AvideceWopyBalab

Le job est fait. L’Equipe de France termine première de son groupe, se traçant, a priori, une voie royale vers les demi-finales. Et pourtant, si on excepte les fulgurances de Dimitri Payet, on ne peut pas dire que les Bleus aient enflammé le public français en se créant relativement peu d’occasions en trois matchs.

Face à des adversaires limités, il leur a suffi de hausser le rythme en fin de match contre la Roumanie et l’Albanie puis de gérer leur troisième match (le plus abouti malgré le 0-0), sans forcer. Mais ont-ils vraiment géré ou n’ont-ils pas été capables de faire mieux ? Avec des moments de doute, de la fébrilité, de la retenue, les joueurs de ont aussi inquiété en ne laissant entrevoir leur talent que par intermittence. D’où une énorme frustration, car ces gars là en ont vraiment sous la semelle.

Que ce soit en terme d’envie et d’impact physique ou bien sur le plan de la technique et de la vivacité, cette Equipe de France a beaucoup de qualité sur le papier et une profondeur de banc intéressante. Ils sont capables de mieux et ils devront nettement hausser leur niveau pour se transformer en vainqueur potentiel. Sinon, comme en 98, à défaut de séduire par le jeu, il leur faudra vraiment aller au bout pour créer une véritable vague d’enthousiasme en France.