Restons connectés

Neymar raconté par ses proches

Lecture

Neymar raconté par ses proches

tombe souvent et on se moque de sa coupe de cheveux, mais si la star brésilienne vous fascine, vous aurez peut-être envie de lire sa biographie « Neymar, le prince du Brésil » écrite par le journaliste Eric Frosio (édition Solar).

Trois ans après l’autobiographie parue chez Talent Sport, voici une nouvelle occasion d’en savoir plus sur la star du PSG et du Brésil.

Sans vous faire à nouveau le récit de toute sa vie, ce livre a la particularité de donner la parole à des proches qui ne tarissent pas d’éloges pour Neymar.

Maicon, son ami d’enfance et coéquipier de 5 à 17 ans, voit toujours le petit garçon avec qui il jouait dans la rue : « Il était exactement pareil. Il était le meilleur, il détestait perdre, il râlait et il voulait toujours frapper les pénalties ».

Marcelo Teixeira, ancien président de Santos : « Il avait seulement 12 ans. Il a fallu créer des catégories de jeunes qui n’existaient pas chez nous à l’époque. Le secteur financier a grincé des dents car ça coûtait beaucoup d’argent… Mais c’était le prix à payer pour avoir Neymar. Il fallait le faire car il était déjà sollicité de partout ».

Paulo Henrique Ganso, ex-coéquipier à Santos : « Neymar est aussi un vrai clown. J’ai toujours adoré célébrer nos buts avec lui. Il fallait bien le faire et on s’entraînait pour ça. On inventait des danses… ».

Ederson (ex-joueur de Lyon) qui a partagé sa chambre avec Neymar en sélection : « On écoutait de la musique brésilienne et on discutait. Il était très curieux de savoir comment ça se passait pour moi en Europe. Je me souviens lui avoir dit de privilégier une équipe qui joue un football offensif, fondé sur le jeu au sol et la possession de balle, comme le Barça, en fait ».

Lucas (Tottenham) se souvient avoir souvent joué contre Neymar en futsal : « C’était une époque géniale. Surtout que je le battais à ce moment-là. Lui était vraiment un génie de cette discipline. Ses dribbles ou sa faculté à improviser proviennent du futsal ».

Filipe Luis (Atletico) : « Pour bien jouer, Neymar a besoin d’être heureux. Il l’était lors de la Coupe des Confédérations et il marchait sur l’eau ».

Marquinhos (PSG) : « Parfois, il est un peu énervé car il prend des coups pendant les matchs. Mais il a l’habitude et le lendemain ça va mieux. Nous, on fait le maximum pour qu’il soit heureux ».

Par rapport à son autobiographie de 2015, « Neymar, le prince du Brésil » permet aussi de revenir sur l’actualité de Neymar : sa signature au PSG, le déroulement de sa première saison en finissant par sa blessure et les contacts avec le Real Madrid. « Un départ au Real Madrid en juin 2019 ? C’est l’option la plus plausible », écrit l’auteur. Mais, en attendant, Neymar a surtout un sacre mondial à aller chercher avec le Brésil.

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Lecture

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour