Restons connectés

Les clubs français peuvent-ils nous faire rêver en Europa League cette saison ?

Europa League

Les clubs français peuvent-ils nous faire rêver en Europa League cette saison ?

Aujourd’hui démarre la phase de poules de l’Europa League. Cette année, quatre clubs français y sont engagés, et non des moindres : Bordeaux, Saint-Etienne (passés par les barrages), Monaco (reversé après son élimination en barrages d’accession à la C1) et Marseille (qualification directe). Souvent prise par-dessus l’épaule par nos représentants hexagonaux ces dernières années, cette saison verra-t-elle un parcours sauce OM 2004 ?

Bordeaux

S’il est bien une équipe à critiquer sur sa gestion de la C3, c’est bien celle des Girondins. En 2013-2014, pour sa dernière participation, l’équipe entraînée alors par Francis Gillot avait été piteusement éliminée dès la phase de poules contre des adversaires pas franchement insurmontables (Eintracht Francfort ; Maccabi Tel-Aviv ; APOËL Nicosie, avec une seule victoire pour cinq défaites).

Cette année, avec le Rubin Kazan et surtout Liverpool, Bordeaux fera face à une toute autre adversité et il sera intéressant de voir le degré d’implication des Aquitains dans un groupe d’où ils peuvent sortir s’ils s’en donnent les moyens. Premier élément de réponse dès ce soir (21h05) où ils accueilleront les Reds pour un match déjà primordial.

Saint-Etienne

La dernière campagne continentale des Verts n’a pas de quoi nous ébahir également, incapables de la moindre victoire face à l’Inter, Qarabag ou le Dnipro Dnipropetrovsk, futur finaliste néanmoins de la précédente édition. Christophe Galtier a toujours entretenu la confusion vis-à-vis de l’investissement de ses joueurs dans un calcul coupe/championnat compliqué et cette année encore il est difficile de savoir si les Stéphanois joueront le jeu ou se contenteront de parties fades et sans génie.

En tous cas, avec les retrouvailles face au Dnipro et une confrontation face à la Lazio, il faudra jouer des coudes pour se qualifier, même avec une équipe à 100%. Ce soir, c’est Rosenborg qui viendra au Chaudron et on espère une victoire pour lancer l’ASSE sur de bonnes bases face à l’équipe supposée la plus faible du groupe.

Monaco

Voici vraisemblablement le meilleur espoir français dans cette C3. Les Monégasques, quart de finalistes de la dernière Ligue des Champions, ont souvent permis à la France de briller dans les compétitions internationales. Grâce au talent de sa jeunesse conquérante, il est possible de voir l’équipe du Rocher capable d’aller très loin en Ligue Europa.

Situé dans un groupe aux allures de mini-C1 avec Tottenham et Anderlecht (et un Qarabag promis à l’enfer), Monaco a les capacités pour en sortir et son effectif pléthorique peut lui permettre d’effectuer une rotation sans affaiblir de manière conséquente le 11 type. Le déplacement en Belgique (21h05) nous en dira sûrement plus sur les possibilités monégasques.

Marseille

Les clubs français peuvent-ils nous faire rêver en Europa League cette saison ?

L’épopée de l’OM en 2004 est la dernière d’un club français en C3

L’OM possède également une équipe pouvant effectuer un bon parcours. Si Monaco peut être considéré comme un outsider à la victoire finale, les Marseillais, s’ils parviennent jusqu’en 1/4, sauront s’en contenter et parler d’une campagne réussie. En 2012-2013, le club n’avait pas su se montrer à la hauteur de l’enjeu et s’était fait sortir dès la phase de poules. Surprenant pour l’OM, qui aime la C3 (finaliste en 1999 et 2004).

Cette saison, si l’on semble se tourner vers un turnover de l’effectif en vue du championnat, l’équipe sera dans l’obligation de se qualifier face à des adversaires largement à sa portée (FC Groningue ; Slovan Liberec ; Sporting Braga). Le club phocéen fait son entrée sur la pelouse du FC Groningen (19h) et doit en ramener la victoire pour se lancer idéalement.

Si l’attractivité financière de l’Europa League n’encourage nos clubs français à tout donner, on espère que, cette saison, ils sauront en faire abstraction pour respecter le principe de n’importe quelle coupe : la jouer à fond, sans calculs, comme Guingamp a su le faire l’année dernière. Naples, Dortmund, l’Ajax, Bilbao, Liverpool, en attendant les reversés des phases de poules de la Ligue des Champions : on peut aussi rencontrer de très bons clubs européens qui, s’ils n’ont pas tous l’aura d’un Real, d’un Barça ou d’un Bayern, bénéficient d’une notoriété certaine pour remplir les stades avec un public français qui, à l’image de ses clubs, ne se passionne pas pour la petite sœur de la C1.

Toujours suivie de près par la Russie, la France peut tout aussi bien regarder vers le haut du classement des championnats de l’UEFA car très proche du Portugal. Si nos clubs s’investissent, la récompense pour l’ensemble de la Ligue 1 serait de récupérer pour la saison 2016-2017 une place en barrages de la Ligue des Champions pour le 3ème, sans devoir passer par l’éprouvant 3ème tour préliminaire sous les chaleurs de juillet.

Le football est une passion depuis l'enfance. Le meilleur moyen de partager ça avec les autres passionnés quand t'as autant de technique que Brandão (tu connais ce contrôle orienté du dos toi aussi). Contact : aslannicolas@gmail.com

... à lire dans Europa League

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour