Restons connectés

Coupe du monde J22 : que cette équipe de France est belle

Coupe du Monde

Coupe du monde J22 : que cette équipe de France est belle

Les Bleus vont disputer la finale de la Coupe du monde, après une victoire qui leur ressemble face à la Belgique.

La patte de DD

On proposait, avant le début de la compétition, de laisser le sélectionneur bosser. Car le départ de Zidane, qui quittait son poste au Real Madrid, avait conduit le grand public à réclamer la tête de Deschamps. Il est vrai que ce n’est pas toujours l’hymne à la joie sur le terrain, que ça ressemble parfois à du bricolage et qu’on ne sait pas trop comment il s’en sort toujours, comme lorsqu’il finit l’Euro avec Umtiti titulaire alors qu’il n’était pas dans la liste des 23, ou qu’il trouve en Hernandez et Pavard des latéraux titulaires quelques semaines avant la Coupe du monde, alors qu’il avait 2 ans pour en dénicher. On invoque la fameuse « chatte à DD ». On se trompe, c’est en vérité la « patte de DD ».

Les équipes de Guardiola sont reconnaissables par tous, y compris les novices. Plus encore que celles de Conte, Mourinho ou Klopp, l’Espagnol impose un style. Pour Deschamps, c’est plus un état d’esprit et un vécu des grandes compétitions (plus de la moitié de son groupe n’ayant jamais disputé la Coupe du monde) qui sont insufflés. Et c’est déjà énorme. Cette équipe lui ressemble dans son intelligence, son côté insubmersible et son sens du sacrifice. Griezmann et Giroud confinés à un rôle ingrat, Pogba écorché par l’opinion publique, Umtiti moqué pour sa fébrilité au premier tour… Les joueurs semblent se moquer des critiques personnelles, pour mieux avancer en équipe. Si cela peut sembler naturel dans un sport collectif, ce n’est pas une évidence en 2018. Oui, la France, comme son sélectionneur en son temps, brille plus par sa capacité à neutraliser les qualités de son adversaire que par sa faculté à montrer les siennes, tout du moins sur le plan offensif. Mais elle gagne, elle va disputer une seconde finale d’un grand tournoi et elle fait rêver tout un peuple d’une seconde étoile. On ne peut qu’aimer cette équipe.

Ce qu’on a vu et retenu

  • Son but contre l’Uruguay était digne de son coéquipier Ramos. Sa partition contre la Belgique est similaire, tant le taulier de 25 ans a été énorme, coupant les centres, déviant les tirs, anticipant parfaitement, et surtout, en prenant tous les ballons de la tête. Encore quelqu’un pour remettre en cause son engagement dans les duels ?

  • Buteur, Umtiti a également été précieux défensivement, surtout dans la première demi-heure où il a coupé beaucoup de centres belges. Moins beau à voir que Varane, il n’en reste pas moins précieux.
  • Protégé par une telle défense, Lloris n’a eu que peu d’interventions à faire. Mais comme face à l’Australie ou l’Uruguay, elles ont été divines, que ce soit sur cette frappe d’Alderweireld, son coéquipier en club, ou sur la mine envoyée spontanément par Witsel en fin de match.

  • Giroud veut pousser le mimétisme avec France 98 en étant un numéro 9 qui ne marque pas. Mais ses loupés en attaque ne doivent pas faire oublier son rôle de premier défenseur de l’équipe. L’opposé de Trezeguet. Heureusement néanmoins que l’arbitre ne siffle pas sa charge contre Hazard, aux abords de la surface.
  • Griezmann ne fait pas une mauvaise compétition. Il joue dans le rôle qui aide le plus son équipe à être performante, quitte à être éloigné des buts (et de la lumière). Face au pressing belge, ses remises en une touche sont un pur régal. Le numéro 7 a le don pour envoyer son partenaire, souvent Kanté ou Pogba, lancé dans une zone sans adversaire. Cela n’est pas nécessairement beau pour le grand public, mais qu’est-ce que c’est précieux !

  • Suite à son match monstrueux en mondovision face à l’Argentine, Mbappé fait clairement peur aux défenseurs adverses. Sa vitesse a fait forte impression dès son premier ballon. Et surtout, quelle magnifique passe en double râteau en seconde période.
  • Hazard a un jeu de jambes à faire pâlir Michael Jackson. Chaque prise de balle du Belge, notamment en première période, a mis le feu dans la défense française, malgré le renfort récurrent de Pogba ou Kanté pour le pauvre Pavard. Le numéro 10 s’est ensuite un peu plus dirigé vers l’axe, bouché par le bloc tricolore. Heureusement, car il avait tout pour continuer à faire très mal sur les ailes.

  • Fellaini a un jeu de tête monstrueux, tout le monde le sait. Chaque possession belge, qui passait par les ailes pour trouver de l’espace, lui indiquait de monter dans la surface, au même niveau que Lukaku. Mais il ne touchera qu’un ballon de la tête. Désolé, mais Umtiti et surtout Varane étaient injouables.
  • Pour que son équipe gagne, il accepterait sans doute de perdre une jambe. Matuidi est un exemple pour cette équipe, évoluant avec une rage qui faisait plaisir à voir. Ce rôle à gauche, ou plutôt dans l’axe gauche, où on lui demande plus d’embêter les transmissions adverses que de se comporter comme un ailier, lui va comme un gant.

Le résultat du jour

France 1-0 Belgique

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour