AvideceWopyBalab

Voilà, l’Equipe de France a joué ses trois matchs en poule de cet Euro 2020. Nos bleus se sont qualifiés dans ce fameux « groupe de la mort » et l’aventure va donc continuer en huitième de finale contre la Suisse. Que faut-il espérer pour le reste de la compétition ? Quels enseignements retenir de ses trois premiers matchs ? Eléments de réponse.

Pogba taille patron

Le milieu de terrain français de Manchester United est certainement le meilleur joueur français sur cette première phase de l’Euro. Il est en pleine confiance et ça se voit sur le terrain. « La pioche » éclabousse cette compétition de son talent. Il est à la récupération mais aussi une vraie rampe de lancement des attaques françaises. Il arrive à trouver des ouvertures et mettre sur orbite les attaquants. Pogba aurait même pu ouvrir son compteur but sur cet Euro, lui qui n’a plus marquer en bleu depuis la finale de la Coupe du Monde en 2018 …

 

Fin de la disette de Karim Benzema

En 2013, lors de sa première période en bleu, Karim Benzema est resté plus de 1000 minutes sans marquer un but en Equipe de France. Après les raisons que vous connaissez (ou pas), KB9 a été absent pendant presque 6 ans et il était forcément très attendu dans cet Euro. Surtout son premier but pour cette seconde phase en bleu. Et ce but est enfin arrivé ! Il a d’abord vaincu la malédiction sur un penalty (généreux) mais a ensuite inscrit un doublé, dans le jeu cette fois. On sait que attaquant marche beaucoup à la confiance, et même si on a jamais douté du mental de Benzema, ce doublé ne peut que le rassurer davantage. Il faudra compter avec Karim Benzema dans cette seconde phase ! 

Que retenir des matchs de poule de l'Equipe de France

Une défaillance de latéraux ?

Sur cette première partie de compétition, si on doit relever un point faible à cette équipe de France, c’est du côté des défenseurs latéraux qu’il faut regarder. A droite, Benjamin Pavard n’est pas en odeur de sainteté. Il a notamment été pointé du doigt sur le but inscrit par la Hongrie. Il a donc été laissé au repos contre le Portugal pour Jules Koundé ( laissé en tribunes). L’ancien bordelais étant défenseur central de formation, on ne peut pas dire qu’il soit mis dans les meilleures conditions. Ajoutons à ça un penalty concédé pour une faute de main évitable. On espère que le défenseur de Séville ne va pas ressasser cette « erreur » et être en pleine possession de ses moyens si Deschamps fait appel à lui. 

A gauche le constat est légèrement différent. On doit faire face à quelques pépins physique. Hernandez n’a pas l’air au top de sa forme et est sorti sur blessure contre le Portugal. Rabiot a assuré l’interim sur ce match. Mais cela ne peut être une situation durable. Rabiot s’est quand même retrouvé dans la surface adverse pour tenter une tête sur un centre de Koundé. Il faudra absolument retrouver un arrière gauche de métier.

Que penser de la tactique des bleus ?

Ce n’est un secret pour personne, Didier Deschamps reste « frileux » dans son schéma tactique et n’aligne pas 4 profils offensifs d’entrée de jeu. La tactique de Deschamps est sensée laisser un équilibre entre l’attaque et la défense de cette équipe, mais au détriment d’un équilibre entre la gauche et la droite. Offensivement les français dézonent beaucoup mais sans vraiment aucun spécialiste sur le côté droit. Griezmann préfère plutôt l’axe, Benzema et Mbappé oscille entre l’axe et le couloir gauche. Résultat, sans arrière droit de métier, le côté droit français manque clairement de solution offensive. Malheureusement, sur les premiers matchs, c’est qui rentrait pour animer ce couloir droit. Le barcelonais étant blessé, la solution offensive la plus crédible devrait donc être Coman.

Sur son milieu de terrain, Deschamps nous fait donc du Deschamps avec un milieu relayeur ailier, à la Matuidi de 2018. Sauf que ni Rabiot ni Tolisso n’ont ce profil de se projeter comme Blaise. Beaucoup de spécialistes, réclament un milieu à deux, Pogba x Kanté. Le problème étant que Pogba a beau être resplendissant dans l’animation offensive des bleus, il l’est moins sur les phases défensives. Kanté a beau couvrir une grande surface de la planète, avec presque 50 matchs à son compteur depuis le début de saison, il risque de finir sur les rotules …
Didier Deschamps risque donc de reconduire cette tactique pour le reste de la compétition.

Que faut-il attendre de la suite de cette compétition ?

On connait maintenant le prochain adversaire des bleus en huitième mais aussi le tirage global jusqu’à la finale.

Que retenir des matchs de poule de l'Equipe de France

Si l’Equipe de France vient à bout de la Suisse, elle retrouvera sur sa route soit l’Espagne, qui n’est pas au mieux mais qui reste un adversaire redoutable, soit la Croatie, vice championne du Monde. Sur les demies, un adversaire au choix entre la Belgique, le Portugal (encore), l’Italie (ou l’Autriche ?). La Belgique qui aurait une revanche à prendre depuis la Coupe du Monde 2018, le Portugal qui a montré qu’il compte bien défendre son titre de tenant du titre jusqu’au bout ou encore l’Italie qui impressionne depuis le début de cet Euro. Mais on le sait, nos bleus sont meilleurs dans des matchs avec du répondant.

Alors une fois le piège Suisse évité, on peut espérer une montée en puissance de cette équipe de France. Sur cette première partie, des joueurs comme Benzema, Griezmann ou Pogba ont su répondre présent. Le potentiel sacre des bleus sur cette compétition passera forcément par une explosion d’un joueur très attendu, un certain Kylian Mbappé. Avec un grand numéro 10, l’Equipe de France ira au bout ! Et c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 

 

Julien Pauletto

Né ballon au pied tel Olivier Atton, mais sans son talent footbalistique, j'ai décidé de me consacrer à cette grande religion qu'est le football. Fidèle au poste (de télé) devant la messe chaque dimanche matin à 11h chantant la marseillaise.