Après un match très décevant contre la Finlande, les Bleus ont signé une performance bien plus aboutie face au Portugal.

Les Bleus en mode compétition officielle

Match observé : Portugal 0-1 France

Si le match face à la Finlande pouvait nous faire douter de l’implication des Bleus, cette rencontre face au Portugal est plus que rassurante. Est-ce parce qu’il s’agit d’une compétition officielle (bien que peu prestigieuse), ou est-ce parce que les joueurs ont été vexés de la défaite de mercredi ? Peu importe : on a retrouvé une équipe de France solide, qui concède peu d’occasions, et qui a une certaine maîtrise des événements, même s’il y a eu un poteau, une parade de Lloris sur une frappe de Moutinho, et une tête de Ronaldo au-dessus alors qu’il était seul aux 6 mètres. Parmi les bons points, on peut notamment noter :

  • L’attitude de chaque joueur sans ballon, avec des efforts pour presser l’adversaire et le bloquer
  • Le match de patron de Kanté, parfait dans les duels, dans la conservation de balle, et même buteur
  • Griezmann en numéro 10, impliqué dans tous les mouvements offensifs, et auteur de bons retours défensifs
  • La solidité de la défense avec notamment un Kimpembé costaud dans les duels
  • La grinta de Hernandez, présent défensivement et offensivement
  • Le toujours impeccable Lloris, décidément loin de toute concurrence
  • Le bon match de Rabiot, qui aurait pu être double passeur décisif (pour Martial puis Pogba), dans un rôle qu’il est peut-être le seul à pouvoir tenir en Bleus, même si j’étais le premier à ne pas y croire

Tout n’a pas été parfait pour l’équipe de France malgré tout. L’interrogation principale concerne le poste de numéro 9 occupé par Martial. Pour tout observateur régulier de Manchester United, ce match n’est pas si étonnant. On le sait, Martial est un attaquant qui a besoin de combiner, c’est pourquoi il n’est jamais aussi bon que quand il a Bruno Fernandes et Rashford près de lui sur le terrain. S’il peut évidemment marquer une vingtaine de buts par saison toutes compétitions confondues, il n’a pas le profil de l’attaquant tueur obsédé par le but, dont l’instinct permet de convertir des occasions. Plutôt que de tomber dans le faux débat de la nonchalance, c’est surtout ce manque d’esprit impitoyable qui explique sans doute ces occasions manquées, voire ces transmission faciles ratées par manque de concentration. C’est aussi ça qui explique sans doute que c’est Kanté, et pas lui, qui est le plus prompt à reprendre la frappe de Rabiot sur l’action du but. Même Lewandowski peut rater sur la magnifique passe de Griezmann, ou sur le centre parfait de Hernandez, d’autant que Rui Patricio joue bien le coup. Néanmoins, on est moins étonnés de voir que ce soit Martial qui les rate, puisqu’il n’a pas cette faim de finisseur.

Pour autant, doit-on l’écarter définitivement du onze de départ ? Sa faculté à prendre la profondeur et à combiner dans les espaces le rendent précieux puisqu’elles bonifient notamment Griezmann, et probablement Mbappé. A lui de continuer à travailler pour devenir l’avant-centre des Bleus. Entre un Giroud qui ne joue plus en club, un Ben Yedder malchanceux en Bleus, voire un Lacazette loin d’être dans sa meilleure forme à Arsenal, le poste ne lui a jamais autant tendu les bras. A lui de marquer pour faire l’unanimité.

Darinh Mongkhoun

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.