Restons connectés

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbres

Récits

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbres

La Coupe du Monde 2014, qui s’est tenue au Brésil, a été l’occasion de voir un certain nombre de personnalités célèbres dans les tribunes des enceintes brésiliennes. Ainsi, lors de la finale entre l’Allemagne et l’Argentine, des stars telles que les chanteuses Shakira et Rihanna, ou comme le basketteur LeBron James, étaient présentes dans les tribunes du Maracana pour assister au sacre de la Mannschaft.

Sport populaire par excellence, le football n’en attire pas moins un certain nombre de personnalités célèbres, parfaitement capables de se mouvoir en simples supporters poussant derrière leur équipe favorite. Chanteurs, acteurs, personnalités politiques, ils sont mondialement connus, mais rejoignent le commun des mortels dès lors que le football s’en mêle. Voici une petite liste de ces supporters célèbres.

Benito Mussolini – Bologne F.C. 1909

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbresNé à Dovia di Predappio, dans la région d’Emilia-Romagna, dont la capitale est Bologne, Benito Mussolini n’a jamais caché sa préférence pour le Bologne FC. Dès de son arrivée au pouvoir en 1922, le Duce, qui n’a jamais sous-estimé le rôle que pouvait avoir le sport dans le développement de la propagande fasciste, entreprend notamment de faire du football l’un des éléments du prestige fasciste. Si, au niveau international, cette politique permet à la Squadra Azzura de remporter la Coupe du Monde en 1934 et 1938 ainsi que le titre olympique en 1936, au niveau national, c’est surtout le club de Bologne, chéri par le Duce, qui recueille les fruits de cette politique fasciste.

Ainsi, Benito Mussolini est à l’origine de la construction du tout premier grand stade fasciste, le Littoriale de Bologne, d’une capacité de 27 000 places, que Benito Mussolini inaugure lui-même en 1926, et dans lequel il prend régulièrement place lors des matches de Bologne. Force est de constater que les années mussoliniennes sont une période extrêmement faste pour le club bolognais, qui remporte notamment les Scudetti de 1925, 1929, 1936, 1937, 1939, 1941. Coïncidence ?

Oasis – Manchester City F.C.

Formé à Manchester en 1991, le groupe Oasis, qui s’est séparé en 2009, comptait parmi ses membres les frères Callagher, Noel et Liam, grands supporters de ManchesterCity. Férus de football et régulièrement présents dans les tribunes du City of Manchester Stadium, Noel et Liam Callagher ont toujours été fidèles à Manchester City, et ce malgré les années de disette du club mancunien. En 1996, un an après la sortie de leur album (What’s the Story) Morning Glory?, ils réalisent un rêve de gamin lorsque le groupe Oasis se produit au Maine Road, l’ancienne antre des Citizens, devant 80 000 Mancuniens déchaînés, pour ce qui fut un concert incroyable. Le groupe Oasis récidive en 2005 en se produisant au City of Manchester Stadium (ou Etihad Stadium). Fait marquant, le groupe de rock britannique se produit devant plus de 60 000 fans mancuniens en étant vêtu des maillots des Citizens.

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbres

Les liens entre Oasis et Manchester City vont plus loin que la simple admiration. Les membres du groupe ont ainsi participé de manière directe à la vie du club ciel et blanc. Ainsi, lors de la saison 2012-2013, Liam Callagher a prêté sa voix au clip de présentation du nouveau maillot des Citizens, alors que Noel Callagher a présenté la nouvelle tunique en posant aux côtés du capitaine des Citizens, .

Autre fait divers amusant, Liam Callagher, le 30 avril 2012, débarque en plein milieu de la conférence de presse de l’entraîneur des Citizens, Roberto Mancini, après la victoire de City sur United lors du derby de Manchester (1-0, but de Vincent Kompany) ; et encense le coach Roberto Mancini (« J’adore l’entraîneur Roberto Mancini, il est presque aussi cool que moi »), ainsi que le capitaine Vincent Kompany, buteur lors du derby fratricide : « Il m’avait invité dans sa loge. Il a marqué un super but, sa famille est vraiment cool et sa sœur aussi. Bien joué mon frère. Vive la Belgique ».

L’indéfectible soutien du groupe Oasis, et plus spécifiquement des frères Callagher, aux Sky Blues engendre une forme de reconnaissance certaine de la part du club : de sa direction tout d’abord, laquelle a permis à Noel Callagher de fouler la pelouse du City of Manchester Stadium pour effectuer, laborieusement, quelques jongles devant les supporters, mais également de la part des supporters, qui, à l’occasion des deux titres de champion d’Angleterre remportés par Manchester City en 2012 et 2014, ont entonné le célèbre titre Wonderwall du groupe Oasis.

Sylvester Stallone – Everton F.C.

Une victoire 17-0…

La Saint-Valentin a un mois d’avance en ce 14 janvier 2007, date à laquelle un coup de foudre survient entre le club d’Everton et Sylvester Stallone. Invité à Goodison Park, l’arène des Toffees, par son ami Robert Earl, créateur de Planet Hollywood (dont Sylvester Stallone est l’un des plus célèbres ambassadeurs) et actionnaire majoritaire d’Everton depuis 2007, Sylvester Stallone découvre le soccer en assistant au match de Premier League entre Everton et Reading. Accueilli comme un héros, Sylvester Stallone parade dans le rond central avant la rencontre et pendant la mi-temps en arborant une écharpe des Toffees, suscitant l’enthousiasme des 30 000 supporters de Goodison Park. Cette rencontre de Premier League marque le début d’une passion de Sylvester Stallone, qui suit régulièrement les résultats d’Everton et clame souvent son attachement au club de la Mersey, peut-être même avec un peu trop d’enthousiasme : en janvier 2014, Stallone s’est ainsi risqué à un pronostic des plus surprenants pour la rencontre entre Everton et Norwich, prédisant une victoire des Toffees sur le score de…17 à 0.

Mickey 3D – A.S. Saint-Étienne

Originaires du département de la Loire, les membres du groupe français de rock Mickey 3D sont des fervents supporters de l’A.S. Saint-Étienne. Habitués des tribunes de Goeffroy-Guichard, Mickaël Furnon, Aurélien Joanin et Najah El Mahmoud vont jusqu’à se revêtir de la tunique verte lors de certains de leurs concerts. Mickaël Furnon, particulièrement, est un fervent supporter des Verts, et n’hésite pas à chambrer gentiment le public lyonnais lors des concerts du groupe dans la capitale des Gaules.

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbresEn 2004, Mickey 3D sort un CD-DVD intitulé Live à Saint-Étienne contenant le titre inédit Johnny Rep rendant hommage au joueur du même nom, attaquant international néerlandais ayant porté les couleurs de Saint-Étienne de 1979 à 1983, avec un bilan de 152 matches joués et de 75 buts marqués. Le titre évoque le coup du chapeau réalisé par Johnny Rep (24e, 52e s.p., 69e) le 3 octobre 1979 au Stade Geoffroy-Guichard lors du match retour du premier tour de la Coupe de l’UEFA face aux Polonais du Widzew Łódź, vainqueurs sur le score de 2-1 au match aller. Saint-Étienne s’impose 3-0 lors de ce match retour et assure sa qualification pour le tour suivant. Le titre Johnny Rep, en plus de rendre hommage à l’attaquant stéphanois et à son hat trick, va jusqu’à commenter l’action amenant le 3e but stéphanois.

Une domination de Saint-Étienne ; Saint-Étienne qui mène déjà deux zéro, deux buts de Johnny Rep. Johnny Rep qui réussit d’ailleurs l’un de ses premiers doublés. Johnny Rep qui récupère le ballon en position d’arrière-droit ; un Johnny Rep extrêmement défensif, il laisse le ballon en retrait à Christian Lopez, Christian Lopez qui remet en retrait à Jean Castaneda, Castaneda qui relance immédiatement pour Gérard Janvion ; Janvion qui change complétement de coté, qui donne à Gérard Farison, Gérard Farison à destination de Jacques Santini, Santini à Michel Platini, Michel Platini en profondeur pour Johnny Rep, Johnny Rep seul devant le gardien au point de penalty, et Johnny Rep qui marque le troisième but de l’équipe de Saint-Étienne ! Il reste 8 minutes à jouer, l’équipe de Saint-Étienne est évidemment qualifiée pour le prochain tour de la Coupe de l’UEFA ; les Stéphanois qui mènent trois à zéro, trois buts de Johnny Rep !
Mickey 3D

Harrison Ford – Atlético Madrid

Président de l’Atlético Madrid à partir de 2003, le producteur cinématographique Enrique Cerezo veut donner une nouvelle image du club à son arrivée à la tête des Colchoneros et conclut un partenariat rapprochant le club madrilène des studios Columbia Pictures. C’est dans cette optique que le 26 août 2003, Harrison Ford, de passage en Espagne pour la promotion son film Hollywood Homicide, rend visite à l’Atlético Madrid, pose avec le maillot rayé rouge et blanc des Matelassiers, et reçoit une médaille d’honneur de la part du club madrilène. Bien que ne se définissant pas comme un inconditionnel du sport, la star d’Indiana Jones suit régulièrement les résultats des Colchoneros.

Viggo Mortensen – Club Atlético San Lorenzo de Almagro

Né à New-York, Viggo Mortensen a passé une partie de son enfance en Argentine, où il a découvert le football, et surtout où il est tombé amoureux du club argentin de San Lorenzo. Fan inconditionnel de San Lorenzo, Viggo Mortensen est surnommé «le seigneur du Nuevo Gasómetro » (référence à son rôle dans le Seigneur des anneaux), l’antre du club argentin, aussi connu sous le nom du Stade Pedro Bidegain. S’il a quitté l’Argentine à l’âge de 11 ans, Viggo Mortensen n’en a pas oublié le Ciclón pour autant. Ainsi, lors de chacun de ses déplacements, l’acteur de La Route fourre systématiquement un maillot de San Lorenzo dans ses bagages. « Chaque jour, je suis l’actualité du club par internet », affirme Viggo Mortensen. « Je ne veux rien manquer. J’en suis fou ! ». Fou au point de se présenter à la cérémonie des Oscars de 2008 en arborant le drapeau du club argentin.

Du devant de la scène aux gradins : ces supporters célèbres

La folle rumeur : Oussama Ben Laden, supporter d’Arsenal F.C. ?

Depuis le début des années 2000 se diffuse une folle rumeur selon laquelle l’ex- numéro 1 de l’organisation terroriste Al-Qaida, Oussama Ben Laden, aurait été un supporter d’Arsenal. Le Saoudien aurait vécu à Londres durant le début des années 90, et serait tombé sous le charme des Gunners. Dans son ouvrage Ben Laden, behind the mask of the terror, paru quelques semaines seulement après les attentats du 11 septembre 2001, Adam Robinson affirme qu’Oussama Ben Laden résidait effectivement à Londres dans les années 90 et qu’il se serait pris d’affection pour les Gunners. Durant la saison 1993-1994, au cours de laquelle Arsenal a remporté la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes, le terroriste saoudien aurait été présent dans les tribunes de Highbury pour assister au quart de finale aller contre le Torino F.C. (1-0) et à la demi- finale retour contre le Paris Saint-Germain (1-0). Un ticket de ce dernier match aurait été retrouvé dans les grottes de Tora Bora, en Afghanistan (l’un des repaires de Ben Laden) par les forces spéciales américaines en décembre 2001. Dans son livre, Adam Robinson précise même que le joueur préféré d’Oussama Ben Laden était Ian Wright, et que l’ancien leader d’Al-Qaida serait passé par la boutique du club, achetant des souvenirs pour ses enfants, et notamment un maillot de Ian Wright pour son fils aîné Abdullah. Quand on sait qu’en Afghanistan, le régime des Talibans avait interdit le football, cette rumeur peut sembler un peu folle, mais elle est tout à fait plausible…Incroyable mais vrai ?

"Je n'ai pas besoin de trophée pour savoir que je suis le meilleur" : Zlatan Ibrahimovic, Jean Exilus, même philosophie.

... à lire dans Récits

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier quiz

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour