Restons connectés

PKFoot

Calendrier de l’Avent #13 : City – QPR 2012, les trois minutes qui ont fait basculer Manchester

Récits

Calendrier de l’Avent #13 : City – QPR 2012, les trois minutes qui ont fait basculer Manchester

Le mois de décembre arrive enfin et il est temps pour nous de vous gâter en vous laissant ouvrir les cases de notre calendrier PKFoot. A chaque date, un nouveau souvenir, un retour en arrière sur la dernière décennie.

C’est l’histoire d’une ville. Une ville où deux clubs cohabitent depuis 139 ans. Une histoire classique en somme dans le paysage footballistique anglais. Si les Red Devils ont toujours été supérieurs aux Citizens en terme de prestige et de trophées remportés, le club Skyblue a, depuis l’arrivée de ses investisseurs émiratis en 2008, pour ambition de rattraper son rival local. Le 13 mai 2012, Man City a probablement montré que son ambition débordante pouvait l’emmener très haut. Quitte à déloger son voisin rouge.

Un Derby à distance

A la veille de disputer la dernière journée de championnat, les deux clubs de Manchester sont au coude à coude pour décrocher le sacre national. Avec 86 points chacun, Man United et Man City ont plané sur le Royaume toute la saison. Pourtant ce sont les coéquipiers de Vincent Kompany qui sont en pôle pour ramener la coupe à la maison. Pour ramener le Graal à l’Etihad, les Citizens n’ont qu’une seule mission : s’imposer. Avec une différence de buts largement favorables (+63 contre +55), les hommes de Roberto Mancini doivent gagner pour arracher le titre. Un trophée qui leur échappe depuis quarante-quatre ans.

S’il n’a pas franchement brillé sur la scène européenne – sorti en seizièmes de finale par le Sporting Lisbonne, Manchester City a déroulé en Premier League. Auteurs de plusieurs cartons monumentaux, les Citizens ont affirmé, au fil des rencontres, leur supériorité et leur ambition. Le symbole de cette montée en puissance, trois ans après l’arrivée des nouveaux investisseurs, est la correction infligée à Manchester United à Old Trafford. Une fessée légendaire 1-6 chez Sir Alex qui résonne encore chez les supporters des Skyblues. Et qu’un certain Micah Richards évoque toujours avec un grand sourire.

Calendrier de l’Avent #13 : City - QPR 2012, les trois minutes qui ont fait basculer Manchester

Mario mode classique. Copyright / EPA Roger Parker

Du côté d’Old Trafford, les choses, elles, ne se déroulent pas comme d’habitude. Malgré un parcours solide en championnat, les hommes de Sir Alex patinent en Coupe d’Europe. Voire déjouent. Malgré son statut de finaliste de l’édition 2010-2011, les Mancuniens vont se faire sortir dès les phases de poules. Reversés en Europa League, les coéquipiers de Wayne Rooney tombent comme leurs voisins de City en seizièmes de finale face à l’Athletic Bilbao de Marcelo Bielsa.

Avant d’affronter Sunderland pour le compte de la dernière journée, United n’a pas la main dans la course au titre. Il a pourtant failli être grand gagnant du mano a mano.

Trois minutes d’anthologie

En déplacement chez les Black Cats, les Red Devils vont faire boulot et s’imposer tranquillement grâce à un but de Wayne Rooney. Tous les regards sont alors braqués sur l’Etihad Stadium de Manchester.

Devant à la pause, les Citizens passent par tous les états dans les cinquante minutes suivantes. Alors qu’ils luttent pour sauver leur tête en Premier League, les Queens Park Rangers vont faire mieux qu’espérer un faux pas de Bolton, leur adversaire direct. Djibril Cissé and co vont même prendre les commandes de la rencontre. Ultra-dominés – 81 % de possession, 44 tirs dont 15 cadrés pour Manchester City (!), les Londoniens vont pourtant marquer deux buts sur leurs trois tirs du match. City tente, City domine, City essaie, mais City bute sur la muraille Patrick Kenny.

Calendrier de l’Avent #13 : City - QPR 2012, les trois minutes qui ont fait basculer Manchester

Djib’ buteur. Photo by Shaun Botterill/Getty Images.

Mais à force de multiplier les gouttes d’eau, le rocher finit par se briser. On joue la deuxième minute du temps additionnel. Sur leur dix-neuvième corner de la partie, les Citizens vont finir par trouver la faille. Un coup de casque du Super Sub Edin Dzeko vient tout relancer. La partie, mais surtout la course au titre. Il reste alors moins de trois minutes aux Skyblues pour arracher le titre.

« Le King Agüero »

Un but, trois minutes, le contrat est simple pour repartir avec le gros lot. Et c’est ainsi que le « roi de l’autre Manchester » surgit. Ce titre royal, c’est Micah Richards, légende du club, qui l’a donné à Sergio Agüero lorsque nous l’avons rencontré. Alors qu’on joue les dernières secondes de la saison à l’Etihad, l’Argentin décoche un tir puissant à l’extérieur de la surface pour offrir le titre aux Citizens.

Calendrier de l’Avent #13 : City - QPR 2012, les trois minutes qui ont fait basculer Manchester

Le tir victorieux, ça ne se vit Kun fois. Photo by Ed Garvey/Manchester City FC via Getty Images

City est repassé devant. L’Etihad Stadium est en fusion. Le trophée change de mains, mais pas de ville. Le scénario est homérique. Manchester a basculé.

Partisan d'un football simple et bien pratiqué, élevé en Tribune La Trinitaine avec le FC Lorient de Sir Christian Gourcuff, amoureux des belles histoires du ballon rond et de ses anecdotes.

... à lire dans Récits

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour