Restons connectés

PKFoot

Iran/Argentine : Carlos Queiroz avait presque la solution

Coupe du Monde

Iran/Argentine : Carlos Queiroz avait presque la solution

Si quelqu’un sait bien comment neutraliser Lionel Messi, c’est bien Carlos Queiroz.  Le sélectionneur de l’Iran l’a encore prouvé lors de la rencontre entre sa sélection et l’Argentine. Connu pour ses stratégies défensives, il l’a démontré lors du premier match face au Nigéria en arrachant le nul que son dispositif défensif pourrait bousculer plus d’une équipe.

Comme en  2008 lors de la demi-finale entre Manchester United et Barcelone, où les Red Devils ont réussi à neutraliser Messi grâce à une tactique de jeu très défensive qui a été mis en place autour de lui. Carlos Queiroz a voulu rééditer l’exploit  avec l’Iran.

«Nous ne jouons pas contre Messi » a déclaré le sélectionneur de l’Iran « Nous jouons avec lui. Nous devons contrôler ses espaces » Le secret «  est de ne pas lui laisser contrôler le ballon parce que lorsqu’il l’a dans les pieds, et qu’il se lance, il devient très difficile à arrêter ». La tâche ne s’annonçait pas si facile, l’Iran n’est pas Manchester United, et c’est la première fois que les Iraniens affrontaient une grande nation de football.

« Notre rencontre face à l’Argentine sera le plus important et le plus grand match dans l’histoire de l’Iran » déclare l’ancien adjoint des Reds Devils.

Mais comme en 2008, il y a cru, et a su inculquer cette volonté à ses joueurs pour réaliser l’exploit.

Sur le terrain, on peut dire qu’il a presque réussi son pari, en privant Messi d’espace pendant 90minutes, cela a privé le joueur argentin de ballon et d’occasion pour l’Argentine. Comme face à la Bosnie, le reste de l’équipe peine à être dangereux, à l’image d’Higuain ou encore Aguero qui ressentent des difficultés à se procurer des occasions.

Iran/Argentine : Carlos Queiroz avait presque la solution

A deux doigts de réaliser l’exploit

Par deux fois, les tentatives de Reza et Dejagah auraient pu mettre KO les argentins mais Romero, le portier de l’ASM est resté vigilent et a réussi à détourner leurs tentatives (52e, 67e).

Il a fallu compter sur un relâchement de la défense iranienne en toute fin de rencontre, pendant le temps additionnel sur Messi, pour que ce dernier délivre son équipe et d’arracher la victoire, synonyme de qualification pour le prochain tour.

Le match contre la Bosnie confirme les signes de faiblesse autour de l’attaque Albiceleste à être tranchants. Malgré le retour au 4-3-3, un système qui a permis le retour de son équipe face à la Bosnie. Alejandro Sabella, le sélectionneur argentin n’a pas trouvé la bonne formule pour mettre en confiance son équipe  et de retrouver leur jeu habituel.

Les matches compliqués contre la Bosnie et l’Iran n’auront pas rassuré les spécialistes sur le niveau de jeu des argentins. Les argentins vont devoir vite se reprendre et montrer un autre visage pour s’imposer ici, au Brésil.

Quant à l’Iran, elle est proche d’une élimination, et Carlos Queiroz aura malgré tout laissé sa patte dans cette équipe, puisqu’il a décidé de quitter son poste à la fin du mondial.

Comme Kagawa, Sylvain sait jouer des deux mains et jongler sur les mots. Il reste aussi "bridé" à sa vision du football.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour