Restons connectés

Coupe du monde : le top 3 des performances hors norme

Coupe du Monde

Coupe du monde : le top 3 des performances hors norme

Alors que la Coupe du monde débute dans moins de 100 jours, PKFoot vous fait (re)découvrir la compétition la plus prestigieuse qui soit à travers plusieurs anecdotes. Voici le top 3 – tout à fait subjectif – des performances hors norme, durant lesquelles ces joueurs ont été intouchables.

Eusebio éteint la Corée du Nord

Inscrire un quadruplé n’arrive pas tous les jours, le faire en Coupe du monde est un exploit que peu ont réussi. Lors de ce quart de finale de la Coupe du monde 1966, qui oppose la surprenante Corée du Nord au Portugal, les Lusitaniens ont bénéficié de l’efficacité de leur buteur pour se sortir d’un sacré traquenard, qui a eu raison des Italiens au tour précédent. Lorsque la Panthère noire se réveille, le Portugal est déjà mené de 3 buts, alors qu’on ne joue même pas encore la demi-heure de jeu ! Fort heureusement, la star du Benfica Lisbonne récite ce jour-là une partition d’une rare qualité, avec un quadruplé plein d’autorité et un leadership, par l’exemple, qui force l’admiration aujourd’hui encore, au point que certains médias, de plus en plus rares, le placent toujours devant Cristiano Ronaldo.

Maradona, plus fort que les Anglais

Ce match, parmi les plus mythiques de l’histoire du football, montre le côté ambivalent d’un de ses plus grands ambassadeurs : Maradona. Lors de ce quart de finale entre l’Argentine et l’Angleterre, le Pibe de oro ouvre le score en disputant un ballon aérien face au portier anglais, d’un but devenu légendaire, puisqu’on parle encore aujourd’hui de la « Main de Dieu ». Tricheur sur l’ouverture du score, le numéro 10 rappelle ensuite que s’il est adulé des fans et craint des défenseurs, c’est aussi et surtout pour son incroyable talent. Quelques minutes après cette réalisation controversée, il passe en revue tout le monde pour marquer le but en solitaire le plus célèbre de la Coupe du monde, montrant que son seul génie pouvait décider du sort de la rencontre. Encore aujourd’hui, on parle de « But du siècle ». Plus que tout autre, Maradona avait la faculté de remettre en cause le caractère collectif du football et d’attirer à lui seul toute la lumière. Ce match en est la plus éclatante des démonstrations.

Zidane réinvente le football samba

Alors qu’il a réalisé une saison moyenne, Zidane arbore la Coupe du monde comme sa dernière compétition en carrière. Moyen au premier tour, il fait taire la presse espagnole en huitièmes de finale, avant d’affronter le Brésil en quarts. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le maestro français rappelle à chaque touche de balle qu’il est un joueur élégant, au toucher de balle soyeux, qui a provoqué plusieurs comparaisons entre son style et de la danse classique. Double râteaux, coup du sombrero, passements de jambe : le numéro 10 réussit ce jour-là tout ce qu’il entreprend, et fait danser les Brésiliens qui sont pourtant les créateurs du football samba. Auteur de l’unique passe décisive du match, au profit de Thierry Henry, Zizou réalise une des meilleures prestations de sa carrière et semble impossible à arrêter dans sa quête vers une dernière couronne. Malheureusement, la déesse de la victoire choisira son camp en finale, mais cela n’enlève rien à ce récital offert par l’actuel entraineur du Real Madrid.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Coupe du Monde

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour