AvideceWopyBalab

Les éliminatoires de l’Euro 2016 touchent à leur fin et plusieurs pays ont d’ores et déjà validé leur ticket pour la compétition continentale qui se déroulera en France l’été prochain. Si l’Angleterre a fait valoir son rôle de favori, ce qui est frappant lors de cette session d’éliminatoires est l’essor de petites nations bénéficiant de l’extension à 24 du nombre de pays représentés à l’Euro.

En effet, l’Islande participera pour la première fois à la phase finale après s’être brillamment qualifiée au sein d’un groupe assez relevé (République Tchèque ; Turquie ; Pays-Bas), l’Autriche caracole en tête du groupe G (et a, hier soir, fait exploser la Suède d’Ibrahimovic) et il faudrait un cataclysme pour que le Pays de Galles ne retrouve pas le goût d’une compétition internationale qu’il n’a plus connue depuis 1958. Avec deux matchs restants dont la réception d’Andorre, et cinq points d’avance sur le troisième, Israël, il ne fait plus de doute que le pays sera au rendez-vous.

https://twitter.com/spe_football/status/639557251506806784

Les Islandais ont su, malgré leur faible potentiel démographique (50.000 habitants) et des conditions climatiques particulières, s’unir afin de former un groupe qui, s’il ne possède pas de « top player », est doté d’un esprit d’équipe à toute épreuve qui leur a notamment permis de battre par deux fois les Bataves. 
Côté Gallois, on connait évidemment Gareth Bale, mais avec d’autres joueurs reconnus comme Ramsey, Allen, de jeunes talents et une assise défensive très solide (seulement deux buts encaissés en huit matchs), les Dragons ont réussi là où Giggs a tant de fois échoué.

Les deux dernières journées de qualifications vont donc être passionnantes afin de décrocher le précieux sésame et d’autres petites nations seront sous le feu des projecteurs.

La Slovaquie de Jan Kozak, grâce à un début de campagne parfait avec six victoires pour autant de matchs, se situe en ballotage favorable et possède trois points d’avance sur une Ukraine qui devra affronter l’Espagne pour une dernière journée qui promet d’être électrique.

Même situation pour la Pologne dans le groupe D où, avec deux points d’avance sur l’Irlande qui accueillera l’Allemagne (pas encore qualifiée pour la phase de poules), cela sent bon pour les co-organisateurs de l’Euro 2012.

L’Irlande du Nord, 95ème au classement FIFA, est elle aussi sur la bonne voie. Leader du groupe F, il ne lui manque que trois points qu’elle pourrait obtenir face à des Grecs méconnaissables et derniers après des éliminatoires calvaires.

Enfin dans le groupe I, l’Albanie, emmenée par son capitaine emblématique Lorik Cana, est au coude-à-coude avec le Danemark afin d’obtenir la seconde place qualificative du groupe. Seul un point sépare les deux équipes, les Albanais ayant un match supplémentaire à jouer tandis que les Danois devront tout donner sur leur dernière rencontre, un périlleux déplacement au Portugal qui cherchera, lui, à valider définitivement sa qualification.

Le suspense sera donc maximal pour cette dernière levée des éliminatoires, avec encore 14 billets pour une qualification directe, sans oublier que les troisièmes des neuf poules s’affronteront mi-novembre pour les quatre derniers billets restants (rappelons, de ce fait, que le meilleur troisième se verra automatiquement qualifié pour la phase finale sans passer par les barrages ; c’est pour l’instant l’Ukraine qui tient le bon bout).

Comme en Ligue des Champions où le président de l’UEFA voulait une meilleure représentation des championnats mineurs, cet élargissement à 24 équipes qualifiées aura été une aubaine pour des « petites » nations avides de (re)goûter aux joies des compétitions internationales et qui ont pu montrer à l’Europe que rien n’était joué d’avance. Demandez aux Pays-Bas…

https://twitter.com/Footballogue/status/641604983620784128