Non, Draxler n’est pas le nouveau Messi

Son transfert au PSG fait déjà couler beaucoup d’encre. Des voix en Allemagne s’élèvent pour en faire un joueur surcoté, quand Klopp souligne que son jeune compatriote a fait le choix de l’argent, ce qui suffit au grand public pour qu’on taxe Draxler de mercenaire, le mot en vogue chez les footballeurs. Critiqué avant même d’avoir foulé la pelouse sous les couleurs de son nouveau club, le milieu offensif sera particulièrement scruté. La situation du PSG, moins souverain en Ligue 1, ne fera que renforcer les attentes autour de lui. A tort.

Si vous attendez que l’ancien numéro 10 de Wolfsburg soit le messie (ou le Messi) de Paris, vous allez être déçus. Aujourd’hui, malgré son statut de champion du monde, Draxler reste un joueur de 23 ans qui va vivre sa première expérience à l’étranger, et qui n’est pas habitué au dernier carré de la Ligue des champions. En gros, il serait idiot d’attendre de lui qu’il porte l’équipe et en devienne subitement le leader incontesté. Oui, il a le niveau technique pour ne pas faire tâche en tant que titulaire de n’importe quel club ou sélection. Mais non, il n’aura pas l’impact d’un Drogba à Chelsea ou d’un Agüero à Manchester City, pour reprendre des clubs qui, comme le PSG, sont devenus compétitifs à l’échelle européenne via un généreux mécène. Laissons l’artiste allemand nous faire plaisir par ses arabesques, mais n’en attendons pas trop. Envoyer sur le bucher un tel talent serait la pire des choses.

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter