Ali Daei, le roi de Perse oublié

Il y a tout juste dix ans, l’attaquant mettait un terme à sa carrière. Peu connu en Europe, hormis en Allemagne où il est passé par le Bayern Munich, il restera célèbre en Asie pour ses performances avec l’équipe nationale d’Iran et ce record mondial de buts en sélection. Histoire perse d’un roi du football.

Il y a ces joueurs qui empilent les records dans les grands championnats et font les unes des journaux sportifs. Et il y a ceux qui loin de l’Europe, font leur chemin sans attirer les caméras, mais qui pourtant imposent le respect par leurs performances. Ali Daei fait partie de cette seconde catégorie. Né en Iran à la fin des années 1960, c’est dans son quartier qu’il découvre le football. Admis à l’Université de Téhéran, il commence ce sport dans un pays qui fait plutôt la part belle à la lutte et l’haltérophilie. Pourtant rapidement, il impressionne sur les terrains, par son physique et son efficacité devant le but. C’est donc sans surprise qu’il intègre la division 2 iranienne sous les couleurs du Taxirani. Un titre de meilleur buteur plus tard, il signe à Tejadet Bank, puis à Pirouzi, le plus grand club du pays. Par deux fois il remporte le championnat, le trophée du meilleur buteur, et la Coupe d’Iran. Et c’est aussi à cette époque qu’il intègre l’équipe nationale où il commence à empiler les buts. La légende perse est en marche.

Premier iranien en Europe

En juillet 1997, Ali Daei s’embarque pour l’Allemagne, avec comme point de chute l’Arminia Bielefeld. Il devient alors le premier joueur iranien à obtenir un visa pour l’Europe. Daei détonne en Bundesliga où il découvre la rigueur du championnat. Et malgré ses sept buts en 26 matches, il ne peut empêcher la relégation du club. Pourtant, dans le même temps, il emmène l’Iran au premier tour de la Coupe du Monde 1998. Et dès la fin de l’été, il s’engage avec le Bayern Munich. Là-bas il remporte le championnat, et atteint la finale de la Ligue des Champions. Mais c’est surtout du banc de touche qu’il vivra cette aventure. Alors en fin de saison, il prend la direction du Hertha Berlin où il retrouve une place de titulaire et fait l’unanimité. Mais âgé de 33 ans, ses jambes commencent à se faire lourdes, et après trois saisons pleines, il rentre en Asie.

Retour au bercail et record de buts

De retour en Asie, Ali Daei peaufine ses statistiques en marquant presque 10 buts chaque saison. Avec l’équipe d’Iran, dont il est le capitaine, il devient le meilleur buteur en sélection avec 109 buts en 149 matches. Juste devant les légendes Puskas et Pelé. Ali Daei, c’est l’histoire d’un iranien qui a conquis l’Asie par son talent. La seule déception aura été de ne pas réussir à gravir cette marche en Europe, un peu trop haute pour lui.

Reconverti en entraineur, on lui a longtemps cherché un successeur en Iran. Et il pourrait bien s’appeler Sardar Azmoun. L’attaquant du FK Rostov, âgé de 22 ans seulement, culmine déjà à 24 buts en 38 sélections. Vingt ans après Ali Daei, c’est donc lui, qui, en leader d’attaque emmènera l’Iran à la Coupe du Monde 2018, puisque l’équipe perse est la troisième nation d’ores et déjà qualifiée !

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter