Restons connectés

Mario Balotelli, le Niçois Ange et démon

Lecture

Mario Balotelli, le Niçois Ange et démon

De Balotelli, on connaît ses buts et surtout ses frasques. Mais avant de juger le comportement de l’homme, il vaut mieux apprendre à le connaître en lisant son portrait Ange et Démon (Hugo Sport) par le journaliste Mathieu Faure.

Pour ses admirateurs, est un attaquant d’exception, champion d’Italie avec l’Inter (trois fois) et d’Angleterre avec City. Il est vrai que l’Italien a déjà été auteur de performances remarquables comme son doublé dans un derby contre Manchester United (6-1) avec l’inscription « Why Always Me ? » ou encore un autre doublé en demi-finale de l’Euro contre l’Allemagne suivi d’une célébration toute en muscles. Pour ses détracteurs, est un homme idiot capable de lancer des fléchettes, de planter plusieurs voitures, de mettre le feu à son maison, de passer trop de temps avec ses conquêtes féminines…

Alors ange ou démon ? Le sous-titre de son portrait paru chez Hugo Sport utilise plutôt la conjonction « et » pour bien expliquer que rien n’est tout blanc ou tout noir avec le buteur niçois. Le journaliste Mathieu Faure raconte ainsi le parcours personnel et sportif du joueur pour décrire sa personnalité, sans jugement. Profondément italien depuis sa naissance et son adoption par la famille Balotelli, Mario Barwuah (son nom de naissance) a souffert d’être confié par ses parents ghanéens même s’il porte beaucoup d’amour pour la famille Balotelli. En tant qu’enfant noir dans un monde de blancs, il a très tôt souffert d’un racisme qui l’a poursuivi tout au long de sa carrière – alors que lui même montrait même une certaine aversion envers l’Afrique étant enfant. Espoir superstar mis sous le feu des projecteurs dès ses débuts professionnels, Mario Balotelli semble avoir porté un poids trop lourd sur ses épaules.

Le livre n’élude pas ses nombreuses bêtises mais donne aussi la parole à des coachs (comme son mentor Roberto Mancini) et joueurs qui l’ont côtoyé. Eux décrivent un garçon aussi attachant que bad boy, en même tant qu’un attaquant surdoué. Son souffre-douleur actuel, le gardien niçois Yoan Cardinale est bien placé pour en témoigner : « c’est très dur de faire un arrêt quand il est en face-à-face. Il a une adresse incroyable, avec une grosse frappe, lourde, sèche« . Ex-coéquipier, Mathieu Bodmer et Maxwell dressent le parallèle avec Zlatan, autre joueur grand, technique, adroit.

Avec 13 buts marqués pour Nice, Balotelli a pour le moment presque égalisé son meilleur total de sa carrière en championnat (14 buts avec Milan en 2013/14). Certains diront que la L1 est faible, d’autres que le caractère défensif de notre division rend la performance appréciable pour un joueur qui semblait perdu pour le football après deux saisons blanches. Les Niçois trouvent une autre explication, la maturité d’un homme (26 ans) papa d’une petite Pia, sa fille de 4 ans qu’il n’a reconnu qu’un an après sa naissance après sa séparation avec la maman. Olivier Dacourt le confirme : « Mario a mûri. Il n’est plus tout seul, il a un devoir d’exemplarité envers elle« . Bref, en lisant ce livre, vous verrez que Balotelli n’est pas qu’un joueur, c’estest avant tout un homme, avec ses qualités et ses défauts.

Malheureusement, l’auteur n’a pas réussi à l’interviewer directement et on retrouve quelques répétitions de citations au cours des chapitres. Sans doute une volonté de publier le livre tant que Super Mario joue encore dans notre L1…

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Lecture

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour