AvideceWopyBalab

Le monde du football – ou en tout cas le football français – appelle à une candidature de à la succession de à la tête de la FIFA. Sur PKFoot, nous n’avons pas hésité à railler son comportement changeant et son franc parler qui ne colle pas au professionnalisme qu’impose la fonction. Cependant, a l’étiquette du candidat farouchement opposé à Blatter. La FIFA a besoin de ce profil qui marquerait une rupture. L’actuel président de l’UEFA est aussi un ancien footballeur militant. Sa proximité du terrain et du « football d’en bas » lui ont permis de se bâtir un capital sympathie. Enfin, en remettant en cause – et c’était largement prémédité – son cheval de bataille, à savoir le fair-play financier, Platini a rassuré les clubs et leurs investisseurs sur leur compétitivité.

La situation de la FIFA est étrangement comparable à celle de l’Eglise catholique il y a quelques années. Le Pape Benoit XVI représentait sa religion dans tout ce que ses pratiquants ne voulaient plus voir, dont un anti-reformisme appuyé. Le Pape François, bien plus populaire, est venu apporter de la fraîcheur à une institution calcifiée, à grands renforts de sourires et accolades. Et ça a marché.