Restons connectés

Le baromètre de la Ligue des Champions #4 : le Bayern impressionne, Trapp se troue

Ligue des Champions AS RomaManchester CityOlympique LyonnaisParis Saint-Germain

Le baromètre de la Ligue des Champions #4 : le Bayern impressionne, Trapp se troue

La LDC est la plus prestigieuse des scènes européennes. Les meilleurs équipes du Vieux Continent se livrent chaque année un combat homérique pour arracher le Graal. Chaque journée apporte son lot de bonnes surprises et de déceptions. Voici pour vous le baromètre de la Ligue de champions.

Le top 3

Battu au match aller, tenu en échec ce week-end pour la première fois en championnat cette saison, le Bayern Munich avait envie de remettre les pendules à l’heure face à Arsenal. Ils l’ont fait avec la manière, atomisant une équipe d’Arsenal impuissante (5-1), tellement dominée que les nombreuses absences ne suffiront pas pour justifier un tel écart. Lewandowski a profité d’un mauvais alignement de Gabriel pour ouvrir le score, avant que Müller par deux fois, Alaba et Robben ne viennent l’imiter. Le bijou de Giroud ne consolera sans doute pas les Gunners, terrassés par beaucoup plus forts qu’eux #revanche

C’était prévisible, ça s’est vérifié : le match entre la Roma et le Bayer Leverkusen a encore accouché d’un beau spectacle. Les Italiens ont pris l’avantage de 2 buts, profitant de la vitesse de Salah, et surtout des largesses défensives adverses. Comme souvent, les Allemands ont su répondre et égaliser, par l’intermédiaire de Mehmedi et de l’inévitable Chicharito. Mais suite à un penalty concédé par Toprak, qui pousse grossièrement Salah pour l’empêcher de pousser le ballon au fond, Pjanic scellera le sort d’une rencontre à rebondissement (3-2). Si chaque match était aussi haletant que les rencontres entre ces 2 formations, le football serait encore plus beau #plaisir

Pas de Messi ? Aucun problème pour le FC Barcelone, qui a pu compter sur le duo Neymar-Suarez pour faire la différence. Depuis la blessure de leur meilleur joueur, le Barça n’est pas affecté au niveau des résultats, en raison de la grande complicité qui unit les 2 autres stars de l’équipe. Chacun a offert un but à l’autre face au BATE Borisov, affichant encore leur volonté de jouer ensemble et de ne pas tirer la couverture sur soi. Mention spéciale pour Suarez pour sa panoplie de pur numéro 9. Sur son but, il réalise un contrôle orienté parfait, avant de tirer du pointu, geste trop peu utilisé aujourd’hui #tandem

Le flop 3

J’aurais pu m’attarder sur l’attentisme des défenseurs sévillans, au premier rang duquel un Trémoulinas qui n’attaque pas Navas, quand bien même il est couvert par Krychowiak s’il se fait éliminer, devenant un plot inutile. Non, ce qui me choque le plus dans cette rencontre reste le choix du maillot par Manchester City. Opposé au traditionnel blanc du FC Séville, les Blues auraient été plus avisés d’arborer leur tunique bleue foncée. Mais pour des considérations mercantiles, le club (ou son équipementier ?) a préféré vêtir les joueurs de leur tunique jaune-verte fluo, rendant le suivi du match particulièrement pénible. Vouloir générer des revenus supplémentaires avec un troisième maillot est une chose, l’utiliser bêtement en est une autre #marketing

Trop limité, l’OL a concédé sa 3e défaite en 4 journées de Ligue des champions cette saison, face au Zenith Saint-Pétersbourg (0-2). Umtiti déclarait attendre un match référence sur la scène européenne, ce ne sera pas pour cette fois. On peut toujours penser que si la frappe de Bedimo était rentrée, ou que si Yanga-Mbiwa avait égalisé, tout aurait été différent. Malgré tout, il est difficile de faire un autre constat : Lyon n’a pas évolué au niveau requis pour se qualifier pour les huitièmes de finale. C’est même un miracle que ce ne soit pas encore cuit mathématiquement #limite

En football, on gagne ou on perd en équipe, c’est une loi inéluctable. Néanmoins, à l’heure de faire les bilans, comment ne pas faire de reproche à Trapp et Cavani pour leur production face au Real Madrid, alors que l’ensemble de l’équipe avait réalisé une bonne prestation ? Le premier arrive à ne pas voir l’arrivée de Nacho, et transforme sa bonne volonté de ne pas concéder le corner en boulette monumentale. Comme face à Kahzri, il manque de clairvoyance, et son erreur coûte cher, même si ses fans retiendront ses quelques bonnes interventions. Pour Cavani, un attaquant de ce niveau se doit de convertir les occasions. Di Maria ne peut pas mieux faire en termes de caviar. Sa mauvaise utilisation par Blanc et sa débauche d’énergie ne suffisent pas à justifier sa faiblesse au niveau technique. Ces deux recrues, venus faire passer un cap au PSG sur la scène européenne, ne réussissent pas leur mission pour le moment… #défaillance

https://twitter.com/90minutesFR/status/661673185314738176

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi, je vous invite donc à me donner votre opinion.

... à lire dans Ligue des Champions

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour