsé logiquement et bêtement alors que son équipe est en danger, Draxler qu’on ne voit pas, et Müller, invisible, qui passe plus de temps à gueuler sur l’arbitre qu’à créer des espaces pour ses coéquipiers. Et cela fait 2 ans qu’il a perdu son football, sans avoir pour le moment son fameux rendement en Coupe du monde.

Tous ces hommes forts sont partiellement rejoints dans leur méforme par Kroos. Le numéro 8 a perdu un ballon trop facilement, ce qui a conduit au but de Toivonen, sur lequel son retour défensif était franchement moyen. Heureusement pour les champions du monde en titre, le Madrilène s’est rattrapé avec ce coup franc de la gagne. Mais dans le contenu du match, on reste, comme pour les autres, loin du Kroos habituel.

Ce qu’on a vu et retenu

  • On n’a pas trop compris le rôle de Meunier, puisqu’il était un peu partout : à la récupération, en projection, dans la surface… il s’est même offert un bijou de passe décisive, comme un meneur de jeu. Et le fait qu’il soit fautif sur le coup franc qui amène le but tunisien soulève un débat sur son utilisation.

  • Lukaku continue à marquer, mais surtout à créer énormément de brèches dans les défenses. C’est surtout en vitesse (quel déboulé en début de match) et en puissance, mais c’est terriblement efficace et précieux pour les Belges.
  • Khazri peut se consoler de la défaite avec une passe décisive et un but. En loser magnifique, il représente parfaitement le Stade Rennais. Classe, il a salué le public tunisien à la fin du match, malgré la déception.

  • Hazard brille de mille feux tandis que De Bruyne est sacrifié. Cela fonctionne pour le moment, même si l’équilibre reste précaire.
  • Batshuayi avait vraiment envie de marquer, comme en témoigne le fait qu’il soit le joueur qui ait le plus tiré du match, alors qu’il n’a joué que 20 minutes. Après plusieurs tentatives, il a finalement réussi. Comme quoi, ça peut payer de ne rien lâcher, même quand les vents semblent contraires.

  • Opposition de style dès l’hymne national, avec le salut militaire pour la Corée du Sud et le tranchant de la main sur le cœur pour le Mexique : ça donne un certain style.
  • En tant que fan de feinte de frappe, on a forcément aimé le but de Chicharito. Avec le sang-froid qui est le sien, et dans la mesure où le défenseur n’avait d’autre choix que de se jeter, c’était la chose la plus évidente à faire. Mais encore fallait-il avoir la lucidité pour le réussir.

  • Parmi les bons souvenirs de la Corée du Sud, on retiendra cette action où Hwang prélève un rein de son défenseur direct. Dommage pour lui que Lozano se soit sacrifié pour contrer son caviar.
  • Son était bien trop seul. Comme sur ces actions (20e, 38e) où il est lancé sans être soutenu, comme s’il allait faire la différence face à 3 défenseurs. Même le Portugal en demande moins à Ronaldo. Il finit tout de même avec ce but magnifique, qui n’est pas chanceux puisqu’il a déjà réussi pareille réalisation par le passé, avec Leverkusen comme avec Tottenham.

  • Rudy n’a pas de chance : alors qu’il a enfin l’occasion de se montrer, il se fait casser le nez et doit sortir… Qu’il se rassure : Gündogan n’a pas vraiment marqué de points. Et Goretzka dans tout ça ?
  • Rüdiger a été choisi pour remplacer Hummels… alors que Süle, probablement plus à même de répondre au défi physique imposé par l’attaque suédoise, était sur le banc. Surtout, le défenseur de Chelsea semblait peu à l’aise avec le ballon, comme si son pied droit était en conflit avec son pied gauche.
  • Granqvist aussi n’est pas un artiste balle aux pieds. Mais lui donne son corps pour son équipe, avec un engagement assez admirable dans les duels.

  • Avec un peu plus de vice, Berg gagnait un penalty sur le retour de Boateng. Mais surtout, comment Neuer peut-il se relever instantanément alors qu’il prend l’attaquant suédois lancé en plein visage ? Regardez l’action, et vous vous demanderez s’il est humain ou non.
  • Berg et Toivonen, ce n’est pas sexy, mais quelle débauche d’énergie ! Si Mitrovic était de nationalité suédoise, on avait le trio d’attaque le plus physique de la compétition.

  • S’il a fait quelques erreurs, Forsberg a quand même quelque chose de spécial balle aux pieds : un véritable esthète.
  • L’Espagne en 2014, l’Italie en 2010 : on a eu peur pour l’Allemagne. Mais on parle quand même d’une équipe qui a toujours été au moins en quarts de finale depuis… 1954. De quoi rendre fou Lineker, auteur de la célèbre phrase comme quoi c’est toujours l’Allemagne qui gagne.

Les résultats du jour

  • Belgique 5-2 Tunisie
  • Corée du Sud 1-2 Mexique
  • Allemagne 2-1 Suède

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour