Restons connectés

Récap Ligue des champions #8 : l’Atlético solide, l’OL peut y croire

Ligue des Champions

Récap Ligue des champions #8 : l’Atlético solide, l’OL peut y croire

Le second round des huitièmes de finale a vu Manchester City se faire peur, l’OL continuer à croire en ses chances face au Barça, Liverpool et le Bayern se neutraliser, et surtout l’Atlético mettre la Juventus à terre.

Le top 3

Si l’OL a préservé le match nul via un travail collectif, trois joueurs méritent d’être mis en avant. Le premier est un héros lyonnais depuis quelques années, puisqu’il s’agit du toujours impeccable Lopes, qui a gardé sa cage inviolée. Le second est plus inattendu, et a réussi avec brio son premier test au très haut niveau : Dubois a bien gardé son couloir, arrachant plusieurs fois la balle des pieds de son adversaire direct. Il ne lui a manqué que la précision dans certaines situations de centre pour réussir le match parfait. Enfin, le dernier est sans doute le défenseur le plus costaud du club, surtout dans les gros matches : Denayer est une muraille, sur la trajectoire de tous les tirs et tous les centres. Le Belge est une belle trouvaille de l’OL #défense

Il faut l’avouer : l’absence de van Dijk ne laissait présager rien de bon avant d’accueillir le Bayern Munich… surtout qu’elle était couplée à celle de Lovren, l’autre habituel titulaire de la défense centrale des Reds. Mais pas de panique, il y a un joueur qui sait tout (bien) faire à Liverpool. Associé à Matip, Fabinho a rendu une copie parfaite, à un poste qui n’est pas le sien, prouvant qu’il était donc aussi bon en 5 qu’il ne l’est en 2 ou en 6. Le Brésilien, que Klopp a pris le temps de lancer dans le grand bain, a tout pour devenir une figure d’Anfield dans les années à venir #polyvalent

https://twitter.com/Glmwho/status/1097966540635455489

On a failli croire que la Juventus allait s’en sortir, au nom de son appartenance aux clubs historiques européens, lorsque Morata voyait son but refuser après consultation vidéo. Cette déception faisait suite à un échec de Diego Costa, qui a vendangé un duel de façon assez étonnante. Et en tant que spectateur neutre, on trouvait ça triste pour l’Atlético, impressionnante en seconde période… et dont on a sous-estimé l’incroyable mental, qu’on a pourtant vu à l’œuvre maintes fois ces 10 dernières années. Gimenez et Godin, guerriers de la défense, se sont distingués en attaque en marquant 2 pions qui feront peut-être toute la différence #sauveurs

https://twitter.com/kaiokeeen/status/1098343266733473793

Le flop 3

Il dit, à qui veut l’entendre, qu’il souhaite jouer dans un plus grand club que l’OL. Sans doute pense-t-il que sa progression en France lui permettra de réussir mieux qu’à Manchester United, où il avait lamentablement échoué. Memphis avait une occasion rêvée de montrer, face au FC Barcelone, que ses ambitions étaient légitimes. Raté. Le Néerlandais a tout fait de travers, ratant des gestes faciles, gardant trop la balle, jouant à contre-temps… et faisant presque oublier, dans le même match, les contre-performances de Mendy ou Suarez, puisqu’il a réussi à faire pire qu’eux. Décisif les 6 premiers mois de l’année 2018, il est nettement plus en difficulté sur cette saison, ne parvenant plus à masquer des lacunes dans le jeu par un but ou une passe. A lui de prouver, au match retour, qu’il a bien l’étoffe d’un grand #transparent

On pensait que le Bayern Munich aurait les moyens de marquer au moins un but, le fameux but à l’extérieur, face à Liverpool. Mais malgré l’absence de van Dijk, l’attaque bavaroise n’a pas existé, Alisson n’ayant même aucune intervention difficile à effectuer. Lewandowski a été très peu servi, Coman a été brouillon malgré quelques bonnes percées, et les milieux n’ont pas suffisamment accompagné l’attaque. Peut-être s’agissait-il d’une consigne de Kovac qui ne voulait pas prendre de risque et se contentait d’un match nul à Anfiled? #muet

Schalke menait au score de façon miraculeuse, et voyait Otamendi récolter un second carton jaune : la grosse surprise des huitièmes de finale aller se déroulaient devant les yeux allemands. C’est ce qu’on pouvait penser, mais la défense a craqué dans le money time. Car si on peut difficilement trouver à redire sur le coup franc de Sané, le but de Sterling est plus qu’évitable : il est excentré à droite, tout en étant le seul joueur de Manchester City dans la moitié de terrain adverse sur le dégagement d’Ederson. Qu’il marque malgré tout démontre un manque de concentration au pire des moments #déception

https://twitter.com/MCIFrance/status/1098345536770506752

 

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Ligue des Champions

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour