Restons connectés

Coupe du monde : l’équipe-type de la 1ere journée

Coupe du Monde

Coupe du monde : l’équipe-type de la 1ere journée

Alors que toutes les équipes ont joué un match, il est temps de dresser une première équipe-type de la Coupe du monde. Voici les joueurs qui nous ont marqué, en bien ou en mal.

Halldorsson a vu Messi tirer 11 fois, sans concéder de but de la Pulga. L’Islandais n’avait pas non plus encaissé de but face à Ronaldo en 2016, malgré dix tentatives du Portugais. Histoire de rendre ça spectaculaire, il s’est même offert le luxe d’arrêter un penalty de l’Argentin. Monstrueux.

Walker semblait un peu perdu face à la Tunisie. Il faut dire que son placement dans cette défense à trois n’a rien à voir avec sa position habituelle de latéral droit, en club. Allez, on le sélectionne pour le remettre de bonne humeur, mais pas question de concéder un penalty venu d’ailleurs.

On a eu envie de prendre Kim malgré la défaite sud-coréenne, mais cela aurait été malhonnête envers Yoshida. Pilier de la défense nippone, il a profité de la supériorité numérique des siens pour manger Falcao. Le Colombien, dans les airs ou balle aux pieds, n’a jamais réussi à se défaire du Japonais.

La logique aurait voulu qu’on sélectionne Gimenez, mais on a préféré . Le Français a fait n’importe quoi contre l’Australie, concédant un penalty d’une main que personne n’avait vu venir. Lui a préféré en rire en interview d’après-match. Plus encore, il a même partagé un des nombreux détournements sur Twitter… sur son compte Instagram !

Kolarov méritait une place, mais il fallait bien choisir quelqu’un pour représenter le Mexique, tombeur de l’Allemagne. Cela aurait pu être Lozano, mais on a préféré Gallardo. Solide, tonique, le latéral gauche a réalisé un grand match sur son côté.

Face à une équipe du Nigeria limitée, Modric s’est régalé. Le numéro 10 a été constamment cherché par ses coéquipiers, qui ont bien compris que leur équipe jouerait mieux si les ballons passaient par les pieds de velours de leur meneur de jeu. Disponible, toujours dans le bon tempo, il a conclu son match par un penalty victorieux.

Cheryshev a brillé face à l’Arabie Saoudite, mais Golovin a été le véritable cerveau de cette équipe russe. Passes subtiles, contrôles orientés pour se mettre dans le sens du jeu, le Russe a conclu sa prestation d’un coup franc sublime. Avec une telle précision, pas étonnant qu’il ait offert deux passes décisives à ses attaquants.

En inscrivant un triplé face à l’Espagne, Ronaldo a porté son équipe vers un match nul inespéré, quand on compare la production des deux équipes. Excellent à la finition, il a également été très juste dans le jeu, proposant toujours des solutions et lançant parfaitement un Guedes malheureusement aux fraises. C’est lui qui signe la meilleure prestation individuelle de la compétition por le moment.

Il rate beaucoup, mais a le mérite de toujours tenter, et de réussir de belles choses. Mertens n’a pas forcément été le meilleur joueur belge, mais c’est bien de lui que vient la lumière face au Panama : sa reprise de volée parfaite a lancé la Belgique vers la victoire.

https://twitter.com/TheWorldGame/status/1008743154097328128

L’Angleterre a connu les pires peines du monde à conclure face à la Tunisie, entre Sterling et Lingard. Heureusement pour la sélection aux Trois Lions, Kane n’a pas ce problème dans le dernier geste. L’attaquant de Tottenham a offert la victoire aux siens d’un doublé opportuniste, au sein d’une équipe où il est très clairement le meilleur joueur.

Critiqué pour son profil, jugé peu compatible avec le jeu ibérique, a apporté la meilleure des réponses face au Portugal, en signant un joli doublé. Son premier but est un bijou qu’il est le seul joueur espagnol à pouvoir inscrire : il bouscule d’abord Pepe, avant de jouer avec plusieurs défenseurs sur des feintes de frappe, puis de conclure seul au milieu de plusieurs adversaires.

Notre équipe en 4-4-2 (aussi équilibré que le Celta Vigo) :

Halldorsson – Walker, Yoshida,Umtiti, Gallardo – Modric, Golovin – Mertens, Ronaldo – Kane, Diego Costa

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour