Restons connectés

PKFoot

Le centenaire victorieux de trois légendes du foot allemand

Coupe du Monde

Le centenaire victorieux de trois légendes du foot allemand

(108 sélections),  (113) , et (137) cumulent à eux trois 358 matchs avec la Maanschaft. Une équipe nationale allemande qui a considérablement évolué depuis leurs débuts.

Ce ne sont pas les seuls Champions du Monde allemands à avoir atteint le cap des 100 sélections. Per Mertesacker et sont dans le même cas mais ils n’ont pas eu le même impact dans ce sacre obtenu en prolongation contre l’Argentine. Les joueurs du Bayern et le buteur de la Lazio Rome ont eu une part prépondérante dans la campagne victorieuse de l’Allemagne. Ils sont les derniers représentants de leur génération à évoluer encore au top niveau et à encadrer la jeunesse triomphante d’Outre-Rhin.

Qui se souvient qu’en 1998, l’Allemagne était sèchement éliminée 0-3 par la Croatie en quart de finale de la Coupe du Monde ? Qui se souvient qu’en 2000, les Allemands ont terminé à la dernière position de leur groupe à l’Euro (derrière le Portugal, la Roumanie et l’Angleterre) ? Pourtant, deux ans plus tard, l’Allemagne était de retour en haut de l’affiche, même sans briller. C’est l’avènement de Miroslav Klose qui, après avoir débuté sa carrière internationale en mars 2001, est la révélation du Mondial 2002. L’Allemagne est battue en finale par le Brésil (0-2), mais Miroslav marque 5 buts. A cette époque encore, c’est surtout par son physique et sa défense que la sélection allemande brille. Le meneur Bernd Schneider et le rapide Oliver Neuville sont, avec Michael Ballack, de rares exemples de joueurs créatifs dans une équipe menée par Jeremies, Ramelow, Kahn, Frings… 

Le centenaire victorieux de trois légendes du foot allemand

Deux ans plus tard, à l’Euro 2004, débutent de jeunes joueurs prometteurs : Philipp Lahm (20 ans) qui joue ailier et le milieu de terrain Bastian Schweinsteiger (19 ans). C’est un fiasco avec une élimination dès la phase de groupe (troisième derrière la République Tchèque et les Pays-Bas). Klose est sur le banc car Rudi Völler lui préfère Kuranyi et l’Allemagne ne marque que deux buts.  A domicile pour son Mondial en 2006, l’Allemagne s’incline en demi-finale face au futur vainqueur, l’Italie. Lahm dépanne en arrière gauche, ce qui lui permet de rentrer sur son bon pied et de marquer dès le premier match, Schweinie est indiscutable au milieu et Klose marque à nouveau 5 buts dans une sélection qui commence à muter sur le plan de son jeu avec un style plus offensif et vertical. Seulement, l’Allemagne manque encore de joueurs techniques de haut niveau devant et c’est sous Joachim Löw que la transformation va véritablement s’accélérer.

Dès 2008, l’Allemagne devient vraiment une équipe joueuse. Il faut une Espagne à l’aube de sa domination du football mondial pour l’arrêter en finale, après de beaux succès contre le Portugal et la Turquie (3-2). Une génération commence à apparaître en Afrique du Sud en 2010 : Müller (5 buts), Özil, Kroos…Klose, en difficultés au Bayern, renaît lui en sélection (4 buts). L’Allemagne emmenée par son capitaine Lahm séduit et s’impose facilement face à l’Angleterre (4-1) puis l’Argentine (4-0), avant de s’incliner en demi-finale, à nouveau face à l’Espagne. Presque romantique, la Maanschaft a bien changé depuis les débuts de Klose, Schweinsteiger et Lahm qui semblent maudits suite à une nouvelle désillusion en demi-finale de l’Euro 2012, surpris par un Mario Balotelli en feu.

Clap de fin pour cette génération ? Pas encore, au Mondial 2014, les « vieux » montent en puissance. Klose (36 ans) débute la compétition pour le banc et devient titulaire à partir du quart de finale contre la France. Un temps de jeu qui lui a suffi pour devenir le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde (16 buts), égalant puis effaçant le record de Ronaldo, sur les terres brésiliennes de ce dernier. D’abord milieu de terrain, Philipp Lahm retrouve son poste de latéral droit à partir du quart de finale, c’est à ce moment que la machine allemande se met en place et que Schweinsteiger monte aussi en puissance. D’abord dans l’ombre de son jeune coéquipier Kroos, Bastian réalise son meilleur match en finale contre l’Argentine, au bon moment. Toujours solide solide, avec Neuer et la charnière Boateng-Hümmels, l’Allemagne a pu compter sur les performances de ses champions expérimentés pour encadrer les jeunes talents offensifs. Avec un réservoir impressionnant (Schürrle, Götze, Reus…), nul doute que Philipp Lahm et Bastian Schweinsteiger seront encore là dans deux ans, lors de l’Euro 2016 en France, pour gagner à nouveau.

Il leur a fallu dix ans au haut niveau international pour y arriver, ils ne vont pas s’arrêter maintenant. Pour Klose, la retraite sera probablement venue mais il pourra se reposer avec le sentiment du devoir accompli avec son record, son titre et la transmission de son savoir-faire de buteur auprès de Thomas Müller.

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour