Restons connectés

Europa League : les clubs français ont eu chaud ou froid ?

Europa League Lille OSCNaplesParis Saint-Germain

Europa League : les clubs français ont eu chaud ou froid ?

Dans une soirée comptant une quinzaine de match, il faillait choisir. Moi, j’ai choisi Bate Borisov vs Paris, Lille vs PSV et Naples vs Villareal. De 19h à 21h,  entre deux bons verres d’eau (soyons puriste : rien d’tel que de l’eau), j’ai franchement cru que le sommeil que j’attends chaque soir arriverait plus tôt.

Entre une magnifique affiche (Naples Villareal) et le match de nos petit français (Bate – PSG), je pensais que ces deux heures seraient plutôt intéréssantes. À Naples, le fond du match est intéressant. Cavani, Rossi, Maggio ou encore Nilmar permettent aux supporters italiens de croire en un grand match de football. Mais les deux formations du soir font trop souvent preuves de déchets techniques dans leurs jeux, le résultat en témoigne. Villareal est supérieur dans le jeu. Naples, décevant, est loin de confirmer sa deuxième place en championnat, signe d’un Calcio en souffrance.

En Biélorussie, on a assisté au plus grand scandale de cette année 2011 ! Un terrain, dans un état, sans nom. C’est vraiment dramatique de proposer un match que l’on qualifie  de “coupe d’Europe” sur un tel terrain. La CFA2 fait mieux ! Quant aux deux rigolos de Canal+Sport, ils ont été au niveau du terrain, lamentable et chauvin. Un fait qui devient de plus en plus une habitude. Pour  le jeu, le vrai. Que dire ? J’ai trouvé les parisiens quelque peu inquiétants par le manque de maîtrise dont ils ont fait preuve. J’hésite entre facilité et nonchalance à l’image de Nenê par exemple. Ce dernier est néanmoins auteur d’un très gros match.  La copie rendue par les hommes de la capitale, est pâle. Pâle comme le jeu proposé, et comme les prestations de Jallet, Edel et autres Camara. Dès la sortie de Nenê,  à la 63°, les Parisiens ont perdu toute possession de balle, amenant en toute fin de match le second but des biélorusses. Mais peut-être que cette année, une des plus grandes forces des Parisiens est le mental.. À la 89° minutes, les Français égalisent. Le coup est parfait !

Tout à l’heure je qualifiais les commentaires du match “Bâte – Paris” de lamentable, ce soir, au Stadium Lille métropole, on est servit ! Je cite : Thierry Rolland, le clown et Jean-Marc Ferreri , l’éternel optimiste. Le 11 type lillois est surprenant.. Rudi Garcia fait clairement tourner, le jeune Vandam au milieu de terrain prend place, tout comme Gueye. Frau et Obraniak débutent le match. Hazard, Mavuba, Balmont, Cabaye, Gervinho, Béria prennent place sur le banc des remplaçants. Tout est dit. Si la feuille de match pouvait laisser entendre la négligence pour cette compétition des lillois, le contenu était tout autre. Lille, égal à lui-même, mène rapidement 2-0. Le premier but est un vrai coup de chance. Le second, lui, est un super-but !  Je crois que l’on ne peut que féliciter la prestation de Debuchy ! Quel joueur. Mais Garcia a cru avoir des chances de gagner 2-0 en snobant cette compétition ? Il s’est mis le doigt dans l’oeil ! Le manque d’experience lilloise a coûté cher puisque le PSV a réussi à en planter deux en toute fin de match ! Et avec un  2-2 à la maison, il y a de quoi être inquiet pour le match retour. Nos entraîneurs snobent cette Europa League , et chaque année, le discours est le même. Dommage. Le fossé entre la Champion’s League et l’Europa League se creuse..

Europa League : les clubs français ont eu chaud ou froid ?

Dumont sait jouer les yeux fermés. Classe.

Tom est un accro du foot et ne se nourrit que de ce dernier. Bloggeur têtu et acharné, il ne peut qu'apprécier le foot, le vrai. Attaché à des valeurs footballistiques, il ne peut plus encadrer ces tristes dirigeants passant leur temps à pleurer.

... à lire dans Europa League

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier quiz

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour