Restons connectés

PKFoot

La bande à Deschamps : dans les coulisses des Bleus

Lecture

La bande à Deschamps : dans les coulisses des Bleus

De sa nomination au quart de finale contre l’Allemagne en passant par le nul fondateur décroché à Madrid pendant la campagne de qualification ou la blessure de Ribéry, le livre La bande à Deschamps en en apprend autant sur le parcours des Bleus, les mentalités des joueurs et la personnalité du sélectionneur que sur le fonctionnement de la FFF ou les relations avec les médias.

Il raconte la construction du groupe France par et permet de mieux cerner l’importance des relations humaines et de la communication dans l’univers médiatico-footballistique. Voici quelques-unes des anecdotes de l’ouvrage co-écrit par deux journalistes de l’Equipe : Damien Degorre et Raphaël Raymond.

Entraînement à huis clos. Il s’agit d’une aventure de leur collègue Guillaume Dufy, monté sur un escabeau dans la forêt bordant Clairefontaine  et muni de jumelles pour espérer voir la mise en place tactique de Didier Deschamps. Il eut juste le temps de voir les joueurs s’amuser au paint-ball. Comble de malchance, repéré puis invité à s’en aller, il retrouva les pneus de sa voiture crevés.

Le cas Gourcuff. Les journalistes décrivent l’incapacité de Yoann Gourcuff à s’intégrer dans le groupe France à travers une anecdote lors d’un amical en Uruguay.

Le premier soir à Montevideo, le staff des Bleus organise à son hôtel un apéritif avec les médias français présents dans une volonté de rapprochement (…). Chacun va se fondre dans le paysage, discuter ou plaisanter avec les convives (…). Et puis, assis sur une chaise un peu à l’écart, il y a Yoann Gourcuff. Pas un joueur n’ira le voir. Pas un journaliste n’osera lui parler.

La bande à Deschamps : dans les coulisses des Bleus

Le recadrage de Oualid Tanazefti est décrit comme l’agent de Paul Pogba sur lequel il aurait une emprise totale, au point de vouloir suivre son poulain à Clairefontaine. Le staff français sera ferme et le Turinois immédiatement convoqué par Didier Deschamps.

Paul, si tu es convoqué en équipe de France,  c’est que tu le mérites,  mais pour l’instant, tu n’es rien (…). Ce que j’ai vu il y a quelques minutes ne doit plus jamais se reproduire.
Didier Deschamps

Le sélectionneur n’aura jamais besoin de lui répéter.

Nasri le manipulateur. Si le niveau sportif décevant du Citizen en Bleu semble avoir été déterminant dans sa non sélection,  son comportement est aussi épinglé.

Quand vous découvrez Samir, vous vous dîtes d’abord que vous êtes en face d’un bon garçon.  Quand vous vivez avec lui sur une longue période,  (…) vous réalisez que c’est un intrigant.
Un joueur français anonyme

Le discours de Landreau. Entre les deux matchs contre l’Ukraine, les Bleus regardent ensemble le film La Marche, avec Jamel Debbouze et en présence de l’acteur qui les encouragera. Après lui, c’est Mickaël Landreau qui prend la parole :

C’est évident que des différences nous séparent. C’est sûr qu’on et pas tous potes et qu’on ne le sera peut-être jamais. (…). Je sais qu’on est capables de s’unir pour le bien de l’équipe de France et qu’on est capables de mettre de côté nos inimitiés. On peut le faire les gars !
Mickaël Landreau

Le troisième gardien, décrit comme très influent dans le vestiaire tricolore, sera applaudi et suivi par un Mamadou Sakho prêt à en découdre contre les Ukrainiens.

Dans les yeux de Yohan Cabaye.Le milieu nordiste raconte son émotion quand Aimé Jacquet est venu à la rencontre des joueurs juste avant le Mondial.

J’avais douze ans quand la France a été championne du monde. Le documentaire Les yeux dans les Bleus, je l’ai regardé vingt, trente, quarante fois, je le connais quasiment par cœur. D’entendre ce qu’Aimé Jacquet disait à l’époque, avec son intonation, le son de sa voix et la manière dont il le dit, ça fait une différence.
Yohan Cabaye

L’agressivité de l’agent de Karim Benzema.Attaquant talentueux, le buteur madrilène est plus souvent encensé que critiqué dans la presse sportive française et pourtant, mettre en doute ses performances provoque la colère de son agent, Karim Djaziri.

A Ribeirao Preto, il va franchir trois caps, comme s’il ne parvenait plus à se maîtriser. L’insulte, d’abord. La menace physique, ensuite. L’agression, enfin. Des journalistes de L’Equipe en seront victimes, notamment après l’élimination des Bleus en quart de finale contre l’Allemagne.

Si certains passages du livre peuvent écœurer les détracteurs du foot business et des comportements de starlettes capricieuses et irrespectueuses de certains joueurs, le lecteur pourra aussi y puiser de l’optimisme. L’Equipe de France est entre de bonnes mains et toutes les conditions semblent réunies pour prolonger l’état de grâce et attendre l’Euro 2016 avec impatience, comme le concluent les journalistes : « Avec ses qualités de management, son souci du détail et sa force de travail, la vraie star de cette sélection (Didier Deschamps) l’a transformée comme l’une des forces marquantes du football mondial ».

La bande à Deschamps (éditions Robert Laffont, 319 pages, 19 €)

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Lecture

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour